Confidentiel : Mobeye, l'appli qui permet aux marques de surveiller leurs rayons, lève 1,2 million d'euros

Mobeye levée 1,2 million d'euros Le fonds Aurinvest entre au capital de Mobeye, application dont les utilisateurs sont rémunérés en effectuant des missions dans les magasins près de chez eux.

Mobeye vient de boucler une levée de fonds de 1,2 million d'euros auprès d'Aurinvest Capital ainsi que d'investisseurs privés du secteur de la grande distribution, parmi lesquels Philippe Reboul (ex-directeur du business development chez Coca-Cola Entreprise) et Vincent Robert (ancien Président d'Orangina Schweppes International).

L'application permet à des marques du secteur de la grande distribution de vérifier l'installation de produits ou de publicités en magasins grâce au crowdsourcing : les utilisateurs de Mobeye gagnent de l'argent en réalisant de courtes missions dans les magasins près de chez eux, bien souvent en prenant des photos des rayons. Chaque mission est rémunérée entre 3 et 15 euros. Lancée en juillet 2013, Mobeye revendique 100 000 utilisateurs en France et en Belgique et a déjà distribué 200 000 euros depuis sa création. Elle compte 50 clients.

Coca-Cola, Nestlé, Michel & Augustin ou Samsung parmi les clients

Les fonds levés permettront d'abord à Mobeye d'accélérer son développement commercial, en France et à l'étranger. "On a vocation à s'étendre rapidement aux pays limitrophes, assure Augustin Rudigoz, cofondateur et président de la start-up. D'autant que tous nos clients sont internationaux." Parmi eux, Coca-Cola Entreprises, Nestlé, Michel & Augustin, Sony, Samsung, Seb, Unilever, Adidas, Total, Kronenbourg, Sanofi Aventis, Microsoft...

Diversifier les missions des utilisateurs

Mobeye compte également consolider son équipe technique afin de développer de nouveaux services. D'une part, pour ses clients, sur le back office, pour un "reporting toujours plus intelligent". D'autre part, pour ses utilisateurs : "Nous voulons diversifier leurs missions. Par exemple, nous avons signé un contrat avec une société de sécurisation de chantiers et nous leur demandons depuis peu de repérer les chantiers présents près de chez eux, raconte Augustin Rudigoz. Cela fait aussi partie de notre objectif de consolidation du portefeuille clients et de diversification, avec des activités connexes." Mobeye emploie 14 personnes, et devrait recruter entre 5 et 10 collaborateurs dans les mois à venir : bras droit, business development, chef de projet, développeurs...

A terme, professionnaliser certains utilisateurs

La start-up, qui a été incubée au Startup42 de l'Epita puis chez Télécom Paristech, ne manque pas de projets. Elle envisage de proposer à ses clients de lancer le service en vase clos, auprès de leurs équipes marketing. A terme, Mobeye envisage aussi de professionnaliser une partie de sa communauté d'utilisateurs.

Surtout, Mobeye souligne que contrairement à certains de ses concurrents, elle ne stocke que très peu de données sur ses utilisateurs. "Nous nous spécialisons sur des données factuelles, en magasins, précise Augustin Rudigoz. Peu importe le profil de l'utilisateur qui nous remonte des données : on ne segmente pas notre base de données selon les infos personnelles des utilisateurs, mis selon la qualité des informations que nous recevons."

Autour du même sujet