Avec IOS 12, Apple donne un nouveau souffle aux push notifs

Avec IOS 12, Apple donne un nouveau souffle aux push notifs Les éditeurs d'applications peuvent désormais envoyer des notifications plus discrètes que les classiques mais accessibles à tous, sans opt-in.

Apple aurait-il décidé de se réconcilier avec les marketeurs ? Alors que l'arrivée d'IOS 11 a porté un sérieux coup au business des spécialistes du retargeting mobile, celle de son successeur, IOS 12, (disponible depuis le 17 septembre) s'accompagne d'un petit cadeau pour les spécialistes du CRM. Apple a décidé d'y introduire une fonctionnalité baptisée "autorisation provisoire" qui permet aux éditeurs d'application d'envoyer des push notifications aux utilisateurs qui ont ouvert leur application au moins une fois, sans que la récolte de leur consentement ne soit nécessaire.

Rappelons que sur iOS, tous les éditeurs sont obligés d'obtenir l'opt-in de l'utilisateur avant de lui envoyer des push notifications. "Ce taux d'acceptation avoisine les 44% selon nos estimations contre 91% sur Android où l'utilisateur reçoit les push notifications par défaut", précise Patrick Mareuil, cofondateur du spécialiste du marketing mobile Accengage.

L'utilisateure peut configurer ses notifications pour décider de les garder discrètes ou pas. © Apple

Les choses changent donc dans l'écosystème d'Apple. Les éditeurs vont ainsi pouvoir toucher l'intégralité des personnes qui ont téléchargé leur application grâce à un canal spécial nommé "distribuer en silence". Les notifications envoyées par ce biais, et sans opt-in donc, ne pourront toutefois être consultées qu'au sein du centre de notifications d'IOS. Elles n'apparaissent donc pas en tant que bannières ou au sein de l'écran de verrouillage comme les notifications classiques et sont évidemment silencieuses. En clair, bien moins visibles ! Sous chacune d'entre elles s'affiche un message qui demande à l'utilisateur s'il veut les garder. Ce dernier peut alors décider de les garder "avec alerte", une action qui équivaut à réaliser un full opt-in et donc de les voir normalement par la suite. Il peut aussi décider de continuer à les recevoir discrètement ou même de les éteindre (il n'en recevra donc plus).

"Avec cette nouvelle option, Apple veut permettre à l'utilisateur d'avoir une idée des notifications qu'il recevra s'il consent à donner son opt-in", explique Patrick Mareuil. Dans l'ancien système, l'utilisateur devait se décider pratiquement à l'ouverture de l'application lorsqu'il recevait une première demande très impersonnelle de l'éditeur. Et pour les indécis, il était très compliqué de faire marche-arrière. C'est donc pour l'utilisateur un moyen de faire un choix éclairé et pour le développeur l'occasion de faire ses preuves.

Une bonne nouvelle donc mais pas une révolution pour autant, à en croire Patrick Mareuil. "Le centre de notifications n'est pas vraiment consulté sur IOS, contrairement à Android où il est regroupé au même endroit que l'espace réglages du smartphone et donc beaucoup plus visible." Sur les iPhone, les deux espaces sont séparés. On swipe du haut vers le bas pour accéder au centre de notifications, du bas vers le haut pour régler les paramètres de son smartphone (wifi, bluetooth, luminosité…). Il reste donc primordial pour les éditeurs d'optimiser la stratégie de récolte des opt-in pour leurs push notifications, celles-ci étant beaucoup plus efficaces que les "discrètes". "Expliquer l'intérêt des notifications via un tutoriel diffusé au sein de l'application reste plus que jamais nécessaire", rappelle Patrick Mareuil

"Expliquer l'intérêt des notifications via un tutoriel diffusé au sein de l'application reste plus que jamais nécessaire"

Apple a réservé d'autres bonnes surprises aux amateurs de push notification. "Elles seront désormais regroupées au sein du centre des notifications par éditeur et non plus par ordre chronologique", détaille Patrick Mareuil. Cette disposition, inspirée de l'univers Android, permettra aux utilisateurs de s'y retrouver plus facilement. Les différentes notifications d'un même éditeur seront ensuite classées par thématique s'il leur en a assigné une. "Cela permet à l'utilisateur d'une application média de visualiser facilement toutes les notifications relatives à un sujet précis comme la démission de Nicolas Hulot", illustre Patrick Mareuil.

Toujours dans la même logique, l'utilisateur pourra également configurer son application de façon à ne recevoir que des notifications relatives à une catégorie particulière. "Par exemple un client qui refuse de recevoir des push promos d'un e-commerçant mais veut être informé du suivi de sa commande via des push notifs", complète Patrick Mareuil. Dernière nouveauté, les notifications deviennent plus interactives. "L'utilisateur peut agir au sein de la notification sans avoir à cliquer dessus. "Pratique pour un média qui désirerait réaliser un sondage auprès de sa base, les utilisateurs pourraient répondre sans avoir à sortir de la notification", illustre Patrick Mareuil.

Et toujours :

Autour du même sujet

Annonces Google