Private equity : les fonds lèvent toujours plus, mais ne dépensent pas autant

Private equity : les fonds lèvent toujours plus, mais ne dépensent pas autant Les levées de fonds ont atteint un record post-crise, à 345 milliards de dollars. La liquidité profite au non coté mais les fonds n'ont pas investi autant et les sorties ralentissent.

Avoir trop d'argent à disposition peut sembler être un problème trivial, mais il est pourtant de plus en plus prégnant pour les acteurs du private equity. Selon les données de Preqin, les fonds de private equity ont ainsi encore levé des montants record en 2016 : ils ont closé 807 véhicules dans le monde, pour un total de 345 milliards de dollars (un montant qui pourrait encore grimer de 10% avec les derniers chiffres). Un nombre de fonds en baisse de 14% sur l'année, mais des montants en hausse de 5%, ce qui montre que les sociétés de gestion les plus performantes sont privilégiées.

Or, mettre cet argent au travail n'est pas chose aisée dans un environnement très liquide, où la concurrence fait rage, non seulement avec les industriels mais aussi avec les fonds de pension, fonds souverains et autres investisseurs du non coté. En 2016, les fonds ont réussi à boucler un nombre record de transactions : 3 985, selon les chiffres les plus récents de Preqin, si bien que l'année devrait se clôturer au-dessus du précédent record de 4 006 deals, en 2014. En revanche, la valeur totale du marché a nettement reculé, de 22% à 319 milliards de dollars l'an passé, selon Preqin. Les Etats-Unis sont plus que jamais le marché de référence du non coté, dont ils représentent 53% du nombre de deals et 67% des montants ! L'Europe est reléguée loin derrière, avec 33% des transactions et seulement 27% de la valeur totale du marché. Parmi les 10 plus importantes opérations l'an passé, huit ont eu lieu outre-Atlantique, notamment la vente du fournisseur de services de sécurité ADT pour 15 milliards de dollars à Apollo Global Management, qui l'a fusionné avec sa participation, Protection 1.

En revanche, les sorties ont marqué le pas, après plusieurs exercices exceptionnels de distribution aux Limited Partners. 1 682 cessions ont rapporté un total de 330 milliards de dollars selon Preqin, un chiffre en baisse respectivement de 9,5% et 23% sur l'an passé. L'opération la plus significative de l'année implique une société américaine, le fournisseur de services de santé Multiplan, vendu pour 4,4 milliards de dollars à un consortium d'investisseurs, dont Hellman & Friedman et le fonds GIC de Singapour. Et parmi les vendeurs figure notamment le français Ardian, qui l'avait racheté à d'autres investisseurs en 2014. Les opérations secondaires et tertiaires ont plus que jamais la cote sur le non coté, où l'offre ne parvient pas à satisfaire une demande effrénée de fonds aux poches pleines. Pour ces raisons, le "dry powder" des capitaux levés mais pas encore investis a encore franchi un nouveau record : 1 470 milliards de dollars à fin 2016, selon Preqin.

Article originel publié sur WanSquare par Anne-Laure Peytavin le 05/01/2017.

 

 

Offre découverte : WanSquare gratuit pendant 1 mois

WanSquare, média dédié aux coulisses de l’économie et de la finance, s’adresse à tous ceux qui veulent aller plus loin dans le décryptage de l’actualité économique. Paramétrable en fonction de ses besoins, Wansquare délivre en temps réel des informations exclusives et non-conformistes. Profiter de l’offre.

Annonces Google