Thibaut Bechetoille (Qosmos) : "Notre brique DPI répond à des cas d'application comme la mesure d'audience"

Sécurité, optimisation réseau, extraction d'informations qualitatives : l'éditeur intervient dans ces domaines grâce à une analyse temps réel des flux. Il a levé 7 millions d'euros et prépare sa croissance.

Pouvez-vous nous présenter le parcours de Qosmos ?

L'entreprise a été créée en 2000 par deux universitaires du laboratoire Lip6. Le projet initial était de développer un produit dans le domaine de l'optimisation réseau en priorisant des flux que nous saurions identifier. Pour cela nous avons mis au point un algorithme de reconnaissance de protocoles et d'applications assez sophistiqué.

Après l'entrée au capital en juin 2004 de l'investisseur Sofinnova Partners et mon recrutement en 2005, un virage stratégique a été initié afin de positionner Qosmos sur le marché de l'extraction d'information, celui du DPI, Deep Packet Inspection. Et le DPI peut être utilisé à la fois en sécurité, pour l'optimisation réseau, et enfin dans un troisième domaine qui est celui de l'extraction d'informations qui en tant que telles ont une valeur. Pour des acteurs comme Médiamétrie ou GfK, l'information est en effet cruciale.

Qosmos a donc un positionnement horizontal, un peu comme une base de données, une brique utilisée lorsqu'elle est intégrée avec des applications verticales. Nous pouvons être vus comme un bloc de Lego qui peut être soit du logiciel soit une appliance s'intégrant à une solution verticale. Et cette brique est vendue à trois catégories de clients que sont les intégrateurs, généralistes ou spécialisés, les équipementiers réseau et les éditeurs de logiciels.

L'entreprise emploie actuellement une trentaine de personnes et opère sur le marché mondial grâce à cinq commerciaux répartis sur trois continents : un aux Etats-Unis, deux sur l'Europe et deux en Asie, dont un ingénieur commercial installé en Chine à Shanghai. L'objectif pour la fin de l'année 2008 est de doubler l'effectif commercial et d'atteindre l'équilibre en deuxième moitié 2009.

 

En quoi consiste votre offre logicielle ?

Nous proposons une librairie logicielle, un moteur d'extraction qui va s'intégrer dans une démarche OEM à un produit, équipement ou soft, de clients tels que Expand Networks ou Ipanema. En matière d'appliance, cela va des boîtiers de 10-100Mo à ceux de 1Go, puis 10Go en fin d'année.

Ils peuvent être installés chez des particuliers, derrière des box pour mesurer par exemple l'audience de la télévision IP, ou dans un groupe d'assurance pour calculer le temps de traitement des sinistres. Le point commun entre ces clients est la recherche d'une information très spécifique.

"La librairie compte désormais 300 protocoles"

Cette brique standard répond à de multiples cas d'application comme de la mesure d'audience, des études de marché, raison pour laquelle GfK a investi dans la société, mais aussi la facturation au contenu, ou encore la rétention de données dans le cadre par exemple de l'application de lois de conformité.

Le DPI permet d'analyser en temps réel des flux. Au travers d'un algorithme grammatical et sémantique, les protocoles transitant par le réseau sont comparés à ceux définis dans la librairie. Celle-ci en compte désormais 300. Elle permet de reconnaitre notamment SAP, de la messagerie instantanée, de la télévision sur IP, etc.

Au sein de chaque protocole, nous savons extraire des attributs protocolaires. Dans l'exemple de la télévision sur IP il pourra ainsi s'agir de la chaîne regardée. Les attributs peuvent être également un mot clef dans Google, un login dans une IM, un flux de streaming, etc. Dès lors qu'un protocole est reconnu, il nous est possible d'y extraire le paramètre visé par le client tout en s'affranchissant de l'encapsulation inévitable sur les réseaux. Un flux MMS, même s'il est encapsulé, pourra être observé pour le compte d'un opérateur mobile.

 

Quels sont les objectifs de Qosmos accompagnant la levée de fonds ?

"Le business plan prévoit une introduction en bourse en 2010"

Notre premier domaine d'investissement est la force commerciale avec une implantation sur la cote Est au troisième trimestre et une autre en Asie, à Singapour. Viendra probablement ensuite l'ouverture d'un bureau sur la cote Ouest américaine, et bien sûr aussi des investissements en Europe. Le deuxième domaine d'investissement concerne le développement de notre notoriété et la communication auprès des analystes sur les opportunités de ce nouveau marché de l'extraction d'information.

Sur le plan technologique, nous nous orientons dès cette année vers le support du haut débit à 10Go. Nous allons aussi ajouter de nouvelles applications et protocoles, une cinquantaine. L'équipe de R&D travaille également sur des sujets prospectifs comme l'analyse sémantique afin d'extraire une information plus intelligente.

Le business plan prévoit en 2011, un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros et un effectif de 140 personnes. L'introduction en bourse pourrait quant à elle se faire en 2010. Notre objectif reste néanmoins de demeurer indépendant. Cette indépendance est un critère important pour certains de nos clients.