Location saisonnière à Paris : plus d'un logement sur deux dans l'illégalité

Location saisonnière à Paris : plus d'un logement sur deux dans l'illégalité Dans certains quartiers de la capitale où les annonces type Airbnb pullulent, près de 70% d'entre elles ne font pas l'objet d'une déclaration auprès de la mairie, pourtant obligatoire depuis fin 2017.

Voilà plusieurs années que la mairie de Paris est partie en croisade contre la location meublée touristique, qui a explosé depuis l'arrivée du site Airbnb. Parmi l'arsenal de mesures prises par la municipalité pour lutter contre les abus de cette pratique figure l'obligation, depuis le 1er décembre 2017, pour toute location de courte durée à Paris d'être enregistrée. Concrètement, les utilisateurs proposant un logement à la location saisonnière sur des plateformes comme Airbnb, Homelidays ou Abritel doivent déposer une déclaration en ligne afin d'obtenir un numéro d'enregistrement devant lui-même figurer sur l'annonce. Les loueurs de la capitale respectent-ils cette obligation ? D'après les calculs du JDN, effectués à partir des données communiquées par la ville de Paris (cf. la méthodologie plus bas), moins d'une location sur deux est déclarée : en moyenne, 48,9% des annonces Airbnb font l'objet d'une déclaration, soit un taux d'illégalité de 51,1% à l'échelle de la capitale. Ce chiffre frôle même les 70% dans certains quartiers parisiens.

C'est le cas dans les quartiers Pont-de-Flandre (19e arrondissement), Champs-Elysées (8e) et Bel-Air (12e), qui affichent des taux d'illégalité respectifs de 68,9%, 64,2% et 61,6%. A l'opposé de l'échelle, Bonne-Nouvelle (2e arrondissement), Place-Vendôme (1er) et Arsenal (4e) font figure de bons élèves, avec moins de 30% de logements non déclarés à la mairie de Paris.

La peur du gendarme ?

Les loueurs récurrents sur les plateformes de location saisonnière seraient-ils animés par la peur du gendarme ? L'hypothèse est plausible, si l'on considère que les taux d'illégalité les plus faibles sont recensés dans des quartiers où le ratio annonces Airbnb / nombre total de logements est élevé : la proportion d'annonces Airbnb dans le parc de logements varie de 5,4% à 11,9% dans les 10 quartiers où le taux d'illégalité est le plus faible.

A contrario, les taux de locations non déclarées les plus élevés sont enregistrés dans des zones de Paris où les annonces Airbnb ne représentent qu'une faible part de parc de logements : entre 2,3% et 4,1%, si l'on exclue les quartiers Champs-Elysées et Saint-Germain-L'Auxerrois (1er arrondissement) qui cumulent taux d'illégalité élevé (respectivement 64,2% et 59,3%)  et taux d'annonces Airbnb élevé.

Bien sûr, il s'agit là d'estimations réalisées sur la base des seules annonces publiées sur Airbnb, sans prendre en compte Abritel et consorts, tandis que les chiffres communiqués par la mairie de Paris portent sur l'ensemble des plateformes. En conséquence le taux d'illégalité doit, en réalité, être légèrement inférieur à celui calculé ici. Toutefois, vu sa position archi-dominante, la plateforme américaine apparaît comme incontournable pour les loueurs et l'écart ne saurait être significatif.

