L’IoT ne se réduit pas aux réseaux LoRa et Sigfox !

Les deux réseaux ne sont pas en mesure de répondre aux besoins et contraintes de nombreuses applications dans l'Internet des objets. Heureusement, d’autres types de réseaux existent et se révèlent mieux adaptés dans une multitude de cas.

Depuis maintenant quelques années, l’Internet des Objets – ou IoT pour Internet of Things – se déploie, dans le milieu du grand public mais aussi dans le monde professionnel, avec entre autres, les villes et les infrastructures industrielles qui deviennent intelligentes et de plus en plus connectées. D’ailleurs, le cabinet de recherche américain Gartner estime à 20,8 milliards le nombre d’objets qui seront connectés en 2020 !

La mise en œuvre de ces nouveaux objets nécessite un canal de transmission d’information et de communication des données issues de ces capteurs, individuels ou en réseau. Aujourd’hui, force est de constater que lorsque l’on parle des technologies de communication pour l’IoT professionnel, la tendance est de spontanément penser aux réseaux LoRa et Sigfox.

Une hérésie, car l’IoT ne se limite pas seulement à LoRa et Sigfox ! En effet, ces deux réseaux bas débit, longue distance ne sont pas en mesure de répondre aux besoins et contraintes de nombreuses applications. Heureusement, d’autres types de réseaux existent sur le marché et se révèlent mieux adaptés dans une multitude de cas.

Les limites des réseaux de télécommunication

Revenons tout d’abord sur l’état du marché. Actuellement, nous distinguons 3 principales familles de technologies de télécommunication :

- les réseaux télécoms M2M (Machine-to-Machine) appartenant aux opérateurs traditionnels, qui proposent leur technologie de connexion longue distance ;

- les nouveaux réseaux LoRa, Sigfox, ou NB-IoT, qui offrent des capacités de communication sans fil, basse consommation et longue portée ;

- les réseaux locaux, sans fil à basse consommation et de courte distance, avec éventuellement une portée étendue par des mécanismes de maillage ou de relais.

Laissons de côté les réseaux télécoms traditionnels haut débit et longue distance, de type 3G, qui sont coûteux, énergivores et dont la valeur ajoutée réside dans la possibilité d’envoyer et de recevoir des quantités astronomiques d'informations.

De par leurs similarités avec les réseaux Télécoms, les réseaux LoRa et Sigfox se présentent comme une alternative dédiée à l’IoT, et sont aujourd’hui associés au monde de l’IoT professionnel comme les réseaux standards de référence. Or, ces réseaux bas débit et longue distance ne permettent pas de satisfaire tous les besoins applicatifs, loin de là ! Ils ne répondent pas en effet pas aux contraintes telles que le transport de grandes quantités de données, la maîtrise des latences dans l’échange des données, l’interconnexion avec des équipements locaux ou la coopération entre objets.

Pour schématiser, les réseaux bas débit longue distance sont particulièrement adaptés pour des capteurs qui émettent une faible quantité de données, de manière périodique (par exemple la télérelève de compteurs ou les dispositifs d’alarme incendie) sans avoir besoin d’échanger ou de communiquer avec d’autres capteurs ou équipements locaux.

Mais alors, existe-t-il des solutions réseau basse consommation permettant de transporter de grandes quantités de données et de maîtriser les latences ? La réponse est oui. Et cela mérite de s’y intéresser de plus près !

Réseaux haut débit, basse consommation et portée étendue : des besoins réels dans l’IoT professionnel

Posez-vous les bonnes questions en amont d’un projet ! Si la quantité de données qui doit transiter entre ou depuis les objets connectés est importante, la communication sans fil ne peut pas être assurée par les réseaux bas débit LoRa et Sigfox. Si la maîtrise de la latence est indispensable, oubliez aussi ces réseaux qui sont inadaptés ! Et si votre système doit se connecter avec des équipements locaux, préférez un réseau local et une boucle courte.

Les réseaux haut débit, basse consommation et portée étendue ont leur carte à jouer dans beaucoup de domaines et sont souvent la seule réelle alternative aux autres réseaux de communication. Concrètement, les réseaux locaux sont la réponse appropriée pour les applications de détection de véhicules dans les systèmes de gestion du trafic routier, de régulation des carrefours à feux ou d’éclairage public, mais aussi dans les systèmes de monitoring industriel et d’infrastructures (santé et intégrité des machines et actifs) ou encore lorsque l’application requiert une boucle de rétroaction avec un équipement local.

Par exemple, l’optimisation de la régulation des carrefours à feux exige la maîtrise très fine des latences dans la remontée des données de détection de véhicule, pour que l’automate de contrôle des feux les reçoive à temps. Pour monitorer un flux de véhicules et sa vitesse, il est nécessaire de pouvoir corréler très finement les informations entre capteurs et donc d’avoir une remontée de données synchronisées et en temps réel. Le réseau local haut débit est, dans ce cas, le plus adapté !

La complémentarité des réseaux : un moyen d’optimiser l’IoT

Face au développement grandissant de l’IoT professionnel, la meilleure solution pour optimiser le transit des données inter-objets connectés n’est-elle pas d’utiliser l’ensemble des réseaux disponibles sur le marché ?

Finalement, les différents réseaux de communication sans fil ont chacun leur intérêt !

Bas débit/longue portée, haut débit/portée étendue, il s’agit de choisir le réseau adapté à chaque contexte, en fonction du besoin applicatif final, en envisageant la configuration et la topologie du terrain de déploiement ainsi que la périodicité et la quantité de données qui transitent. Et rien n’empêche de compléter son réseau local haut débit avec un point de sortie vers un réseau bas débit/longue portée ! On pourra dans ce cas ne remonter à distance que des alertes ou des dépassements de seuil qui auront été évalués localement grâce à toute la puissance du réseau local sans fil, haut débit.

Haut débit / Réseaux

Annonces Google