Comment faire la promotion d’un logiciel libre ?

Faire connaître votre logiciel open source est essentiel pour attirer des utilisateurs, mais surtout des contributeurs. Je vous propose un retour d'expérience sur la promotion du logiciel Jorani, un gestionnaire de congé.

Il y a maintenant un an, je décidai d’ouvrir le code source de Jorani (une application de gestion des congés développée pour les besoins de l’ONG Passerelles numériques). Je pensais alors naïvement que la mise à disposition gratuite de mon produit éprouvé et efficace – si tant est que je sois objectif – provoquerait un effet boule de neige. J’ai dû me raviser et établir une véritable stratégie.

Le B.A.BA

Si vous n’attirez pas les utilisateurs, c’est qu’il vous manque sans doute un des éléments suivants :

  • Un site Internet ayant pour nom de domaine le nom de votre projet.
  • Une documentation complète.
  • Un compte Twitter dédié pour notifier des nouvelles parutions.
  • Un groupe utilisateur (liste de diffusion ou forum).

Le choix du nom

C’est une étape cruciale. Il y a beaucoup d’articles écrits sur le sujet, mais passer de la théorie à la pratique est une autre histoire. Résumons avec l’exemple de mon projet « Jorani » :

  1. Le nom doit correspondre à un nom de domaine Internet disponible.
  2. Le nom doit être simple à retenir et à écrire. Pensez au bouche-à-oreille. Par exemple, au collègue qui a parlé de votre logiciel au restaurant à une de ses connaissances. Si on ne parvient pas à écrire le nom de votre logiciel comme il se prononce, c’est un handicap.
  3. Le nom ne doit pas correspondre à une marque, un concept, un lieu ou un produit existant, même dans une catégorie d’une autre activité sectorielle. Faites une recherche sur Internet et comparez le nombre de résultats obtenus pour différentes idées. Par exemple, obtenir moins de 200 000 documents est une bonne limite.
  4. Évitez les sigles qui ne sont pas des acronymes.

Ouvrez une démo

Il y a une catégorie assez importante de personnes qui ne s’embarrasse pas des détails ou avec la liste des fonctionnalités. Comme en science où il y a les théoriciens et les expérimentateurs. Ces utilisateurs potentiels veulent voir rapidement quelque chose de concret. Il est donc essentiel d’avoir une démo contenant des données exploitables.

Il est essentiel de vous prémunir du vandalisme. Inévitablement, un concurrent ou une personne désagréable tentera de réinitialiser le mot de passe de l’utilisateur de la démonstration ou de supprimer son profil. Protégez donc votre base de données avec un compte dédié à la démo et en interdisant la suppression sur la table des utilisateurs et le changement des mots de passe.

Adoptez une identité visuelle assez rapidement

Si vous n’êtes pas graphiste, il existe des services tels que Fiverr où vous pourrez acheter plusieurs logos pour 5 USD. Même s’il est moche, il doit être simple et mémorisable. Plus tard, votre communauté pourra vous aider à en créer un nouveau.

Le choix de la technologie

Si vous en êtes encore au stade de la conception, il faut penser :

  • À la manière dont le logiciel sera diffusé et installé par vos futurs utilisateurs.
  • Aux futurs contributeurs qui vous rejoindront dans le développement du logiciel.

Il y a des technologies très tendance, mais qui peuvent rebuter. Dans le cas de Jorani, ce qui intéresse les utilisateurs, c’est souvent de l’installer sur une offre d’hébergement mutualisé. En outre, vous aurez plus de chance d’attirer des contributeurs avec un langage répandu.

La première des qualités du contributeur, c’est ?

La communication écrite est essentielle. Il faut savoir écrire correctement pour expliquer à quoi sert votre produit et quels sont ses avantages par rapport à des solutions concurrentes. Une documentation claire et intelligible est un atout pour attirer un public non technique. Il faut aussi savoir décrire les anomalies et les souhaits d’évolution.

Les fautes d’orthographe rebutent bon nombre d’utilisateurs potentiels et sont le signe d’une négligence et d’un manque de sérieux. Un bon investissement de départ serait d’acheter un correcteur orthographique professionnel comme Antidote.

