Linkurious met la visualisation de graphes à la portée des analystes

Linkurious Détection des fraudes financières, analyse de réseaux complexes dans les télécoms... Le Français propose un outil de graphes qui ne nécessite pas de compétences techniques.

Mettre l'analyse de graphes entre les mains des analystes métiers. C'est bien là le défi qu'entend relever Linkurious. Cette start-up française a été lancée en janvier 2013 par deux associés : Jean Villedieu, qui vient du monde du conseil en projets innovants, et Sébastien Heymann. Cet ingénieur est déjà connu dans l'univers des technologies d'analyse de graphes comme étant l'un des co-auteurs de Gephi, une référence en matière de gestion de graphes dans le monde open source. "Gephi est conçu pour les scientifiques et les data scientists. Avec Linkurious, notre objectif est de proposer une expérience et une ergonomie qui rendent la gestion de graphes accessible aux utilisateurs métiers", confirme Jean Villedieu. 

linkurious 2
L'équipe de Linkurious, avec de gauche à droite : Pierrick Paul, développeur, Sébastien Heymann et Jean Villedieu, les deux co-fondateurs. © Linkurious

La start-up positionne sa solution pour plusieurs scénarios. Parmi eux, l'aide à la détection des fraudes, en permettant par exemple de détecter les usurpations d'identité ou les transactions en cascade des réseaux de blanchiment d'argent. Autre scénario : la supervision d'infrastructure réseau complexe. "Typiquement, un opérateur télécoms pourra utiliser notre offre pour analyser très rapidement l'impact d'une panne sur son réseau, ou en détecter l'origine", explique Jean Villedieu, qui évoque aussi le domaine médical, notamment la modélisation des interactions génomiques. 

La capacité à gérer un graphe d'un milliard de points 

Centré sur la gestion et la data visualisation des graphes, Linkurious adosse son application à Neo4J, système de gestion de base de données orienté graphes bien connu. Conçu pour traiter des données souvent critiques, le logiciel de la start-up s'installe en interne. "Notre application gère déjà des graphes en production avec 10 millions de points, et des tests sont réalisés en ce moment sur des graphes atteignant 1 milliard de points", commente-t-on chez Linkurious, avant de préciser : "Notre moteur de recherche vous permettra, à partir d'un mot clé, de remonter au(x) nœud(s) correspondant(s), y compris si le serveur sous-jacent porte sur de gros volumes".

Un chiffre d'affaires principalement réalisé à l'étranger

En France, la technologie est notamment mise en œuvre par Capgemini pour suivre les projets complexes que la SSII mène pour l'un de ses clients du CAC40. Pour mieux répondre aux besoins des grands comptes, Linkurious vient d'ailleurs de sortir une toute nouvelle édition. Baptisée Linkurious Enterprise, elle est dessinée pour améliorer la stabilité et la sécurité de la technologie. Elle livre une API documentée, ainsi qu'une console d'administration améliorée.

Pour la suite, la société entend d'abord consolider son activité d'ici la fin de l'année. "Nous pourrions envisager de lever des fonds en 2015", nous confie Jean Villedieu. Et sur ce point, Linkurious pourrait bénéficier d'un avantage de taille, aux côtés de son positionnement original : la start-up réalise la plus grosse part de son chiffre d'affaires à l'étranger. Un élément qui pourrait lui permettre de séduire des investisseurs pas seulement français ou européens.

linkurious
Un gros travail a été réalisé par Linkurious autour de l'ergonomie pour faciliter la prise en main de sa solution. © Linkurious