Faut-il avoir peur du Cloud ?

Suite aux révélations d’Edward Snowden sur l’accès de la NSA aux données des entreprises stockées sur les serveurs de Google, Facebook ou Amazon, de nombreuses entreprises européennes, et notamment françaises, ont manifesté une certaine inquiétude face au Cloud.

Et pour cause. Éléments constitutifs de la valeur des entreprises, les données sont devenues l’objet de toutes leurs attentions, conscientes qu’elles sont de plus en plus la cible d’espionnage industriel, technologique ou économique. D’où une inquiétude grandissante des entreprises sur la façon dont les prestataires de Cloud gèrent et protègent leurs données.

Pour autant faut-il avoir peur du Cloud ?

Faut-il se priver d’utiliser cette nouvelle façon de consommer des applicatifs et des infrastructures informatiques ? Faut-il ne pas bénéficier de l’utilisation et du dimensionnent d’une solution ou d’une infrastructure selon ses besoins ou du paiement du service à l’usage ? Assurément non. Il faut simplement se tourner vers les prestataires capables de garantir la protection et l’intégrité des données. Ainsi en est-il des clouds souverains français, comme Numergy ou CloudWatt, ou d’autres fournisseurs de solutions sécurisées et viables, qui appliquent la loi française et répondent aux préceptes de la CNIL sur la protection des données personnelles. Une différence notable par rapport aux géants du net qui, rappelons-le, sont soumis au fameux Patriot Act autorisant le gouvernement à fouiller dans les données stockées sur les serveurs situés sur son sol ou hors de ses frontières.
Aujourd’hui de nombreuses entreprises françaises et européennes ont souscrit des contrats Cloud auprès de ces géants américains dont les solutions sont performantes et les politiques tarifaires agressives. Pour une entreprise souhaitant s’assurer de la confidentialité de ses données, il est possible de s’appuyer sur des prestataires dotés de solutions sécurisées permettant aux collaborateurs de travailler à distance sur les données de l’entreprise stockées dans le Cloud. Une façon pour l’entreprise de répondre aux exigences d’agilité et de réactivité nécessaires à son développement.  

Quid de la politique européenne en matière de Cloud ?

A l’instar de la France plusieurs pays européens ont fait le choix de développer des clouds souverains. Toutefois la création d’une structure commune européenne semble difficile à mettre en œuvre, du fait de la spécificité des législations de chaque pays sur la protection des données. Il est en revanche probable qu’afin de satisfaire les grandes entreprises ou PME implantées au niveau européen, les pays s’entendent sur le déploiement d’un socle commun sur lequel les différents clouds souverains viendront se greffer pour apporter leur spécificité juridique. Certains acteurs s’inscrivent déjà dans cette dynamique en nouant des partenariats avec d’autres clouds européens comme l’ont fait notamment Numergy et Belgacom.
Une chose est sûre, le cloud est en marche. Et si les entreprises américaines ont une longueur d’avance en matière d’adoption, les sociétés françaises prennent peu à peu conscience de l’intérêt de cette informatique dans les nuages, en gardant toutefois à l’esprit l’importance de confier leurs données à des partenaires de confiance. Une opportunité que doivent saisir les clouds souverains ou autres prestataires en ajoutant des couches supplémentaires de stockage sécurisées et en s’engageant sur la non-intrusion de tiers dans les données des entreprises.  

Autour du même sujet