La supervision pour le contrôle ponctuel de la performance

Pour contrôler de manière très spécifique la performance de son réseau et de son parc informatique en agence, mais aussi afin de valider des choix d'architecture technique, Relay France exploite un outil de supervision.

Filiale de Lagardère Services, Relais H est devenue en 2008 Relay France. Son métier remonte lui à 1852 avec la création par Louis Hachette des Bibliothèques de gares à Paris. La société reste depuis spécialisée dans la diffusion de la presse en zones de transport : stations de métro et RER, gares SNCF, ou encore aéroports. Relais H comptait en 2007, 1200 collaborateurs et 870 agences réparties dans l'Hexagone.

Ces points de vente, de taille hétérogène, disposent d'une architecture matérielle et logicielle identique. Ils sont ainsi équipés de connexion ADSL grand-publics de l'opérateur Orange, un compromis entre coût et disponibilité. Quant aux connexions distantes au site central de Levallois-Perret, elles s'effectuent via des liaisons VPN. Enfin, les agences disposent pour la gestion commerciale et administrative de postes de travail sous Windows 2000, et pour certaines, d'écrans plasma assurant la diffusion de vidéos publicitaires.  

Jusqu'en 2007, Relay France ne réalise pas de supervision informatique auprès de son réseau d'agences. Pour un usage interne, son existant se compose de PRTG, un outil d'analyse du trafic réseau. La société ne souhaite toutefois pas mettre en place une plate-forme de supervision en 24/7, principalement du fait de l'impossibilité de suivre le nombre important des lignes et les causes possibles d'anomalies hors périmètre, comme par exemple la mise hors tension de la machine elle-même.

 

ipswitch instantinfo workspacereport
Rapport de performance en temps réel des postes de travail. © Ipswitch

Elle recherche donc une application exploitable pour des opérations ponctuelles, notamment dans le cadre de résolutions d'incidents. Relay France opte finalement pour Ipswitch WhatsUp Gold, une solution déjà testée en interne et recommandée par son intégrateur, Orsenna. L'application est installée au siège de l'entreprise sur un serveur IBM standard sous Windows 2003. La configuration est prise en charge par le distributeur et intégrateur. A terme cependant, Relay France devrait devenir autonome grâce à une formation à l'utilisation globale du produit

"Notre premier projet a été de vérifier la qualité de service de notre réseau, soit près de 1000 lignes ADSL. Nous n'avions en effet qu'un ressenti très vague sur les performances des liaisons. Pendant une période de deux à trois semaines, nous avons donc procédé via le produit Ipswitch à des tests de type Ping. Le bilan de cet audit a été de constater que pour un service à prix économique, la qualité de notre réseau s'avérait bonne. Une preuve que nous avons pu apporter à la direction", déclare Roberto Ghigo, chef de projet informatique au sein de Relay France.

 

ipswitch webtaskmgr interfacetab
Interface Web d'Ipswitch © Ipswitch

Fin 2007, début 2008, l'outil de supervision Ipswitch est de nouveau mis à contribution, cette fois pour expliquer un taux de panne un peu plus élevé que la moyenne affectant les écrans plasma. Relay France se doit en effet contractuellement de garantir la disponibilité de ce service de diffusion de publicité. Or en raison d'un environnement confiné, les ordinateurs qui pilotent les écrans souffrent de surchauffes plus fréquentes. Afin d'intervenir dans les plus brefs délais, les 150 machines sont placés sous supervision. Un remplacement matériel est ensuite entrepris comprenant l'installation de nouveaux ordinateurs et logiciels. 10 pilotes distincts sont évalués grâce à Ipswitch afin de juger des performances de chacun en termes de réponse à l'environnement.  

"Toujours en réponse à une problématique spécifique, nous avons exploité l'application Ipswitch WhatsUp pour valider la conformité de notre DNS. Notre concentrateur VPN permettait en principe de gérer 1 500 connexions. Or à partir de 1 000, nous avions pu constater qu'en vérité il ne renseignait pas bien le DNS", détaille Roberto Ghigo.

"Par conséquent, certaines opérations de transfert d'information depuis le siège vers une agence ne pouvaient pas se faire. Ipswitch a permis de vérifier l'anomalie en temps réel et de le corriger, en manuel, afin de gérer la production. Les résultats ont constitué un argument du service informatique pour motiver l'évolution vers un nouveau concentrateur VPN autorisant désormais 5 000 tunnels", poursuit-il.

Relay France étudie à présent la possibilité d'exploiter la solution pour la supervision de sa nouvelle salle blanche accueillant une cinquantaine de serveurs et de Switch. La direction informatique souhaite en effet mettre en place un système de surveillance et de gestion d'alertes en mode 24/7 pour la salle informatique. Avant de faire son choix, l'entreprise doit toutefois encore définir ses besoins de supervision.

 

le projet en bref
Source : JDN Solutions
OrganisationRelay France
SolutionIpswitch WhatsUp Gold
Coût8327 euros pour 1000 points
IntégrateurOrsenna

Serveurs / Cas utilisateur