Fiasco de l'Opérateur National de Paye : le gouvernement jette l'éponge

Le gouvernement a confirmé abandonner "l'Opérateur National de Paye", qui devait gérer la paye des fonctionnaires en 2017. Le projet a pourtant déjà englouti 290 millions d'euros.

C'est désormais officiel : le gouvernement a confirmé abandonner "l'Opérateur National de Paye" (ONP). Lancé en 2007, l'ONP devait mettre en œuvre le système d'information de la paye au niveau interministériel, et gérer les fiches de paye de 2,5 millions de fonctionnaires à partir de 2017. Au départ, son coût estimé était de 100 à 150 millions d'euros. Mais, en centralisant le service et en réduisant les effectifs dédiés, ce système était censé permettre de réaliser presque 200 millions d'économies par an.  

Problème, les retards se sont accumulés, et la facture a explosé. Le projet aurait déjà coûté 290 millions d'euros, en comptant les frais de personnel (55 millions). Et Bercy explique aujourd'hui estimer "qu'il aurait fallu encore 60 millions d'euros par an sur 10 années pour arriver au bout du projet". Le ministère prévoit donc d'"économiser 600 millions d'euros sur les dix années à venir en abandonnant ce projet".

C'est un rapport remis en janvier par Jacques Marzin, directeur de la DISIC, qui semble avoir motivé la décision du gouvernement. "Les anciennes applications de la paye seraient maintenues et transposées à fonctionnalités identiques, sans recul donc mais sans avancée fonctionnelle non plus", précise le syndicat national Force Ouvrière des Finances Publiques, qui dénonce une "gabegie phénoménale".

Autre problème : c'est le deuxième projet informatique d'importance, mené au cœur de l'Etat, qui se révèle être un fiasco, et qui est abandonné récemment. Il y a quelques semaines, c'était Louvois, le système chargé de payer les militaires mais incapable de le faire correctement, qui était abandonné par le ministre de la Défense.

Gouvernement / Fonctionnaires