Bertrand Sciard (Aldata) "La supply chain est la colonne vertébrale de la grande distribution"

Les projets en gestion de la chaîne logistique se sont raréfiés avec la crise. Les clients finaux se focalisent plus que jamais sur le retour sur investissement de leurs solutions.

Quelles sont les spécificités de la supply chain en environnement distribution et commerce ?

Le maillon fort de la chaîne logistique en grande distribution est lié au système de gestion des commandes fournisseurs mais également à la gestion des entrepôts. Il ne faut pas perdre de vue que la gestion d'un supermarché est ni plus ni moins similaire à celle d'un hôtel. On a des mètres carrés à occuper, et il faut faire en sorte que chaque étagère soit occupée par des produits au turn over le plus rapide, tout en permettant de dégager un maximum de marges. Ensuite, il y a d'autres spécificités comme le self-scanning, qui permet aux clients d'encaisser eux-mêmes leur caddie.

La supply chain c'est la colonne vertébrale d'un distributeur. On s'aperçoit qu'il y a de moins en moins de grands projets logistique qui couvrent de A à Z l'ensemble des maillons de la chaîne logistique. Au niveau mondial, les analystes actuellement évoquent une dizaine de très grands projets de ce type, pas plus.

Plusieurs raisons à cela : tout d'abord, les grands distributeurs ont beaucoup souffert de la crise et souffrent encore beaucoup. Ensuite, les grands hypers excentrés de 20 ou 30 kilomètres des centres villes sont aussi touchés. Enfin, ceux qui font leurs chiffres sur des produits de moindre nécessité sont touchés en priorité de plein fouet par la chute du prix du caddie moyen qui a chuté de façon conséquente en 1 an. Les grands projets supply chain ont aussi été mis en attente depuis le début de l'année.

Quelles sont les conséquences de la crise sur les projets SCM ?

Il n'y a pas vraiment de tendance à l'annulation systématique de projets mais plutôt à leur décalage dans le temps. Le problème c'est que la visibilité sur l'échelle du temps de décalage est très faible ce qui ne permet pas d'envisager une sortie de crise à court terme et certains distributeurs s'attendent encore au pire. En revanche, on perçoit un phénomène visible et plus sensible au fait que les clients se focalisent maintenant sur les projets sur lesquels l'investissement et leur retour sur investissement est identifié et rapide.

Les clients sont en recherche de solutions et de projets SCM aux gains immédiatement identifiables

Les clients sont en recherche de solutions et de projets SCM aux gains immédiatement identifiables. Nous ne sommes pas du tout dans une configuration des années 90 où elles projetaient en masse de remplacer d'un coup leur système comptable, leur paye avec un progiciel de gestion intégrée. Tous les projets d'optimisation de la supply chain sont étudiés avec soin.

Des projets liés à la gestion des prix, des stocks, du transport ou encore de la traçabilité sont ceux sur lesquels les clients peuvent immédiatement identifier des gains tangibles et mesurables. Il y a également une forte demande pour les projets d'optimisation d'espaces, des étagères ou encore l'optimisation de la relation fournisseur de manière à avoir les bons produits, aux meilleurs prix, sur la bonne étagère, au bon endroit et au bon moment.

En quoi les projets SCM des PME diffèrent-ils de ceux menés chez les grands comptes ?

Pour répondre aux besoins SCM des commerçants de taille de moyenne, nous pensons qu'aucune autre solution ne peut mieux convenir qu'une offre verticalisée. Pour cette raison, nous proposons des solutions logistiques adaptées à un contexte métier particulier comme les opticiens par exemple ou encore les boutiques télécom. En revanche, nous n'avons pas choisi d'être présent sur le segment de marché de l'habillement et laissons à d'autres acteurs le soin d'occuper ce terrain.

On observe trois type d'entreprises celles qui ont des ressources dites riches, c'est-à-dire ayant à la fois le temps, l'argent et les moyens RH nécessaires pour mener des projets SCM ambitieux, d'autres qui ont des ressources contraintes, voire faibles, c'est-à-dire n'ayant ni le temps, ni l'argent ni les moyens humains. Or, typiquement, on retrouve bon nombre de PME dans ce cas. C'est l'une des raisons pour lesquelles elles ne veulent ou ne peuvent se lancer dans des projets logistiques trop ambitieux.

Nous pensons que le SaaS est un moteur de développement important pour les projets SCM des entreprises et plus particulièrement des TPE. Paradoxalement, l'entreprise de taille moyenne qui compte une vingtaine de boutiques souhaite conserver la main sur sa solution logistique, surtout pour ce qui concerne le cœur de son activité, à savoir la gestion de la production. En revanche, c'est moins le cas sur des aspects moins stratégiques et très verticalisables comme les solutions d'optimisation d'espace, des prix, de planigrammes pré-remplis...

 

Bertrand Sciard est P-DG d'Aldata.

Applications métiers / PME