La révolution des MOOCS ouvre de nouvelles perspectives pour les formats de cours e-learning

La lente baisse du format d'e-learning SCORM semble trouver sa réponse dans une tendance : l’explosion de la vidéo... et donc des Moocs.

En l’espace de 3 ans, les MOOCS, format composé généralement d’une succession de courtes vidéos, ont révolutionné l’apprentissage en ligne. En apportant une vraie pédagogie autour du e-learning, ils ont montré qu’il est possible de capter l’attention des apprenants sur de multiples supports : PC, Smartphone, tablette. L’époque où cours en ligne rimait avec plan fixe d’un cours magistral est aujourd’hui révolue.

L’absence d’examens en ligne, de communication  et d’interaction entre les élèves et leur professeur, autant de dimensions historiques du e-learning qui appartiennent désormais au passé. En parallèle de ce constat, les résultats d’une récente étude collaborative* menée auprès de près de 8 000 entreprises françaises en 2013 & 2014 montrent les limites que peuvent donc aujourd’hui présenter des LMS (Learning Management System) basés exclusivement sur SCORM (Sharable Content Object Reference Model) dans les technologies d’apprentissage. Le standard SCORM, qui permet d’assurer l’interopérabilité entre les outils auteurs et les plateformes LMS, ne serait, en l’état, pas adapté à la mobilité croissante des apprenants, aux nouveaux besoins des entreprises. Il semble alors se positionner comme un obstacle à la digitalisation de ces dernières.  Mais dans quelle mesure l’explosion des MOOCS a-t-elle accéléré l’apparition de nouveaux modes d’apprentissage ? 

Scorm : un modèle tourné vers le passé ?

Les premiers cours e-learning sont apparus il y a plus de vingt ans via plusieurs formats standardisés. Le format SCORM a connu ses heures de gloire au début des années 2000 et beaucoup d’entreprises se sont depuis tournées vers ce format. Grâce à ce standard, le marché du e-learning est devenu, pour plus de 80% de sa valeur, un marché de contenu. Les 20% restants concernent principalement les logiciels LMS (Logiciel de gestion de la formation) qui proposent bien souvent une compatibilité avec SCORM.

L’utilisation de dispositifs tels que SCORM soulèvent aujourd’hui des questions, et notamment dans la conception du contenu : il faut de solides compétences pour développer un contenu plus qualitatif qu’un simple jeu de slides et de QCM. Le développement d’un cours compatible SCORM prend donc beaucoup de temps et il requiert l’utilisation d’un logiciel dédié pour la création. Enfin, la majorité des modules SCORM sont malheureusement incompatibles avec toute la notion de mobilité (utilisation de flash, page web non adapté au mobile...). Autant de contraintes qui ont contribuées à engranger le lent déclin de SCORM sur le marché.

Sur le moteur de recherche Google, le nombre de requêtes du mot ‘SCORM’ ces dernières années a largement décliné, alors que le format Tin-can, initialement présenté comme un remplaçant de SCORM est lui quasiment inexistant. Malgré ces indications qui montrent que le monde du e-learning continue d’évoluer, il est toujours indispensable pour les LMS d’aujourd’hui d’être compatibles avec les modules SCORM. Ils doivent permettre aux entreprises détentrices de SCORM d’utiliser le contenu qu’elles ont généré sur leurs plateformes de gestion de la formation. Des LMS comme notre plateforme technologique acceptent ainsi que leurs clients importent tous leurs modules SCORM. Pour autant, l’entreprise cliente est encouragée à utiliser le modèle de cours propre à la plateforme afin de garantir une expérience d’apprentissage optimale. 

La vidéo : un nouveau modèle plébiscité par les apprenants

La lente baisse de SCORM, me semble trouver sa réponse dans un concept : l’explosion de la vidéo (et donc des Moocs). Aujourd’hui, une très grande partie de l’apprentissage peut se faire en vidéo plutôt que par des modules de contenu complexes à construire. Le formateur peut en toute simplicité tourner de petites vidéos de 3 à 5 minutes, chacune présentant un ou deux concepts, suivis d’un rapide examen pour valider les acquis. Ce format d’apprentissage est bien plus simple à concevoir et peut être utilisé dans tous les LMS sans souci de compatibilité avec telle ou telle version d’un format quelconque (SCORM existe en de multiples versions...).

De plus, la nouvelle génération des apprenants est habituée à consommer de courtes vidéos (Youtube) et ce, où qu’elle soit (dans les transports, sur le lieu de travail, à domicile...). Le Dr. James McQuivey (Forrester Research) a d’ailleurs calculé qu'une minute de vidéo vaut 1.8 millions de mots. De quoi donner envie aux formateurs de digitaliser leur formation, aux apprenants d’apprendre à tout moment et aux entreprises de faire de la formation un levier de compétitivité !

SCORM a donc permis de révolutionner le monde du e-learning grâce à des solutions inédites à l’époque. Aujourd’hui, SCORM, format largement adopté, continue d’occuper une place à part entière dans le paysage de la formation professionnelle, il est cependant nécessaire pour les acteurs du secteur de se tourner vers de nouvelles solutions. Nous devons accompagner les entreprises dans ce changement, avec pour objectif final, l’amélioration de la satisfaction des utilisateurs.

Mobilité / Google