Le magasin physique est mort, vive le magasin physique !

Face au boom du e-commerce, nombreux ont auguré la disparition du point de vente. Pourtant, l’engouement des consommateurs pour l’achat offline est toujours marqué.

Bienvenue dans l’ère du Smart Phygital. 65% des Français estiment que les pure players ne représentent pas un risque pour l’activité des commerces de proximité*. Un chiffre intéressant à l’heure où les frontières entre les mondes physiques et virtuels n’ont jamais été aussi poreuses. Fort de ce constat, comment combiner ces deux mondes pour imaginer le magasin de demain ?

Contrairement aux idées reçues, les sites d’achats en ligne sont loin d’être perçus par les Français comme une menace directe au commerce de proximité, 35% des français les percevant simplement comme de nouveaux acteurs du marché*. Exit la vision binaire d’un commerce digital tout puissant face à un commerce physique en voie de disparition. L’arrivée des pure players ajoute de nouveaux canaux de distribution et incite donc à se repenser.

On assiste aujourd’hui à l’émergence d’un commerce hybride qui réconcilie ces deux canaux. A l’instar d’Amazon - et de son concept de supérettes automatisées sans caisses Amazon Go ou encore de son partenariat avec Monoprix - les géants du e-commerce sont de plus en plus nombreux à bouleverser le marché du retail physique pour former un pont entre ces deux mondes, offrant ainsi de nouvelles perspectives de consommation à leurs clients. Plus que jamais, le online et le offline vont donc de pair.

Quelle place pour le nouveau magasin auprès du consommateur ?

Face à cette nouvelle donne, le magasin ne peut donc plus s’appuyer sur ses acquis. Le nouvel enjeu pour les retailers est de faire venir les clients en magasin par envie et non par obligation. Pour réussir ce challenge, il apparaît comme pertinent de mettre l’accent sur l’expérience que le magasin physique permet de vivre.

La possibilité de voir et de toucher le produit est une vraie carte à jouer. Fini le magasin classique, la boutique fait la part belle au sensoriel et devient un lieu de rencontre et de découverte. Les exemples sont légion : Ikea imagine ses points de vente comme des lieux inspirants où la magie opère instantanément, Boulanger propose des corners où il est possible de tester les produits, et Décathlon transforme ses vendeurs en coachs sportifs donnant gratuitement des cours dans leur domaine d’expertise.

L’intégration des nouvelles technologies est également une possibilité supplémentaire pour proposer un parcours d’achat plus efficace et donc améliorer l’expérience client, à l’image de Mango qui teste les cabines d’essayage connectées ou encore de Monoprix et de son application Smart’Monop qui facilite le passage en caisse. Tel est également le cas de la réalité augmentée qui, en misant sur l’interaction avec le produit, contribue à réinventer l’expérience en magasin en la rendant innovante et ludique.

Le drive-to-store, vecteur de fidélisation des consommateurs

Fort de ces mutations, le magasin devient un lieu attractif qu’il est nécessaire de promouvoir notamment en engageant le consommateur avec la marque à hauteur de l’expérience vécue. Il est donc crucial de miser sur des formats de publicité engageants et, pour ce faire, le drive-to-store est un excellent levier. En effet, les actions de drive-to-store visent à faire déplacer les individus ciblés en point de vente via des campagnes digitales. Au regard du temps passé par les utilisateurs sur Internet, ce format digital revêt toute son importance.

Le cercle vertueux peut alors opérer : plus le magasin se digitalise, plus il devient possible de récupérer de la data sur les consommateurs et donc plus les professionnels sont à même de les faire venir en magasin grâce à des messages ciblés et personnalisés.

Dans cette quête de fidélisation, le catalogue digital offre l’avantage de la mesurabilité, d’autant que le temps passé est extrêmement qualitatif : la data-analyse donne de nombreuses informations sur la lecture du catalogue et permet de mesurer la corrélation entre ce format et les visites en point de vente. Un levier drive-to-store primordial pour accompagner la mutation du retail.

L'omnicanal devient donc la pierre angulaire de la mutation du retail. Un nouvel écosystème, plus complexe et plus changeant, se met en place. Loin d’enterrer le commerce physique, il constitue plutôt une formidable opportunité de mutation.

*Sondage Ifop réalisé par Offerista les 12 et 13 juin 2018 auprès d’un échantillon de 1 017 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus.

Autour du même sujet

Le magasin physique est mort, vive le magasin physique !
Le magasin physique est mort, vive le magasin physique !

Bienvenue dans l’ère du Smart Phygital. 65% des Français estiment que les pure players ne représentent pas un risque pour l’activité des commerces de proximité*. Un chiffre intéressant à l’heure où les frontières entre les mondes physiques...

Annonces Google