La maîtrise et la valorisation des données : étapes indispensables dans la transformation numérique

3D, réalité augmentée, tactile, géolocalisation, Big Data … autant de nouveautés qui paraîtront rapidement évidentes, mais qui demandent aux entreprises un véritable effort d’adaptation.

Le numérique envahit le monde et, octet après octet, le transforme en profondeur. Les entreprises qui prennent la mesure de cette révolution gagneront en efficacité et en compétitivité ; les autres se fragiliseront inéluctablement.

Du Document à la Data
La première vague de la révolution numérique a d’abord introduit les documents électroniques dans les entreprises et les organisations, apportant de manière significative des gains de productivité et diminuant les coûts de gestion.

La deuxième vague, celle d’Internet, a bouleversé le fonctionnement des entreprises avec le déploiement des portails et des blogs, de l’e-commerce, des réseaux sociaux, de la mobilité, etc. Du fait de leur importance stratégique, ces flux et contenus sont considérés comme des actifs immatériels et sont de plus en plus souvent évalués financièrement par les entreprises.

Nous voici entrés dans l'ère des Big Data, qui est la troisième vague de la révolution numérique. Ces ensembles de données nécessitent de nouveaux outils techniques pour les comprendre et leur donner du sens.  Se posent alors les questions concernant leur collecte, leur interprétation et leur analyse. Entre les données générées par les internautes et les entreprises et celles mises à disposition par les collectivités, il existe une masse colossale de données non-exploitées, potentiellement génératrices d’énormes gains de compétitivité pour les entreprises et les organisations qui sauront adopter une approche « data-driven ».

Un nouveau paradigme d'autant plus critique que la quantité de data va encore s’accroître avec l’internet des objets : il y aura bientôt plus d'objets que de personnes reliés à internet.

La Maîtrise et la Valorisation
Dans ce contexte, la Maîtrise et la Valorisation des données sont les deux composantes essentielles et indissociables de toute stratégie numérique dans les entreprises.

Tant pour des raisons opérationnelles que réglementaires, les flux documentaires et leurs contenus informationnels doivent être pris en compte, gérés et conservés de façon rigoureuse et fiable, ce qui est l’objectif prioritaire de la maîtrise des contenus au travers de la dématérialisation, l’archivage, la GED, la gouvernance de l’information.

Simultanément, l’exploitation de ces mêmes données et contenus afin d’optimiser les procédures, détecter les tendances de marché, permettre des analyses fines d’activités... constitue un des fondements de la valorisation des contenus. Pour ce faire, les technologies utilisées sont celles du content analytics, du sémantique, du prédictif, de la data visualisation...

La nécessaire transformation numérique des entreprises
«  Tout le monde commence à craindre de se faire 'Uberiser' », a récemment déclaré Maurice Lévy, le patron de Publicis, au Financial Times. Au travers de cette phrase, il exprime bien la prise de conscience que la transformation numérique est une vraie révolution industrielle, qui touche tous les secteurs d'activité. 

Les entreprises n’ont plus le choix aujourd’hui : elles doivent engager leur transformation numérique. Le passage du non connecté au tout connecté est une réalité économique et technique qui s’impose à tous. En France, les entreprises sont longtemps restées conservatrices, mais un nombre croissant d'acteurs économiques est désormais conscient des enjeux et prêt à accélérer sa transition digitale.

Anticiper la révolution numérique est une chose, savoir adapter son modèle économique en est une autre. La transformation numérique ne consiste pas tant à dématérialiser ses processus qu'à inventer de nouveaux métiers, de nouveaux services et être « obsédé » par la satisfaction de ses clients.

L’enjeu consiste à détecter les mutations et les compétences nécessaires pour les cristalliser. Il ne s’agit pas de prédire le futur, mais d’extraire le sens des tendances observables.  La difficulté est de  rester sans cesse à l’écoute des changements sans confondre les simples bruits, sans conséquence sur la stratégie, des véritables signaux, annonciateurs d'un changement puissance dix. L’atout de l’incertitude est de favoriser l’innovation et la création de valeur. 

Innover et se projeter dans l’avenir, c’est quitter sa zone de confort en acceptant le changement de paradigme.   

Autour du même sujet