Le moteur de recherche européen Qwant lève 25 millions d'euros

La Banque européenne d'investissement entre au capital de la start-up pour lui permettre de concurrencer Google.

C'est à l'occasion de la grande conférence numérique franco-allemande qui a eu lieu mardi à l'Elysée que Qwant l'a annoncé : la start-up fondée à Paris et qui est à l'origine d'un moteur de recherche reçoit un investissement de 25 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement (BEI). Le financement s'inscrit dans le cadre de l'initiative communautaire Horizon 2020, qui donne accès à des subventions pour les start-up européennes. "Le financement se fait sous forme de prêt de plusieurs tranches, conditionné à l’exécution du business plan, note Les Echos. Au terme de l’opération, la BEI sera toutefois bien actionnaire de la société."

Neutralité des résultats et protection des données

Fondé en 2011 par Jean Manuel Rozan et Eric Leandri et officiellement lancé en 2013, Qwant est un moteur de recherche qui se veut une alternative plus sécurisée à Google. Il promet de protéger les données personnelles des utilisateurs, qu'il ne stocke pas sur ses serveurs, et assure la neutralité des résultats de recherche. Ces derniers sont affichés dans plusieurs colonnes, selon leur nature : Web, actualités (pour les articles de presse) et social (pour les publications sur les réseaux sociaux).

Axel Springer déjà au capital

Pour se monétiser, Qwant mise sur la vente de son moteur de recherche en marque blanche et fait aussi apparaître des partenaires commerciaux comme Trip Advisor ou Voyages-SNCF dans sa ruprique shopping. En 2014, le groupe allemand Axel Springer, en plein dans une offensive anti-Google, a pris une participation de 20% dans la start-up en y injectant cinq millions d'euros. Selon Les Echos, Qwant va profiter de ce nouveau financement pour décliner son service dans de nouvelles langues et pourrait boucler un nouveau tour de table de l'ordre de 25 millions d'euros avant la fin de l'année. 

Serveurs / Google