Caramail, comme Lycos France, va bien disparaître


Malgré la rumeur, Caramail ne sera pas sauvé. Et le projet de reprise de Lycos France par son management est enterré. Ses actifs risquent de partir en fumée.

La rumeur d'un sauvetage de dernière minute de Caramail par une mystérieuse société anglaise est apparue ces derniers jours sur le Web. Selon le directeur général de Lycos France, Jérémy Clévy, si la société Noesis Systems Llt a bien repris un actif de Lycos Europe, il s'agit en fait de la plate-forme de chat du portail, qui avait remplacé la solution de Caramail en 2005.

Les 600 000 abonnés encore actifs ce mois de janvier du fameux webmail devraient donc bien perdre leur compte. Derrière Noesis Systems Llt, se trouvent en fait les fondateurs de Jubii, qui, après avoir repris le webmail qu'ils avaient vendu à Lycos reprennent aussi sa plate-forme de chat.

En France, les portes du portail fermeront dans la nuit du 15 au 16 février. Le 16 au matin, toutes les pages de Lycos redirigeront vers la home page du portail. La proposition de reprise de Lycos France faite par Jérémy Clévy appuyé par des investisseurs, n'a pas été acceptée par la direction européenne.

Cette dernière aurait en effet préféré vendre la marque en Europe. Seul problème, aucune discussion n'a aboutie. Ce qui entraîne en France le licenciement des 24 personnes travaillant encore chez Lycos. Au contraire, l'offre de reprise de la structure Hexagonale proposait la reprise de 50 % des effectifs. "Nous aurions pu proposer de reprendre la quasi intégralité des effectifs si Lycos Europe n'avait pas décidé unilatéralement d'annuler les contrats commerciaux avec la centaine de sites que nous avions en régie, en se privant de la moitié des revenus du portail", explique-t-il.

En France, la marque Lycos, ses 2 millions de visiteurs uniques, sa base de centaines de milliers de contacts qualifiés devraient donc bien être enterrés le 16 février prochain.

Annonces Google