Les moyens de promotion

Il est très important de travailler sur le référencement de son site. C’est-à-dire, chercher à être bien classé sur Google sur certains mots-clés (le plus important étant le nom de votre produit, puis ceux relatifs à votre activité). Formez-vous à la SEO (les techniques d’optimisation concernant les moteurs de recherche). Cette formation vous apprendra trois principes importants :

  1. Les erreurs à éviter pour que Google indexe vite et bien votre site.
  2. Ne vous focalisez pas sur quelques mots-clés lorsque vous rédigez votre contenu, mais soyez large (faites une recherche sur le concept de longue traîne).
  3. Avoir beaucoup de contenu et de bonne qualité est primordial.

Mais il n’y a pas que Google dans la vie, il faut penser aux autres moyens de promotion.

Votre réseau

Vous avez certainement un réseau professionnel qui a gonflé au fil des ans et des rencontres. Il est bon d’utiliser des réseaux tels que LinkedIn et Viadeo. Une fois que votre projet est suffisamment stable, envoyez un e-mail personnalisé à chacun des membres de votre réseau afin de parler de votre projet et de lui demander s’il veut bien en parler à son réseau.

La forge logicielle

Choisissez une forge populaire. Actuellement, github est la plus en vogue tandis que les autres (SourceForge, Google code, etc.) sont en perte de vitesse. Rien ne vous empêche de créer un projet sur SourceForge et de n’y laisser que le dernier paquet d’installation tout en indiquant que le reste du projet est hébergé ailleurs. L’avantage de certaines forges (SourceForge par exemple) est qu’elles permettent de classer son logiciel avec des catégories et des étiquettes, ce qui n’est pas le cas de github.

Les autres sites web

N’hésitez pas à écrire des tutoriels et articles pour d’autres blogs et sites internet que le vôtre ou que celui de votre projet. Et demandez l’avis de professionnels du secteur d’activité concerné par votre logiciel en postant une demande d’avis sur un forum spécialisé.

Vous pouvez utiliser des sites avec un trafic très important par exemple StackOverflow en posant une question technique sur le développement de votre projet et contenant un lien vers ce dernier. L’acrobatie consiste à créer une question assez générale pour attirer des vues, mais n’étant pas trop vague sous peine d’être supprimée ou de vous attirer une mauvaise réputation.

Pour chaque forum ou communauté visée, il est essentiel de s’imprégner au préalable de son mode de fonctionnement. Votre message ne doit pas être perçu comme publicitaire et répondre aux règles en vigueur. Par exemple, StackOverflow interdit les questions dupliquées ou les questions trop larges susceptibles de provoquer une discussion, car ce n’est pas un forum. Tout comme il est assez mal vu d’écrire l’article Wikipedia de son propre logiciel, et ce, avant d’avoir la moindre source.

Collectez les témoignages d’utilisateur

Essayez de bien connaître vos utilisateurs et intéressez-vous de près aux premiers déploiements. Il très compliqué d’obtenir des témoignages, même des utilisateurs satisfaits. Aussi, un support réactif et une écoute attentive de votre communauté faciliteront les choses. Publiez les témoignages, mais de différentes manières sur votre site (par secteur d’activité, par taille et répartis dans le contenu, etc.).

Faciliter la vie des contributeurs

Créer une page dédiée aux contributeurs sur la page officielle de votre projet en expliquant de quelle aide vous avez besoin et quelles sont les priorités. Pensez aux futurs collaborateurs en préparant à l’avance la description et/ou technique de quelques fonctionnalités que vous souhaiteriez ajouter à votre produit.

Vous ne parviendrez pas à attirer les gens sur des tâches que vous négligez ou que vous jugez peu intéressantes. Certains projets demandent en priorité de l’aide pour documenter le produit ou pour tester. C’est un signe d’immaturité et d’instabilité du produit.

Un des chantiers où vous aurez le plus de besoins concerne la traduction en différentes langues. Pensez à Transiflex qui est un outil généralement répandu chez les professionnels de la traduction ainsi que chez les traducteurs bénévoles des projets libres.

En conclusion

À un de mes étudiants qui me demandait quel était la chose la plus importante pour attirer des visiteurs sur un site internet, je répondais qu’il fallait bien sûr éviter les plus grosses erreurs (liens en double, indexation des pages sans intérêt, etc.), mais que la chose la plus importante était le contenu, puis venait le contenu et encore le contenu.

On passe donc autant de temps à documenter et à promouvoir son logiciel libre qu’à le développer.

Autour du même sujet