Dixon Jones (Majestic SEO) "Google Penguin a changé l'usage de notre outil"

Editeur d'une solution d'analyse de backlinks, Majestic SEO se positionne sur un segment remis sur le devant de la scène depuis les dernières mises à jour de Google. La solution peut également fournir des indicateurs sur les réseaux sociaux.

Les robots de Majestic SEO parcourent le Web depuis 5 ans dans le but d'indexer les liens (backlinks) qui existent entre les sites. Son outil permet aux référenceurs de mieux connaître les liens pointant vers un site, le leur ou celui d'un concurrent. Une information essentielle dans le SEO, surtout après la mise à jour Google Penguin.

JDN Solutions. Majestic SEO est connu pour son outil d'analyse de backlinks. Quelles sont ses forces et différences face à d'autres outils du même genre, comme Ahref ou Open Site Explorer ?

Dixon Jones (Majestic SEO). Ces deux concurrents ont leurs qualités, mais nous pensons que notre force réside avant tout dans l'exhaustivité et la qualité de nos données. Cela relève à la fois de la façon dont nous collectons les informations, en profondeur, mais aussi de la manière, transparente, dont nous les affichons.

Par exemple, notre "Fresh Index" veut présenter des informations fraiches. Mais c'est aussi l'une des sources de données les plus riches qui soit concernant les backlinks, ce qui ne l'empêche pas d'être quotidiennement mis à jour. Quant à notre "Historic Index", qui couvre une période bien plus longue, s'étalant sur les cinq dernières années, les données qu'il contient sont particulièrement massives. Elles sont pourtant actualisées chaque mois. Les gens ne se rendent pas toujours compte de ce que cela représente.

Pour informations, quand nous parlons de mises à jour quotidiennes, cela inclut un nouveau calcul de nos scores de qualité des liens, car nous ne nous contentons pas d'ajouter de nouvelles URL à notre base de données.

Nous sommes également particulièrement fiers de notre nouvel indicateur Flow Metrics, qui est selon nous un grand pas en avant pour mieux comprendre la force et la valeur des backlinks d'une URL donnée. (NDLR, il s'agit d'un indice qui se présente sous la forme d'un graphique très visuel, qui se base sur le nombre de liens reçus par une URL, mais aussi sur leur qualité et la crédibilité de leur source.)

Comment vérifiez-vous la validité des liens, et détectez-vous, par exemple, les liens morts ?

Nous n'ajoutons un lien dans notre base de données uniquement que lorsque nous le parcourons et atteignons réellement sa cible. Tous les liens de notre base de données sont donc valides lorsque nous les parcourons, mais, et c'est un grand mais, si le lien se casse avant que nous le parcourions à nouveau, nous ne pouvons pas le savoir. Lorsque nous le parcourons à nouveau, nous le conservons cependant dans nos données, mais en le notant comme mort. Certains rapports peuvent faire apparaître, ou non, ces liens cassés. Les utilisateurs un peu avancés savent comment filtrer ces données pour mieux répondre à leurs besoins.

Qu'a changé Google Penguin à vos outils, et à l'usage qui en est fait ?

Avant Penguin, tous nos utilisateurs se servaient de notre outil pour trouver les bons liens pointant vers des pages Web. Notre site et toute notre activité étaient orientés vers cela. Pourtant, désormais, les utilisateurs se servent beaucoup de nos données pour débusquer les mauvais liens ! Je rappelle d'ailleurs qu'ils peuvent accéder à ces données gratuitement, car nous laissons les utilisateurs accéder à toutes les données que nous avons sur leurs propres sites.

Comment aidez-vous les référenceurs à mesurer l'impact des réseaux sociaux et leurs backlinks ?

Aujourd'hui, même si nous crawlons les URL de Bitly et t.co (qui proposent des services pour raccourcir les URL, très prisés sur les réseaux sociaux et notamment Twitter, ndlr), nous n'avons pas spécialement mis sur pied une fonctionnalité dédiée au web social. Cependant, nous proposons un moyen d'analyser et d'évaluer les profils sur les réseaux sociaux.

Par exemple, notre outil peut indiquer que le compte Twitter du chef de la lutte antispam chez Google, @MattCutts, a récolté suffisamment de backlinks pour avoir un score de citation ("Citation Flow") de 52 sur 100. La qualité des pages émettant ces liens lui permet d'obtenir un score de crédibilité ("Trust Flow") de 47, toujours sur 100.

Pour le compte Twitter de quelqu'un de moins connu, comme moi, le score de citation est de 22 et celui de crédibilité de 17. Notre outil peut calculer ces scores pour tous les profils de réseaux sociaux qui sont publics, sur LinkedIn, Facebook, ou Google+.


Dixon Jones est le directeur marketing et le porte-parole de Majestic SEO. Il travaille avec les moteurs de recherche depuis 1999, date à laquelle il a mis sur pied l'agence de conseil en webmarketing Receptional. Il dirige toujours aujourd'hui cette société dédiée au PPC, aux réseaux sociaux, au SEO et au link building.

Référencement naturel / Référenceurs