Une plate-forme EAI au secours d'un groupement hospitalier

Pour faire dialoguer les données administratives et médicales, le DSI du Groupe Hospitalier Saint Vincent a choisi une solution d'EAI. Les données sont exploitées sur un format unique.

Etablissement privé à but non lucratif, le Groupe Hospitalier Saint Vincent emploie 1000 personnes sur trois activités que sont la médecine, la chirurgie et l'obstétrique, sur plusieurs sites dans Strasbourg et dans sa région. L'infrastructure informatique se compose de 400 postes de travail client léger pour 500 utilisateurs, appuyés par 30 serveurs.

Le Groupe Hospitalier Saint Vincent entreprend en 2003 de moderniser son système d'information suite à un travail sur les volets médicaux financiers. En 2006, ce travail se poursuit dans le domaine du dossier patient électronique. La croissance de l'usage des applications médicales exigeait de trouver un moyen de faire communiquer les logiciels entre eux, en faisant pour cela appel à un système d'EAI.

La DSI lançait donc en 2005 un appel d'offre pour rechercher l'outil d'EAI qui lui permettrait d'assurer l'intégration des nombreuses applications administratives et médicales exploitées dans ses différents établissements. Un travail qui fait suite à la refonte et à la réorganisation du système d'information. "L'architecture cible du système d'information a été définie en 2003. Nous réfléchissions depuis 2003 à la mise en place d'un système d'ntégration de données interapplicatif (EAI)", explique Vincent Brunetta, le DSI du Groupe.

Trouver un moyen de faire communiquer les logiciels entre eux.

C'est la plate-forme Ensemble d'InterSystems qui est alors choisie, en 2006, avec Sogeti comme intégrateur. Une décision qui se justifie par un rapport coût / performances très attrayant mais aussi par la puissance fonctionnelle de l'outil.

L'idée était de trouver un outil d'EAI stratégique qui permette ensuite d'entraîner et d'intégrer d'autres flux de données, surtout dans le cadre de la dématérialisation de certains flux papier, comme les commandes et les factures.

"Ensemble permet l'intégration entre les applications médicales que nous utilisons, en l'occurrence Orbis, le système d'information hospitalier intégré d'Agfa, et les applications administratives. Sur ce point, nous utilisons le système Cerner " explique Vincent Brunetta, le DSI du Groupe. Mais la mise en place de la couche EAI devrait permettre à terme de faire communiquer plus d'outils entre eux.

Début 2007, les équipes de l'intégrateur Sogeti, de l'éditeur InterSystems et l'équipe projet en interne mettent en place la plate-forme EAI Ensemble au Centre Hospitalier Saint Vincent. Le produit est livré en juin 2007 et entre immédiatement phase de production. " Le projet a été d'une durée totale de 100 jours pour la mise en œuvre. 60 jours ont été consacrés au développement des flux et 40 jours à la gestion des erreurs techniques et fonctionnelles", précise Vincent Brunetta, avant de détailler le processus de fonctionnement. " Nous faisons remonter via la plate-forme EAI 20 flux, que nous appelons des services. Trois services sont par exemple des services d'identité. Il s'agit de la création, de la modification, et de la fusion d'identité. D'autres services sont des services de mouvements. Il s'agit des admissions, des changements de localisation..."

Ces services sont déclenchés par la mise à disposition de données dans l'application source puis ces données sont converties dans un flux au format HL7, un standard pour les données médicales. L'application de destination consomme nativement ces données dans ce type de format.

Le système d'EAI est complètement transparent au niveau de l'utilisateur, la DSI étant seule en charge de l'administration de la plate-forme. Le travail d'administration consiste à détecter les erreurs de production. " Ce sont soit des erreurs techniques, comme des problématiques de connectivités sur les applications sources, soit des erreurs fonctionnelles, qui sont en relation avec la cohérence métier de la donnée", détaille Vincent Brunetta.

Deux nouveaux projets ont pu être réalisés à partir de cette couche EAI. Un envoi journalier vers la plateforme du Samu 67 permet d'informer sur le taux d'occupation des services. «Cela fonctionne sur un principe de filtres automatisés, que nous avons mis seulement deux jours à réaliser», relate Vincent Brunetta. Le second projet permet d'envoyer toujours de manière automatique et sécurisée l'identité des patients vers les laboratoires prestataires pour des analyses médicales.

 

Le projet en bref
Source : Journal du Net Solutions 2007
OrganisationGroupe Hospitalier Saint Vincent
Secteur d'activitéSanté
Type de projetIntégration
Editeur retenuIntersystem
Date de lancement du projet2007

Serveurs / Cas utilisateur