13 pratiques pour une migration vers le cloud réussie

Bien que la structure organisationnelle et les objectifs commerciaux diffèrent d’une entreprise à l’autre, certains modèles et pratiques de migrations sont susceptibles de fonctionner pour chacune d’entre elles.

La phase de pré-migration

1. Avoir une vision précise du moment où les services informatique et commerciaux se compléteront et marcheront vers la même direction. L’alignement de l’IT et des autres métiers est primordial, il est important de réfléchir à l’impact de cette vision sur la stratégie de l’entreprise et d’en faire  part à l’ensemble des employés. Pour cela, il faut être capable d’expliquer clairement pour quelle raison cette stratégie est vitale pour l’organisation.

2. Définir un modèle clair de gouvernance cloud et le diffuser. Identifier les nouveaux rôles et responsabilités de l’équipe, de même que respecter les principes de sécurité informatique de séparation des privilèges et de division des tâches aident à atteindre les objectifs commerciaux. Cela permet également d’ajouter les contrôles nécessaires à l’amélioration de la sécurité. Avant de permettre aux utilisateurs internes de profiter des services cloud, il convient de répondre à certaines questions. Combien de comptes posséder ? Qui aura accès à quoi ? Comment accorder ces accès ?

3. Former l’équipe dès le début du processus. Plus les équipes disposent de connaissances sur le cloud, plus la transition se fera en douceur. Plus les d’évangélistes en interne sont nombreux, plus il sera facile de dissiper les peurs, incertitudes et doutes ainsi que d’éliminer les différents freins à cette migration. Cette procédure doit avoir lieu très en amont, avant de prendre des décisions structurelles importantes sur la future organisation de l’environnement informatique.

4. Prendre le temps de définir à quoi ressembleront les opérations dans le cloud. Examiner les processus en interne qui peuvent avoir besoin d’être modifiés ou restructurés, les outils opérationnels et tous les niveaux de formation opérationnelle qui serviront à l’équipe. Identifier à l’avance les opérations concernées par cette migration permet de se concentrer sur la perspective globale, et de garantir l’alignement des environnements avec la stratégie commerciale en général.                      

5. Faire l’inventaire des outils informatiques à disposition et de ceux qui seront à intégrer lors des différentes migrations. Il est ainsi possible de pleinement quantifier et mesurer le succès de l’adoption du cloud dans l’entreprise.

6. Choisir le bon partenaire pour ce changement. Consulter non seulement ceux qui ont les compétences techniques et une expérience reconnue dans les projets de migration, mais aussi ceux qui font preuve de flexibilité et définissent un cadre de gestion de projet adéquat. Les partenaires internes disposent peut-être déjà d’une équipe ayant des compétences cloud. Il peut alors être judicieux de prendre le temps de les évaluer et demander des références avant de choisir un partenaire cloud, sans oublier de penser au modèle opérationnel envisagé et déterminer si un partenaire peut aider à simplifier ce modèle.

La phase de migration

7. Commencer par le plus simple. En d’autres termes, chercher des solutions rapides. Plus les employés s’habituent aux services cloud, plus les parties prenantes constatent les bénéfices, et plus il sera facile de faire accepter cette nouvelle organisation  en interne.

8. Automatiser. Seule l’automatisation permet de bénéficier pleinement de l’agilité du cloud. Il faut prendre le temps de réexaminer les processus métiers, quitte à en établir de nouveaux qui peuvent profiter de l’automatisation lors de la migration. Si tous les éléments ne peuvent pas être automatisés, il faut soigneusement déterminer quels sont ceux qui peuvent l’être et charger l’équipe de le faire.

 9. Aborder le cloud de manière transformationnelle. Pour ce faire, adapter les processus internes pour qu’ils puissent prendre en compte ce changement technologique. Il peut alors être intéressant de profiter de cette transformation pour aligner les parties prenantes sur ce nouveau modèle.

10. Utiliser des services managés dès que c’est possible. Laisser le fournisseur cloud s’occuper des activités quotidiennes de maintenance pour faire gagner du temps aux équipes internes et les laisser se concentrer sur leur cœur de métier et  le plus important : les clients.

La phase post-migration

11. Contrôler l’ensemble du projet. Adopter une stratégie globale de contrôle permettra de n’oublier aucun détail dans la vérification de la solidité des architectures pour les applications. Recueillir des données sur les performances de l’environnement permettra de prendre des décisions commerciales judicieuses quand il faudra examiner les rapports entre performances et coûts.

12. Utiliser des outils de contrôle créés dans le cloud. De nombreux outils fournissent une vision approfondie et le contrôle des applications. Pour en tirer pleinement parti, il est nécessaire  d’utiliser les outils les plus adaptés à son type d’entreprise. Les responsables des opérations seront satisfaits sur le long terme, et les entrepreneurs auront des données plus claires sur lesquelles baser leurs décisions.

13. Profiter de l’assistance fournie aux entreprises. Elle  permet d’agrandir l’équipe cloud virtuelle et peut être un point de contact avec le fournisseur cloud, ainsi qu’une source d’informations et de conseils techniques précieuse.

Autour du même sujet