Nombre de logements déclarés à Paris par quartier administratif
Arrondissement Quartier Nombre de déclarations au 20 février 2019 Arrondissement Quartier Nombre de déclarations au 20 février 2019
1er Halles 424 11e Folie-Méricourt 726
1er Palais-Royal 114 11e Roquette 819
1er Place-Vendôme 108 11e Saint-Ambroise 672
1er Saint-Germain-l'Auxerrois 44 11e Sainte-Marguerite 594
2e Bonne-Nouvelle 712 12e Bel-Air 191
2e Gaillon 83 12e Bercy 88
2e Mail 311 12e Picpus 469
2e Vivienne 104 12e Quinze-Vingts 376
3e Archives 327 13e Croulebarbe 147
3e Arts-et-Métiers 560 13e Gare 270
3e Enfants-Rouges 386 13e Maison-Blanche 359
3e Sainte-Avoye 349 13e Salpêtrière 154
4e Arsenal 305 14e Montparnasse 205
4e Notre-Dame 161 14e Parc-de-Montsouris 121
4e Saint-Gervais 423 14e Petit-Montrouge 304
4e Saint-Merri 334 14e Plaisance 402
5e Jardin-des-Plantes 225 15e Grenelle 653
5e Saint-Victor 282 15e Javel 356
5e Sorbonne 286 15e Necker 433
5e Val-de-Grâce 306 15e Saint-Lambert 626
6e Monnaie 277 16e Auteuil 409
6e Notre-Dame-des-Champs 358 16e Chaillot 305
6e Odéon 207 16e Muette 418
6e Saint-Germain-des-Prés 165 16e Porte-Dauphine 197
7e Ecole-Militaire 121 17e Batignolles 531
7e Gros-Caillou 443 17e Epinettes 524
7e Invalides 81 17e Plaine-de-Monceaux 255
7e Saint-Thomas-d'Aquin 199 17e Ternes 418
8e Champs-Elysées 91 18e Chapelle 214
8e Europe 221 18e Clignancourt 1488
8e Faubourg-du-Roule 272 18e Goutte-d'Or 403
8e Madeleine 163 18e Grandes-Carrières 1139
9e Chaussée-d'Antin 134 19e Amérique 348
9e Faubourg-Montmartre 261 19e Combat 493
9e Rochechouart 496 19e Pont-de-Flandre 142
9e Saint-Georges 491 19e Villette 422
10e Hôpital-Saint-Louis 557 20e Belleville 430
10e Porte-Saint-Denis 493 20e Charonne 401
10e Porte-Saint-Martin 647 20e Père-Lachaise 460
10e Saint-Vincent-de-Paul 435 20e Saint-Fargeau 229

Méthodologie et réponses

Pour cette enquête, le JDN a utilisé les données provenant du site Inside Airbnb, indépendant de la firme américaine, et réalisé un travail de géolocalisation des annonces en ligne à la date du 7 décembre 2018, soit 59 613 annonces géolocalisées. Le nombre de déclarations meublés touristiques par quartier administratif a quant à lui été fourni par la mairie de Paris. Il s'agit des déclarations actives au 20 février 2019, soit 29 147 déclarations reconnues. Les données concernant le parc de logements proviennent quant à elles de la base infra communale "Logement" 2015 de l'Insee.

Sollicité pour cet article, Airbnb nous a transmis la réponse suivante : "Inside Airbnb est un logiciel de data scrapping, dont les données sont biaisées et ne prennent pas en compte plusieurs facteurs déterminants, comme, par exemple, le fait que l'annonce soit active ou non, et ne reflète en aucun cas la réalité du marché parisien". Le géant américain n'a toutefois pas souhaité nous communiquer ses propres données.

Suite à la publication de notre article, Abritel nous a fait la précision suivante : "Toutes les annonces à Paris qui figurent sur notre site sont légales, au sens où elles comportent toutes un numéro d'enregistrement ou bien, si elles n'en comportent pas, c'est qu'elles en sont dispensées par la loi (si le propriétaire nous a expressément signalé que le logement est soit une chambre d'hôtes soit une résidence hôtelière)."

Location saisonnière à Paris : plus d'un logement sur deux dans l'illégalité
Location saisonnière à Paris : plus d'un logement sur deux dans l'illégalité

Voilà plusieurs années que la mairie de Paris est partie en croisade contre la location meublée touristique, qui a explosé depuis l'arrivée du site Airbnb. Parmi l'arsenal de mesures prises par la municipalité pour lutter contre les abus de...