Pas de crise pour le phishing

La hiérarchie dans le domaine du phishing a retrouvé son ordre naturel, avec ainsi une large part des attaques concernant les Etats-Unis (28,49%). La Roumanie qui avait surpriss en août en dérobant la première place revient en seconde position, à un niveau toutefois toujours élevé (13,24%).

En Asie, le niveau de risque est également élevé puisque la Corée du Sud, déjà connue pour sa contribution au spam, représente 12,26% des attaques de phishing. Le Japon arrive ensuite à 6,88%. Enfin en Europe, vraisemblablement en raison de sa langue (populaire en spam et phishing), le Royaume-Uni est le premier concerné.