Données des mobiles professionnels : les quatre catégories de risques de perte ou de vol

Tandis que les collaborateurs utilisent leurs périphériques mobiles pour se connecter aux réseaux des entreprises, la sécurité des données mobiles est devenue l’une des priorités des professionnels de la sécurité IT.

Des millions de personnes utilisent aujourd’hui leurs appareils personnels et professionnels, ordinateurs portables, smartphones, tablettes et autres terminaux mobiles, aussi bien pour travailler que pour leurs besoins privés. Selon l’étude mondiale Evolving Workforce de Dell et Intel, 45% des dirigeants emportent les appareils de l’entreprise à leur domicile pour leurs besoins personnels et plus de la moitié des salariés utilisent leurs terminaux personnels pour travailler ou l’envisagent.

Avec autant de périphériques mobiles qui se connectent aux réseaux des entreprises, la sécurité des données mobiles est devenue l’une des priorités des professionnels de la sécurité IT : les données de l’entreprise se disséminent partout, et sans politiques de gestion ni réel suivi, il devient très difficile de les protéger !

 

Les données des mobiles professionnels exposées aux risques de perte ou de vol peuvent être classées dans quatre catégories :

  • Les données dormantes sur les systèmes en back-end
  • Les données en transit entre l’utilisateur mobile et les services ou systèmes en back-end
  • Les données résidant sur l’appareil mobile lui-même
  • Les données envoyées dans des applications et dans le Cloud


Les applications et données en back-end

Elles représentent des « tonnes » de données qu’il faut protéger, avec une dimension Big Data, les joyaux de la couronne de l’organisation en quelque sorte. Il est donc impératif d’instaurer des mécanismes d’authentification forte et contextuelle pour que les utilisateurs mobiles n’aient accès qu’aux seules données et applications qu’ils sont autorisés à consulter, selon leur identité et le type d’appareil qu’ils utilisent alors. Il est d’ailleurs essentiel que les entreprises comprennent la nature des données en leur possession de façon à pouvoir les classer judicieusement. Les serveurs et l’infrastructure de stockage doivent aussi être correctement protégés sur tout leur périmètre avec une technologie de pare-feu de nouvelle génération.

Les données en transit entre les serveurs internes et les appareils mobiles puis à destination d’applications et au final du Cloud
 
Les données en mouvement sont le pouls de l’entreprise, elles peuvent être très sensibles ou soumises à des obligations légales ou réglementaires. Des utilisateurs malveillants pourraient très bien intercepter ou « écouter » les données transmises en clair sur un réseau non chiffré et s’y infiltrer sans autorisation, mettant à mal la confidentialité des données sensibles. Par conséquent, il est impératif de chiffrer les données en transit sur les réseaux afin de se prémunir du risque d’écoute du trafic réseau par des utilisateurs mal intentionnés. Le niveau de risque devient plus important encore dans le cas d’une connexion Wi-Fi à Internet.

Les données dormantes enregistrées sur les appareils mobiles
En cas de perte ou de vol d’un ordinateur portable, d’un smartphone ou d’une tablette, ce qui se produit très fréquemment, le risque que les données confidentielles d’entreprises tombent entre de mauvaises mains devient très élevé. Bien sûr, les données exposées le sont en moindres quantités que pour celles stockées dans un datacenter, la capacité de stockage des terminaux mobiles étant tout simplement limitée. Pour protéger les données résidant sur des terminaux mobiles, les entreprises doivent faire appliquer des règles de protection par mot de passe, le chiffrement des données mobiles, la conteneurisation et la possibilité d’effacer les données à distance.

Les données professionnelles coexistant avec les données et applications privées sur un même terminal
Enfin, dernier risque associé aux pratiques de mobilité, mais non des moindres, le fait de faire coexister sur le même appareil des données professionnelles et des données et applications privées. Ce faisant, l’utilisateur s’expose au risque d’une fuite de ses données professionnelles, accidentellement ou délibérément, via ses applications personnelles. Pour se prémunir des risques liés à cette coexistence d’informations, il est possible de déployer des conteneurs sécurisés sur les terminaux mobiles ; le service IT peut créer et délimiter une zone dédiée sur l’appareil du salarié où ce dernier pourra conserver des applications et données professionnelles. Ainsi, les contrôles de conformité ne s’appliqueront qu’à ce que contient le conteneur, et non à l’ensemble du terminal, et les applications personnelles ne risquent plus d’avoir accès à celles professionnelles et donc à des données confidentielles potentiellement sensibles. 


Au vu des différentes catégories de vulnérabilités évoquées précédemment, ce sont les données stockées dans l’entrepôt de données qui semblent exposées aux plus grands risques de violation. Les organisations doivent donc prioriser le déploiement de mécanismes d’authentification forte et contextuelle pour contrôler les accès mobiles aux données et applications de l’entreprise. En cas de perte ou de vol d’un terminal, l’authentification forte bloquera aussi les accès d’utilisateurs non autorisés. Le chiffrement au moyen d’une technologie de type VPN SSL aide également à protéger les données en cours de transmission. C’est très important : un réseau Wi-Fi public non chiffré représente une cible facile pour des hackers qui souhaiteraient intercepter des données en transit. Enfin, la nécessité de protéger les données dormantes résidant sur des terminaux mobiles varie beaucoup selon le degré de sensibilité des données. Pour des données confidentielles critiques, il est vivement recommandé d’adopter le chiffrement, la conteneurisation et les fonctionnalités VPN par application.

Stockage / Chiffrement