Répression en ligne : la Chine ferme 91 sites

Entre le 8 et le 10 janvier, la Chine a fermé 91 sites accusés d'héberger des contenus pornographiques ou "vulgaires". Egalement victime de la multiplication des actes de censure du Parti communiste chinois à l'encontre de sites Internet, le portail de blogs politiques Bullog.cn a été fermé le 9 janvier. Il rassemble de nombreux blogueurs célèbres, dont plusieurs signataires de la charte pro-démocratique 08 Charter.

Le fondateur de Bullog.cn, Luo Yonghao, a confirmé sur son propre blog que la fermeture du site est due, d'après la notification du gouvernement, à "la quantité d'information politiques nuisibles". La charte 08 Charter, publiée en ligne et signée par 303 citoyens chinois, appelle à la liberté d'expression et d'association ainsi qu'à la tenue d'élections ouvertes.

La dernière e-répression chinoise s'attaquait à beaucoup de grands noms du Web parmi lesquels Google, MSN et Baidu, censés saper la moralité publique. Elle remonte à moins d'une semaine. (Lire aussi Répression en ligne : la Chine continue de sévir, du 05/01/2009.)

Annonces Google