Les fintech françaises génèrent peu de chiffre d'affaires

Les fintech françaises génèrent peu de chiffre d'affaires Plus de la moité des start-up de la banque et l'assurance enregistrent un CA annuel inférieur à 300 000 euros, d'après une étude du cabinet Exton Consulting en partenariat avec Finance Innovation.

200 millions d'euros. C'est le montant record levé par les fintech françaises au premier semestre 2018. Ce beau montant n'est pas forcément synonyme de rentabilité économique ni même de développement avancé ou de CA conséquent. D'après une étude du cabinet Exton Consulting en partenariat avec Finance Innovation, 77% des 500 start-up de la banque et l'assurance en France enregistrent un chiffre d'affaires annuel inférieur à 1 million d'euros et plus de la moitié (54%) encaissent moins de 300 000 euros par an. Seule une petite minorité de fintech (8%) dégage plus de 10 millions d'euros de revenus par an. 

54% des fintech français enregistrent un chiffre d'affaires inférieur à 300 000 euros. © Statista

Toutes les fintech ne sont pas au même stade de maturité. Plus de la moitié d'entre-elles commercialisent déjà un produit ou service, 15% sont en phase de fort développement et 5% sont considérées comme des scale-up. En revanche, 26% des jeunes pousses de la finance se situent encore au stade d'amorçage ou de prototypes et ne dégagent donc pas de revenus. 

Statista édite un portail d'études et de statistiques provenant de plus de 18 000 sources.

Et aussi : 

Annonces Google