Cyberattaques de points de vente : les programmes malveillants ne sont pas ceux que vous croyez

Staples, Target, Home Depot, Kmart... Les attaques ciblant les points de ventes se multiplient et ce malgré les solutions de sécurité informatique déployées en interne. Quelles sont les autres options de protection que peuvent utiliser les points de vente pour optimiser leur sécurité ?

Comme le montrent les titres depuis quelques mois, les pirates font preuve de plus en plus de ressources quand il s’agit de traverser les pare-feu des entreprises pour attaquer directement les terminaux des points de vente et leurs serveurs back-end. Si le service informatique ne peut les empêcher d’entrer par la porte, existe-t-il une seconde ligne de défense permettant au moins de contenir les cybervoleurs une fois que ceux-ci se trouvent à l’intérieur ?
Le modus operandi des pirates reste relativement simple dans le cas des attaques liées à la vente au détail. Ils pénètrent dans le poste fixe ou le portable d’un utilisateur par phishing ou en devinant le mot de passe. L’injection SQL, un autre vecteur d’attaque éprouvé, peut également avoir été employée lors d’une certaine occasion.
Dans tous les cas, les cybervoleurs ont contourné les vérifications de périmètre et les défenses anti-intrusion pour lesquelles les entreprises ont dépensé des centaines de millions de dollars ou d’euros.
Comme l’indique l’un de mes confrères dans son dernier article, la détection antivirus traditionnelle ne peut, au mieux, que rester au fait des signatures les plus récentes. De plus, les programmes malveillants comportent maintenant des routines anti-investigation qui déjouent les stratégies de blocage de base.
Mais il existe une furtivité encore plus grande dans ces attaques. 

L’art de la furtivité

Après avoir examiné de nombreux incidents réels, je peux vous dire que les pirates testent les vulnérabilités d’authentification de manière réflexe dès leur entrée, au moyen de Pass the Hash, de rainbow tables, etc.
Si vous voulez des statistiques plus précises, le Rapport d’enquête sur les compromissions de données de Verizon Data Breach indique qu’environ 80 % des incidents de piratage comportent une attaque de type authentification.
La stratégie des pirates consiste à moissonner autant d’informations d’identification que possible.
Le logiciel de surveillance les voit comme de simples utilisateurs lors de leur passage furtif de serveur en serveur. Leur objectif ultime est d’obtenir les informations d’identification d’un utilisateur avancé disposant de permissions élevées afin de pouvoir aboutir au serveur contenant les données les plus précieuses.
À partir de là, leur outil malveillant préféré est la ligne de commande habituelle : ils copient les fichiers vers un serveur spécial à partir duquel les informations de carte de crédit seront finalement extraites.

En quoi consiste un programme malveillant exactement ?

Cette question mène à des considérations plus vastes sur la disparition des limites entre programmes malveillants et vrais logiciels. Nombre de logiciels que les pirates chargent après leur arrivée sont souvent les mêmes que ceux utilisés par les services de sécurité informatique.
Les outils présents dans la panoplie d’un pirate peuvent comprendre PWDump (extraction de chaînes de hachage), Netview (mappage des connexions réseau), Psll (listeur de processus) et CheckSQL (force brute appliquée aux comptes SQL). Tous se trouvent dans une zone d’ombre et ne sont pas entièrement inappropriés dans le dossier d’un administrateur système. Ainsi, leur existence ne prouve pas nécessairement qu’un système a été compromis.
L’essentiel à retenir : si vous comptez sur les logiciels commerciaux de détection d’intrusion pour analyser la liste de « programmes malveillants » ci-dessus, vous finirez par lever beaucoup de faux lièvres.

Faire le premier pas

Sans surprise, il existe différentes approches pour réduire les risques. Lorsque les cybervoleurs passent les premiers murs de défense, certains voient la situation comme un autre problème de périmètre : un problème interne résolu au mieux par une meilleure architecture réseau (c.-à-d. en isolant les serveurs et les terminaux PDV de tout le reste).
Mais les autres (moi y compris) pensent qu’il vaut mieux concentrer les efforts de sécurité sur les défenses se trouvant vers le haut de la pile, à savoir au niveau de l’OS.
Toutefois, lors de mes propres conversations avec les pros de la sécurité d’une grande société d’antivirus, j’ai découvert qu’il existe un consensus sur quelques mesures de prévention.
Outre la mise en place de politiques de mot de passe strictes, l’action suivante consiste à restreindre les connexions réseau à distance à partir des machines des utilisateurs ordinaires.
 

Pourquoi cela ? 

Il faut empêcher les intrus de repartir depuis leur point d’entrée initial. Malheureusement, dans de nombreux environnements Windows, les services de connexion à distance au PC sont souvent largement activés et les pirates peuvent confortablement s’y connecter et même lancer l’interface utilisateur depuis la ligne de commande.
Ce risque peut être réduit en limitant le nombre d’utilisateurs et d’ordinateurs capable d’effectuer des connexions via RDP (Remote Desktop Protocol). Les administrateurs peuvent le faire au moyen de l’éditeur d’objets de stratégie de groupe (GPO : Group Policy Object), en naviguant vers les Composants Windows | Hôte de session Bureau à distance | Connexions (voir la figure). Ils pourront également configurer la stratégie Attribution des droits utilisateur. Vous pouvez en savoir plus sur cette procédure ici.
Dans ma prochaine chronique, je présenterai d’autres techniques de l’OS permettant de limiter les risques d’exposition de vos données et j’examinerai aussi les manières d’identifier et de démasquer les pirates qui rôdent dans votre système.

Serveurs / Pirate