Entrepreneurs de tous les pays, retrouvez-vous à Shenzhen

D’un simple village de pêcheurs de 30 000 habitants à la fin des années 1970, Shenzhen est devenue une agglomération de près de 20 millions d’habitants. Elle représente aujourd'hui l’épicentre de la Silicon Valley chinoise.

Située à l’une des extrémités du delta de la rivière des Perles et à 35 kilomètres au nord de Hong Kong, la ville doit son développement fulgurant au statut de zone économique spéciale qu’elle acquiert à la fin des années 1970. Elle devient ainsi l’un des principaux lieux de la politique d’ouverture aux investissements étrangers prônée par Deng Xiaoping. Dopée par l’investissement étranger, le développement du secteur privé et l’économie de marché, Shenzhen compte en 2010 près de 10 millions d’habitants.

Les activités industrielles dans le domaine de l’électronique s’y sont développées avec vigueur. Le groupe taïwanais Foxconn, plus grand fabricant mondial de composants électroniques, a établi à Shenzhen un important site de production. D’autres géants, tels que Huawei Technologies, ZTE ou encore Tencent, à l’origine du réseau social WeChat qui compte 1 milliard d’abonnés, ont leur siège social à Shenzhen.

Le développement des industries technologiques se nourrit du foisonnement d’initiatives portées par de jeunes entrepreneurs qui, sur place, imaginent, prototypent puis font fabriquer par les entreprises locales les produits qui, demain, inonderont les marchés mondiaux. A ce titre, Shenzhen est devenue un immense FabLab où se mêlent communautés de hardware makers qui viennent chercher ici l’environnement et le support qui leur permettront de transformer leur idée en produit prêt à être mis sur le marché.

Shenzhen, royaume des makers spaces, accélérateurs et autres incubateurs de start-up

C’est au cœur du district de Futian, dans le quartier de Huaqiang Bei, que se trouve la plus forte concentration d’incubateurs, accélérateurs et autres makers spaces, à l’exemple du Segmaker Space ou encore de Trouble Maker (https://troublemaker.site/), dernier en date des espaces de co – working / accélérateurs.

Segmaker Space est un complexe qui propose toute une gamme de services aux entrepreneurs, comprenant activités de R&D, espaces de co-working, mentoring, assistance technique, formation, ou encore un vaste Fabrication Laboratory. Ce FabLab est équipé des derniers matériels de traitement numérique et autres outils électroniques (imprimantes 3D, appareils de scanning 3D, machines à graver et à fraiser de précision…).

L’intégration verticale – au sens premier du terme – des activités est réelle, en ce sens où le FabLab dispose d’un ascenseur dédié permettant d’accéder directement au SEG market, le plus grand supermarché de composants électroniques au monde, situé au rez-de-chaussée de la tour qui héberge le Segmaker Space. Ainsi, les créateurs peuvent s’approvisionner de l’ensemble des composants dont ils ont besoin pour assembler, tester et fabriquer le prototype du produit qu’ils ont imaginé. Alors qu’en Europe, il faudrait trois mois en moyenne pour réaliser son premier prototype, une semaine suffit à Shenzhen…

D’autres prestataires, moyennant rémunération de leurs prestations, vont plus loin encore : par exemple, NOA Labs (https://www.noa-labs.com/) accompagne les créateurs sur toutes les étapes du cycle de vie du projet, de l’idée initiale jusqu’à la mise sur le marché ; ce qui implique de pouvoir disposer de fait d’un capital de départ.

Ce que propose une société d’investissement comme HAX (https://hax.co/), installée à Shenzhen depuis 2012, et dont le programme vise à faire bénéficier des créateurs sélectionnés sur le volet de dispositifs d’accompagnement sous forme de mentoring et de networking, ainsi que de fonds d’amorçage, en contre – partie de prises de participation ultérieures. Il s’agit d’un programme global, intégrant le prototypage, l’approvisionnement, la fabrication, le packaging, la stratégie de mise sur le marché, le marketing et la distribution, ainsi que la mise en relation avec des fonds d’investissement. En mars 2016, plus de 100 startups avaient participé au programme HAX Accelerator.

La région du delta de la Rivière des Perles, nouvel épicentre de l’innovation et de la créativité

Ainsi, la région du delta de la Pearl River n’est pas devenue uniquement l’atelier du monde, elle est un des épicentres de l’innovation et de la créativité dans tous les domaines (urbain, services, industrie, recherche, arts…), soutenue par un niveau d’investissement phénoménal.

Certaines villes de cette région font de l’attraction des talents un instrument au service de leur politique d’innovation, en offrant un environnement et des avantages distinctifs. Ainsi, Dongguan, située à 70 kilomètres au nord – ouest de Shenzhen en est une vibrante illustration. La ville, qui compte plus de 8 millions d’habitants, se vante d’abriter plus de 30 000 entreprises industrielles. 1 smartphone sur 8, 30% des jouets, 20% des produits numériques et 10% des chaussures de sport produits dans le monde sont fabriqués à Dongguan. Aujourd’hui, Dongguan a l’ambition de s’affirmer comme une zone d’excellence de type cluster, au niveau international, en favorisant le développement et la coopération entre grandes entreprises de haute technologie (industrie électronique et informatique, industries des biotechs, de l’énergie, industrie des robots…), centres de recherche, startups, l’ensemble étant soutenu par des infrastructures et des services aux industriels de qualité.

Afin de promouvoir l’attractivité de son territoire, Dongguan a fait le pari d’un mode de développement économique et industriel plus respectueux de l’environnement : l’ECO-Industrial Park, qui s’étend autour du lac Songshan, en est un bel exemple. En jouant la carte de la qualité de vie, Dongguan rivalise d’ingéniosités pour attirer des talents du monde entier. La politique « Talents in Dongguan » s’appuie sur un ensemble de mesures d’accompagnement (aide au logement, protection sociale, équipements et prestations de santé, scolarité des enfants…) en faveur des entrepreneurs qui viendraient s’y installer. L’allocation logement, mesure emblématique de cette politique, peut représenter entre 350 000 euros et 700 000 euros, selon la qualité du projet de l’entrepreneur…

Paradoxe(s) de la Chine, quand tu nous tiens ! Nonobstant les lourdeurs administratives et bureaucratiques, les gouvernements, au niveau national comme provincial, ont su construire en quelques années un écosystème favorisant l’innovation et la créativité, gage du développement économique et industriel du pays. Si la déclaration de Pierre Gattaz, Président du Medef, faite lors de son déplacement en Chine fin 2016 sur le thème « j’ai quitté un pays communiste, la France, pour venir dans un pays libéral, la Chine ! » avait pu émouvoir par son excès, pour le moins, elle mettait en lumière la capacité foudroyante de la Chine à s’adapter à la compétition internationale, rendant plus criante la difficulté de la France à se réformer.

(1) Cette chronique fait suite à une Learning experience organisée fin 2016 par l’Université de Technologie Sino-Européenne de Shanghai – UTSEUS (http://utseus.com/fr), à laquelle j’ai eu l’opportunité de participer.

Autour du même sujet