Attirer des visiteurs sur sa boutique en ligne : 4 leviers pour booster son trafic

De quels moyens disposent les marchands pour acquérir un trafic constant et de qualité ? Gros plans sur 4 leviers de visibilité.

Selon la FEVAD, le nombre de sites e-commerce actifs atteignaient le chiffre record de 194 000 en novembre 2018, soit une augmentation de 14 % en un an. Malgré une audience en perpétuelle croissance également (+2,2 %), la concurrence se renforce et les propriétaires de sites marchands doivent faire preuve d’une stratégie féroce pour attirer et fidéliser de potentiels acheteurs. Voici la base ce qu'il faut savoir. 

1. La publicité via Google 

Pour promouvoir sa marque sur la toile, l'e-commerçant a le choix entre deux stratégies :

  • Le référencement payant ou SEA. Le principe est très simple : acheter des mots-clés à Google pour optimiser son positionnement dans les résultats de Google.
  • Le display : à l’instar d’une campagne publicitaire off-line, il s’agit d’achat d’espace en ligne pour promouvoir son site ou ses produits (sous forme de bannière par exemple)

Quels sont les avantages ? Tout d'abord, l’efficacité. La publicité payante reste assurément le moyen le plus efficace d’obtenir un maximum de trafic sur son site en un minimum de temps. Ensuite, le ciblage précis. Grâce à un travail de segmentation efficace, la publicité permet d’atteindre directement le cœur de cible que le site s’est fixé, et donc d’augmenter ses chances de voir augmenter son taux de conversion.

Quels sont les inconvénients ? Principalement, le budget. Pour gagner le droit d'apparaître en haut du tableau Google, les mots-clés peuvent se vendre au prix fort, sous forme d’enchères. C’est alors évidemment celui qui sera prêt à investir un maximum qui ressortira comme grand gagnant. L’effet feu de paille compte également. Tant qu’un site e-commerce est en mesure de financer sa campagne publicitaire en ligne, tout va bien pour lui. Le jour où, pour quelques soucis de trésorerie, il est forcé de tout stopper, il prend le risque de voir son trafic rapidement dégringoler.

2. Le référencement naturel

Le référencement naturel (voir notre livre blanc pour plus de détails ici) également connu sous le nom de SEO, consiste à optimiser la visibilité de sa boutique en ligne en effectuant un travail autour de l’architecture et du contenu digital. Le but est de se faire "naturellement" remarqué par les algorithmes de Google qui ont tout pouvoir de décision en matière de positionnement dans ses résultats.

Quels sont les avantages ? Tout d'abord, la qualité du trafic. Le but de Google, comme de tout moteur de recherche, est de se rapprocher au maximum de la demande de l’internaute en lui donnant accès à des liens susceptibles de répondre à sa question. Si le site marchand a gagné le droit d'apparaître dans les premiers résultats, c’est grâce à un contenu en totale adéquation avec la recherche du client. Ensuite, un trafic gratuit. En termes de coût, contrairement à la publicité, le trafic apporté par le SEO n’impacte pas négativement les finances du site. Enfin, une efficacité pérenne. Une fois la confiance de Google accordée, et tant que les critères de sélection continuent d’être respectés, un site a de grandes chances de rester bien placé, en première page des résultats.

Quels sont les inconvénients ? Le temps. Si au niveau financier, l’impact est nul, c’est un autre budget qu’il va falloir dégager, celui du temps. Car pour parvenir à des résultats probants, les propriétaires de sites devront s’armer de patience et de ténacité. Par ailleurs, un ROI difficile à planifier. En effet, il n’y a malheureusement pas de règle établie pour déterminer la durée nécessaire pour voir ses efforts récompensés. Le retour sur investissement dépendra notamment du marché sur lequel un e-commerçant souhaite se positionner. Plus la concurrence est rude, plus il va falloir être patient. En moyenne, il faut compter au minimum 3 ou 4 mois, et ce délai peut monter parfois jusqu’à 12 mois.

3. Le blogging

Il a le vent en poupe depuis quelque temps, et devient désormais une arme redoutable pour acquérir un trafic de qualité sur son site. Et, ce n’est pas tout, c’est aussi un réel levier de fidélisation.

Quels sont les avantages ? Tout d'abord, un référencement naturel facilité. Grâce à un contenu riche, varié et à forte valeur ajoutée, le blog a toutes les chances de plaire à Google et de se voir donc offrir une place de choix dans les moteurs de recherche. Ensuite, un lien de proximité entériné. En gérant un blog en parallèle de sa boutique en ligne, le e-commerçant se rapproche de ses clients grâce aux conseils et aux astuces qu’il va pouvoir leur donner via des articles de qualité. Enfin, une expertise reconnue. Le blog donne à l’e-commerçant l’opportunité de dévoiler son savoir-faire et ses qualités d’expert, ce qui lui donne accès à l’équivalent du Graal pour tout commerçant : la confiance de ses clients. Par ailleurs, les réseaux sociaux sur un plateau. Le blog ouvre la porte des réseaux sociaux et donne naissance à une vraie communauté. Les échanges y sont souvent nombreux, tout comme les partages de liens via Facebook, Instagram ou Twitter.

Quel est l'inconvénient ? Le temps. Le blogging est très chronophage. Il nécessite un investissement temps important pour conserver son efficacité.

4. Les réseaux sociaux

Avec plus de 33 millions d’utilisateurs actifs mensuels pour Facebook et près de 22 millions pour Twitter, les réseaux sociaux représentent un des meilleurs leviers d’influence sur le web.

Quel est l'avantage ? Une e-réputation boostée. Comme nous l’avons vu un peu plus haut, en intégrant le blogging dans sa stratégie marketing, l’e-commerçant a de fortes chances de voir ses articles partagés sur les réseaux.En parallèle, en créant une page au nom de sa marque et dès le moment où il a réussi à fédérer une vraie communauté autour de ses valeurs, il peut donner un véritable coup d’accélérateur à son e-réputation.

Quels sont les inconvénients ? D'une part, le temps. C’est une nouvelle fois le principal frein pour utiliser au mieux la puissance des réseaux sociaux. En effet, pour vivre, une page Facebook demande d’être animée au quotidien, à la fois pour créer de nouvelles publications, mais également pour répondre aux différents commentaires postés. D'autre part, la nécessité de réactivité. Par ailleurs, un autre inconvénient vient s’ajouter : le besoin de veille quasi permanent. L’administrateur d’une page "fan" se doit d’être aux aguets. Pourquoi ? Car tout va très vite sur les médias sociaux. Si un client est insatisfait des services ou des produits proposés par la marque, rien de plus facile pour lui que d’aller exprimer son mécontentement sur une page Facebook. C’est d’ailleurs entre autres pour cela que l’animation d’un réseau social est un métier à part entière connu sous le nom de Community Management.

Gagner un trafic régulier et de qualité est donc accessible à tout web-entrepreneur qui met toutes les chances de son côté en adoptant les bonnes méthodes.

Autour du même sujet

Annonces Google