Un projet big data pour sécuriser les voies ferrées, fausse bonne idée ?

Renforcer la sécurité et améliorer la surveillance des installations est une problématique constante pour la SNCF et réseau ferré de France (RFF), sociétés en charges des voies ferrées françaises.

Pour répondre à cette problématique, le projet « vigirail » a été lancé suite à aux accidents ayant marqués l’année 2013, et notamment le déraillement en juillet 2013 de Brétigny-sur-Orge, ayant fait 61 blessés et 7 morts.
La SNCF et RFF ont ainsi décidé d’investir 410 millions d’euros dans des technologies de pointe avec le plan vigirail, commencé cette année, et qui prendra fin en 2017. Le but est simple : mettre à profit les nouvelles technologies et industrialiser les process pour fournir des informations en temps réels sur l’état des infrastructures et ainsi éviter d’autres drames. Mais cet investissement pourrait se révéler infructueux, voire dommageable, si l’anticipation n’est pas au rendez-vous.

Ce plan se décompose en trois grandes catégories :

  • La mise en place progressive dès janvier 2015 d’engins chargés de la surveillance des installations, grâce à la présence sous le train de caméras HD. Via ces prises de vues, les anomalies sur les voies seront automatiquement détectées et répertoriées.
  • Le lancement, en juillet 2014, de la plateforme « Alerte express » permettant de signaler les anomalies  techniques sur les voies ferrées, anomalies qui seront par la suite mise en forme et envoyées aux agents automatiquement.
  • Les applications à destination des agents sur le terrain. A terme une dizaine d’applications seront déployées sur les 13 000 smartphones et tablettes des agents dès mars 2015 afin qu’ils puissent répertorier toutes les informations utiles.
Compte tenu de l’ampleur des installations à observer, environ 29 000 kilomètres de rails, et le nombre d’agents équipés, on imagine aisément la quantité importante de données à traiter, dans des délais parfois courts. Quantité à laquelle s’ajoutent les données déjà présentes sur le réseau permettant le bon fonctionnement de l’entreprise.
De plus, la SNCF et RFF disposant de nombreux sites physiques sur toute la France, la gestion des données sera sans aucun doute multi-sites, augmentant ainsi le trafic de données et par conséquent la possibilité de dysfonctionnements. Ce surplus de données, s’il n’est pas anticipé et géré convenablement, rendra vain le projet vigirail et pourra même impacter négativement l’ensemble de l’infrastructure informatique.
Les nouvelles technologies sont une aubaine en termes de sécurité, mais pour avoir un impact positif il faut s’assurer que le réseau puisse gérer toutes ces informations en temps réel, et qu’elles soient disponibles pour tous et à tout moment.
Pour cela, pas de mystère, en plus d'une analyse poussée des besoins, il faut impérativement anticiper et mettre en place un outil de gestion et de monitoring réseau. Un outil efficace répond à deux impératifs :
  • Une interface unifiée : Les entreprises accumulent bien souvent au fil du temps les outils de contrôle réseau, or ces derniers ne sont pas toujours capables de communiquer entre eux. L’administrateur n’a donc pas une vision globale du réseau, les risques de bug informatiques et le temps passé à surveiller le réseau sont donc accrus.
  • Des alertes et réparations automatiques : La disponibilité réseau doit être continue. Les éventuels problèmes de performance et leurs causes doivent donc être repérées à l’avance, ce qui permettra la mise en place d’alertes et de réparations automatiques.  L’anomalie sera alors réparée avant même que le réseau aient pu être impacté par un quelconque ralentissement.
Ces avancées technologiques pourraient considérablement faciliter l’entretien et la surveillance des voies ferrées, améliorant ainsi la sécurité. Cependant, sans un monitoring réseau efficace, toutes ses données pèseront lourd sur le système informatique et risque de saturer ce dernier, qui sera donc indisponible, entrainant autant de désagrément pour les passagers que pour les employés de la SNCF.

SNCF / Big Data