Firefox 3 relance l'affrontement entre navigateurs Web

La dernière version de Firefox illustre le futur des navigateurs Web : sécurité, gestion des téléchargements et des favoris, respect des standards et temps de réponse optimisés.

La bataille des navigateurs Internet est relancée : Firefox, le seul navigateur alternatif à s'être pour le moment imposé face à Internet Explorer, vient de passer en version 3 ce 17 juin 2008. Cette nouvelle version suit d'ailleurs le lancement d'Opera 9.5, et précède ceux de Safari 4 et surtout d'Internet Explorer 8, attendus pour la fin de l'année 2008.

Le premier défi des navigateurs nouvelle génération consiste à intégrer les dernières tendances du Web : recours de plus en plus courant au Javascript, notamment aux fonctions Ajax. Dans ce domaine, la complexité des sites Web devient gênante pour obtenir de bonnes performances en matière d'affichage. Les futures versions des navigateurs ont toutes prévu des optimisations à ce niveau.

Même chose pour la gestion des onglets. Si cette fonctionnalité bien pratique a conquis les utilisateurs pour naviguer en parallèle sur plusieurs sites sans changer de fenêtre, elle s'avère très gourmande en ressources matérielles, particulièrement sous Firefox. Dans sa version 3, le navigateur a prévu une optimisation de la consommation du moteur graphique, qui traduit même des performances au lancement du navigateur ou lors de l'ouverture / fermeture de pages.

Avec la concurrence accrue, les navigateurs prennent enfin en considération les normes du W3C. Ainsi, que ce soit Firefox 3, Safari 4, Internet Explorer 8 ou Opera 9.5, tous ont annoncé un travail d'optimisation au niveau du test Acid 3. Ce test permet, via une petite image que le navigateur doit afficher, de se rendre compte de son respect des standards du Web pour le rendu des pages.

Cependant, les navigateurs alternatifs se distinguent en se montrant aussi multiplate-formes. L'objectif est ici de jouer sur un tableau que se refuse pour le moment Microsoft, celui des utilisateurs de système d'exploitation tiers comme Mac OS, Linux ou Unix. Les dernières versions des navigateurs alternatifs sont même compatibles avec les anciennes versions de Windows (XP notamment), là où Microsoft incite ses utilisateurs à passer sous Vista.

La sécurité et le respect des normes W3C au coeur des nouvelles versions

Gestion des flux RSS intégrée, des favoris, et des modules d'extensions font également parti des principaux travaux des éditeurs, mais de manière assez récurrente. La grosse nouveauté se situe plutôt au niveau de la sécurité. Les précédentes mises à jour des navigateurs avaient déjà tentés un premier pas dans ce domaine, notamment via les filtres antiphishing de Firefox 2 et d'Internet Explorer 7.

Avec Firefox 3 par exemple, les sites Web peuvent décliner leur identité. Une liste de sites officiels est stockée sur le poste de travail de l'utilisateur et mise à jour régulièrement depuis un serveur de la fondation Mozilla. De plus, le caractère intrusif (cookies) des sites peut aussi être jugé par le navigateur. La protection antiphishing s'enrichit d'une protection plus large contre les codes malveillants, en prévenant l'utilisateur de codes javascript dangereux par exemple.

IE 8 et Firefox 3 ont également mis l'accent sur les gestionnaires de téléchargement. Désormais, dans Firefox 3, il sera possible de stopper un téléchargement, de copier le lien depuis la boîte de téléchargement, et d'effectuer une recherche sur les liens téléchargés. Une initiative complétée par des outils de communication avec les internautes modernisés. Face aux risques de plantage Firefox 3 et IE 8 se veulent moins douloureux, et proposent des relais plus transparents des bugs à leur service support.

L'accès aux données de l'utilisateur hors ligne : une fonction clé

Enfin, la dernière fonctionnalité clé sur lesquels travaillent les éditeurs de navigateur Web concerne l'accès aux données de l'utilisateur hors ligne. Dans la mouvance Ajax, et du client léger, il s'agit de permettre aux internautes de travailler hors ligne sur leurs données, et de les mettre à jour une fois leur connexion rétablie. Cette fonctionnalité s'avère indispensable au vu de la croissance des applications en ligne (suite bureautique, CRM, bureau virtuel...).

Dans cette bataille aux nouvelles versions qui s'annonce, Mozilla Firefox dispose d'un temps d'avance sur Internet Explorer. Toutefois la version 3 du navigateur s'accompagnera d'une version 3.1 à la fin de l'année 2008 pour ne pas perdre du terrain face à IE 8. Cette version mineure proposera en effet outre la prévisualisation des onglets, la prise en charge du format HTML 5 et des feuilles de style CSS 2.1, deux formats qu'IE 8 a prévu d'intégrer directement dans son moteur de rendu.

Mais la différence pourrait bien se faire sur l'efficacité du moteur en lui même. Critiqué pour leurs lenteurs, IE 7 comme Firefox 2 veulent corriger le tir avec leurs nouvelles versions. Cet indicateur sera certainement déterminant dans le choix des utilisateurs. La version 3.1 de Firefox a d'ailleurs prévu tout un pan d'optimisation à ce niveau, venant compléter le travail déjà réaliser sur la version 3.0.

Pour le moment, Firefox dispose d'une part de marché de 20,5% en France, au mois de mai 2008 (chiffres Linternaute / Benchmark Group), contre 73,9% pour Internet Explorer.

Safari, derrière, se situe à 3,3% de parts de marché surtout grâce à Mac OS X, bien qu'il soit depuis peu compatible avec Windows. Opera, lui, stagne à 0,2% de parts de marché. Depuis janvier 2008, les positions entre les navigateurs évoluent peu. Cette avalanche de nouvelles versions est donc d'autant plus attendue par les éditeurs.

Autour du même sujet