En 2006, Noël Forgeard saute d'EADS en parachute

Soupçonné de délit d'initié, Noël Forgeard est poussé vers la sortie en juillet 2006. Il avait vendu en masses des stock-options EADS trois mois avant l'annonce de retard sur l'A380 et la chute du titre du groupe européen d'aéronautique et de défense.

En juillet 2006, date de son départ contraint, l'homme d'affaires était coprésident exécutif d'EADS depuis seulement un an. Mais cela ne l'a pas empêché d'être largement indemnisé. Entre son préavis de départ, l'indemnité et la prime de non-concurrence, Noël Forgeard est remercié pour ses services à hauteur de 8,2 millions d'euros. Cette annonce a suscité de vives réactions de la part des candidats à la présidentielle.

Suggestions de contenus