Sébastien Kaiser (SNCF) "85% des voies ferrées SNCF en Île-de-France sont couvertes en 3G/4G"

Pour la première fois, le patron du numérique et de la connectivité de la SNCF fait le point sur le déploiement de la 3G/4G et du Wi-Fi. Objectif : 90% des voyageurs connectés en permanence début 2020.

Sébastien Kaiser est à la tête de la direction Connectivité & Réseaux de la SNCF. © SNCF

JDN. Il y a trois ans la SNCF annonçait 450 millions d'euros d'investissements d'ici à 2018 dans la numérisation de l'entreprise. Quelle est la part consacrée au déploiement de la 3G/4G et du Wi-Fi dans les trains et le long des voies ?

Sébastien Kaiser. Nous avons mené des études assez poussées de 2015 à 2017 en liaison avec l'Arcep et les différents opérateurs afin d'obtenir une cartographie assez fine des voies qui étaient couvertes et de celles qui ne l'étaient pas. De ce point de vue, nous sommes dans une "responsabilité partagée" entre les différents acteurs. Il faut bien voir que dans la 3G et la 4G, ce n'est pas la SNCF mais les opérateurs qui investissent. Mais nous mettons à leur disposition une offre complète et intégrée (locaux, ingénierie).

En ce qui concerne le Wi-Fi, il est en cours de déploiement, à notre initiative, dans les gares et dans les rames en s'appuyant notamment sur les réseaux radios des opérateurs cellulaires. Le montant de l'investissement est d'une centaine de millions d'euros, soit de l'ordre de 350 000 euros par rame. Cet investissement est porté par SNCF Voyages, la branche TGV de l'entreprise.

Suite à vos études autour de la 3G et de 4G, à combien évaluez-vous aujourd'hui la couverture cellulaire des voies ferrées, notamment dans les trains du quotidien ? Quels sont vos objectifs à moyen terme ?

Difficile de répondre précisément sachant que la quasi-totalité des voies TGV sont à peu près couvertes aujourd'hui, notamment le Thalys, Paris-Marseille (dont le tronçon Paris-Lyon par Orange depuis 2016, ndlr), Paris-Strasbourg et Paris-Brest. La grande majorité des lignes seront couvertes d'ici fin 2018.

On estimait fin 2016 qu'environ 60% des voies étaient accessible en 3G ou en 4G, un ratio laissant de véritables marges de progrès. Aujourd'hui, nous sommes à 85% en Île-de-France dont les dix-sept kilomètres de tunnels du RER C. Quant aux lignes des RER B et D, elles devraient également être entièrement couvertes d'ici à la fin de l'année.

Plutôt que de raisonner en valeur absolue, nous avons une approche de type "expérience client". Notre objectif est un taux de navigation réussi en moins de dix secondes. Sur l'Île-de-France par exemple, les zones de mauvaise couverture sont très localisées. En région, ces zones sont encore très nombreuses mais se résorbent rapidement. Début 2020, 90% de nos voyageurs devraient être connectés en permanence.

Est-ce que certains opérateurs sont plus volontaristes que d'autres ?

Tout dépend de leur stratégie respective mais tous les opérateurs se sentent très concernés. A la SNCF, ces déploiements mobilisent près de 90 personnes réparties sur douze entités depuis 2015. Aujourd'hui, nous parvenons à effectuer des opérations, comme la couverture au premier semestre 2018 des 24 kilomètres de tunnels entre Massy-Palaiseau et Montparnasse, en moins de trois mois. Jusque-là, les travaux dans les tunnels non liés à la circulation des trains se planifiaient entre trois et cinq ans à l'avance ! C'est bien la preuve d'un véritable élan collectif à l'intérieur de l'entreprise.

Après une première partie de carrière chez Timsoft, un spécialiste de l'ingénierie logicielle, Sébastien Kaiser rejoint Réseau ferré de France (RFF, devenu SNCF Réseau en 2015) fin 2007. En 2015, il prend la direction du numérique du groupe SNCF et se voit confier en juillet 2016 la direction Connectivité & Réseaux du holding de tête de l'opérateur ferroviaire.

Annonces Google