Google Possum, la mystérieuse mise à jour sur le SEO local

Si vous suivez de près l'actualité du référencement, vous avez peut-être entendu parler de Google Possum, une mise à jour identifiée par certains acteurs du SEO et explicitée par Search Engine Land.

Des variations dans les résultats locaux

Des variations assez fortes dans les résultats locaux ont été constatés sur Google, et plus particulièrement encore dans le pack local (les liens vers des fiches Google My Business apparaissant en première page de Google via la recherche universelle).

Ces évolutions soudaines ont fait penser au déploiement, en toute discrétion, d'une nouvelle mise à jour de l'algorithme touchant au SEO local. Des fiches, jusqu'alors visibles en première page de Google, disparaissaient du pack local sans perdre une position dans les résultats Google Maps. Puisqu'elle semblaient "faire le mort" sans avoir été pénalisées globalement, comme le fait l'opossum confronté à une menace, le nom de cette mise à jour a été trouvé par la communauté (plus précisément par Phil Rozek) : Google Possum.

Mais quelles sont ces évolutions soudaines qui laissent à penser à une évolution de l'algorithme ? 

Ville : ne plus raisonner sur le seul schéma administratif

La première évolution constatée concerne la précision du ciblage géographique pour des requêtes qui associent "mot-clé + ville". Si, jusqu'alors, l'immense majorité des résultats locaux étaient situés dans la ville à proprement parler, aujourd'hui Google peut décider de proposer des fiches Google My Business de localités voisines.

Cette évolution répond à une prise en compte des facteurs de mobilité urbaine et de la réalité de la notion de "zone de chalandise". En effet, un internaute qui recherche un magasin de meubles à Pau, par exemple, peut entrer sur Google la requête "Magasin de meubles Pau".  Pour autant, il va dans les faits se déplacer, par exemple dans une zone commerciale implantée à la périphérie, sur le territoire d'une commune voisine. C'est pourquoi le premier résultat proposé dans le pack local n'est pas forcément situé sur la commune de Pau, mais à Lons.

Avec Google Possum, de plus en plus de requêtes pourraient afficher des résultats de communes voisines pour des expressions "mot-clé + ville"

Des résultats différents selon la position de l'utilisateur

Et si les résultats du pack local variaient en fonction de la position de l'internaute, y compris sur des requêtes du type "mot-clé + ville" ? Ce serait l'une des autres conséquences de Google Possum : plus vous êtes proche géographiquement de la ville dont vous tapez le nom, plus vous bénéficierez de résultats locaux concentrés autour de vous.

Cela s'explique aisément et relève de la notion de pertinence. Un utilisateur encore éloigné peut plus facilement se diriger vers des lieux géographiquement distants. Par exemple, un internaute qui recherche une enseigne sur Marseille peut facilement aller vers des zones commerciales comme La Valentine, La Joliette, Grand Littoral ou Plan de Campagne s'il se situe à Avignon ou Lyon au moment de sa recherche. Par contre, un internaute installé au Vieux Port, pour la même requête, sera plus sensible à la distance parcourue. Il préférera aller au plus court : si l'enseigne recherchée est disponible à quelques rues de chez lui, il choisira préférentiellement ce résultat aux enseignes géographiquement plus éloignées.

Un filtre sur l'adresse postale

Parfois, des professionnels exerçant la même activité partagent la même adresse physique. C'est le cas, par exemple, de professions libérales comme les médecins ou les avocats. Parmi les évolutions constatées en septembre, il semblerait que Google n'autorise plus, dans son pack local, qu'une à deux fiches Google My Business au grand maximum partageant la même adresse. Les autres résultats sont filtrés.

Cette évolution est au service de l'utilisateur. Proposer en première page une plus grande diversité géographique enrichit le choix disponible. Parfois, à deux pâtés de maisons près, une adresse aura plus d'attrait qu'une autre : bus ou métro direct, stationnement favorable, etc. Autant donc varier les réponses.

Une sensibilité plus forte à l'ordre des mots

Quelle est la différence entre "Restaurant Lyon" et "Lyon restaurant" ? Si l'ordre des mots impactait jusqu'alors peu les résultats locaux, la communauté a recensé des changements à ce niveau aussi en septembre. 

Si vous tapez "Restaurant Lyon", par exemple, vous aurez droit au trois établissements suivants :

  1. Restaurant Tetedoie
  2. Marguerite Restaurant Bocuse
  3. M restaurant

Si vous choisissez plutôt de taper "Lyon Restaurant", vous obtiendrez :

  1. Les Terrasses de Lyon
  2. Marguerite Restaurant Bocuse
  3. Restaurant Tetedoie

Ces variations fines témoignent probablement d'une montée en qualité de l'algorithme de classement des résultats locaux.

Une plus grande séparation entre Search et Local

Dernière évolution pointée du doigt par les internautes : une plus grande séparation entre Search et Local pour les fiches Google My Business associées à un site web.

Avant, si le site web avait été pénalisé, les fiches locales associées en subissaient le contrecoup et perdaient en visibilité. Or, des fiches locales associées à des sites pénalisés sont remontées en septembre dans le pack local et sur Maps.

Cette évolution a priori étonnante ne l'est en fait pas tant que ça. Google a supprimé une "double peine" pour enrichir son index local. Après tout, le fait qu'un site web ait abusé de certaines pratiques SEO ne remet pas en cause la pertinence d'une fiche locale qui possède de nombreux avis de qualité et dont l'adresse postale a été vérifiée.

Source : Search Engine Land

Mobilité / Google