Comment la réalité virtuelle va transformer le secteur de la santé 

La réalité virtuelle va indéniablement permettre d'améliorer les conditions des patients et contribuer à améliorer encore la formation des soignants.

Dans les années 1990, les Français découvraient la réalité virtuelle grâce à la sortie des premiers casques gaming de Sega et Nintendo. Deux décennies plus tard, la réalité virtuelle offre une expérience sans pareille à tous les gamers mais dépasse aussi largement l'univers du jeu pour répondre à de nouveaux enjeux qui vont bouleverser en profondeur. Même si l’application de la réalité virtuelle dans le domaine de la santé est encore relativement récente, elle est, aujourd’hui, utilisée dans de nombreux cas afin d’améliorer la santé physique, émotionnelle, mais également psychologique des patients.

La réalité virtuelle révolutionne par exemple le traitement de pathologies mentales. Il y a plus de vingt ans, des chercheurs ont établi un lien entre le succès des thérapies de l'exposition (revivre le traumatisme / phobie de façon répétée dans un environnement contrôlé, jusqu'à ce que l'exposition ne cause plus d'anxiété) et les outils de réalité virtuelle. Ce lien appelé Thérapie par l’exposition à la réalité virtuelle (TERV) permet d’immerger le patient dans un univers d’images 3D interactives et de sons virtuels en lien avec sa phobie ou son traumatisme pour l’aider à affronter et gérer ses peurs. La réalité virtuelle favorise ainsi la mise en place de l’environnement adéquat qui suit la programmation du traitement, les besoins de l’individu et la répétition des scénarios.  

Et cette thérapie a fait ses preuves. Plus confiants et plus à même d’oser dans le monde virtuel que réel, les patients dépassent plus facilement leurs peurs. Peu de services de santé proposent aujourd’hui ce type de traitement, souvent du fait d’un manque de moyens. Mais nous pouvons espérer une baisse réelle des coûts grâce à la généralisation des casques. Une tendance qui devrait pousser les centres médicaux à investir pour mieux s’équiper.

D’autant plus que cette thérapie comportementale et cognitive 2.0 connaît un vif succès auprès des patients et pourrait, demain, venir en aide au plus grand nombre. D’autres recherches sont d’ailleurs actuellement conduites sur l’efficacité de la réalité virtuelle dans le cadre du sevrage tabagique, de l’anxiété ou encore de la dépression.

Au-delà de cette thérapie en particulier, les avantages de la réalité virtuelle sont considérables lorsqu'il s'agit des soins aux patients. Laréalite virtuelle aide à mieux gérer la douleur en agissant sur l’activité de différentes régions du corps. Il y a quelques années, des scientifiques américains ont réussi à diminuer de 35 à 50% la douleur ressentie par des grands brûlés à l’aide de la réalité virtuelle. En parallèle, la réalité virtuelle joue également un rôle crucial sur l'accélération du rétablissement. Le moral du patient, son état de stress ou de fatigue, peut compter comme 50% du facteur de guérison. En créant un environnement 3D, la réalité virtuelle permet, par exemple lors des séances de chimiothérapies, de s’évader et agirait de manière positive sur les patients. Ces deux facteurs réduisent à la fois le stress et la douleur pour le patient et diminuent le coût des soins.

La réalité virtuelle constitue également un outil de formation innovant pour le corps médical. Au-delà du traitement des pathologies mentales, des programmes de réalité virtuelle offrent une expérience pratique pour les médecins et internes en formation. Avec la réalité virtuelle, un étudiant en première année de médecine peut par exemple pratiquer une chirurgie à cœur ouvert sur des organes complexes et apprendre à les réparer, sans risque pour le patient. La start-up française VirtualiSurg  permet ainsi de former les chirurgiens grâce à la réalité virtuelle. Le logiciel se destine à la formation des internes, mais aussi à la mise à niveau des experts lorsque apparaissent de nouveaux équipements ou de nouvelles techniques d'opération.

En parallèle, la réalité virtuelle peut également aider les équipes médicales à se préparer à gérer des situations de crise (gestion d’attentats ou de catastrophes environnementales). Le projet français ANR VICTEAMS  co-financé par l’Agence nationale de la recherche, a, par exemple, pour objectif de développer un serious game pour entraîner une équipe d’experts médicaux à s’adapter, en contexte réel.

La réalité virtuelle, couplée au secteur de la santé est en pleine croissance et la France n’est pas en reste.  La start-up française HypnoVR, qui s’est vu attribuée le prix de l’Innovation Award lors de l'édition 2019 du CES, est la preuve qu’il existe un attrait de plus en en plus important des structures de soins pour la réalité virtuelle.

Et la santé n’est pas le seul secteur concerné, à l’image du secteur automobile qui voit arriver de nouvelles technologies permettant un prototypage plus rapide, une révision et une augmentation de la production. Aujourd'hui, des constructeurs automobiles comme BMW utilisent la réalité virtuelle pour concevoir, fabriquer et commercialiser leurs voitures directement.

Au fur et à mesure que la technologie s'améliore, que son adoption s'accélère et que le monde virtuel et le monde réel s’imbriquent, nous voyons apparaître l’étendue du potentiel que nous offre cette technologie.