Serons-nous tous formés par des bots ?

Après avoir envahi la relation client et le marketing, les bots se développent rapidement dans les RH la formation et l’enseignement supérieur. Pour le moment, ce sont des exceptions qui pourraient très rapidement se généraliser.

Plus connu pour ses utilisations marketing (parfois intrusives), le bot reste néanmoins un canal conversationnel privilégié entre une marque et ses clients, de par son intégration directe dans des applications de messagerie. 

Son succès est lié à sa capacité à comparer des produits sur différents sites de e-commerce ou encore chercher et réserver le meilleur restaurant du moment… Les bots utilisent des sources de données existantes afin de créer des schémas logiques de conversations. Ils peuvent également intégrer de l’intelligence artificielle afin d’améliorer en temps réel leurs performances conversationnelles. Depuis quelques années, ils émergent également au sein du monde de l’enseignement supérieur et de la formation. Par exemple, sans avoir recours à de l’IA, un bot peut conseiller un apprenant sur le meilleur parcours de formation en ligne disponible en fonction de ses critères, de son temps disponible… 

Il peut prendre la forme d’un conseiller d’orientation virtuel intégré dans une application de messagerie instantanée telle que Messenger ou WeChat et simplifie donc l’expérience d’un internaute dans sa recherche de formation en ligne. Au-delà de sa praticité dans la recherche, il a néanmoins quelques limites : gestion de la conversation via la sélection de boutons de choix multiples, aucune gestion de l’orthographe… mais c’est là que l’intégration d’algorithmes de machine learning nous aide à aller beaucoup plus loin dans l’utilisation des bots dans le secteur de la formation.

Le bot peut-il devenir un formateur à part entière ?

Le bot devient sans cesse plus intelligent et renforce ses connaissances au fil des interactions. Ainsi, Jill Watson a été en mesure de répondre de façon de plus en plus fine aux questions des étudiants de Georgia Tech. Au sein de la formation professionnelle,  pour des LMS (Learning Management System) intégrant une dimension blended learning et des activités collaboratives, il devient donc tout à fait imaginable de travailler dorénavant avec un bot community manager qui relève de l’intelligence artificielle et qui saura répondre aux différentes questions posées sur les espaces de discussion en cas d’interactivité faible et donc animer la communauté d’apprenants, alerter l’apprenant depuis Messenger sur sa prochaine session de formation présentielle ou encore récolter les retours des apprenants après une formation… Les cas d’usages sont nombreux, l’important étant de conserver et même de favoriser l’acte social de la formation afin de rendre plus efficace, plus fluide et plus ludique l'expérience pédagogique des apprenants.

Les bots : le mineur du meilleur contenu.

Et c’est en cela que le robot conversationnel dessine le futur de la formation. En effet, bien que le bot ne puisse se substituer à un formateur humain, il est en revanche capable d’analyser plus rapidement que le cerveau humain des millions de données. Au-delà du sentier classique des catalogues de formation en ligne (Mooc, Spoc...), Internet est une véritable mine de contenus de formation accessible à tous. La contrainte est la qualité de ce contenu et sa pertinence en fonction des attentes de l’apprenant. Mais c’est ici que le machine learning ou le deep learning entrent en jeu. Il deviendra possible de concevoir des parcours de formation sur mesure pour un utilisateur en intégrant du contenu de sources et plateformes différentes : en fonction de la thématique souhaitée, le bot ira piocher divers éléments : une conférence TED de Bill Clinton, un Mooc d’une grande école ou université, un papier de recherche en libre accès du MIT ou encore un tutoriel sur YouTube. Le bot ne se contentera plus uniquement de proposer les données d’une plateforme en particulier mais donnera accès à la multitude d’informations qui inondent Internet pour mettre sur pied une formation personnalisée de qualité.

La révolution de la formation à l’ère du numérique

Afin de faire du bot un réel outil de la formation professionnelle, il apparaît nécessaire de pousser l’utilisateur à se saisir de cette opportunité et à solliciter le robot en lui exprimant ses besoins propres. Etre dans l’attente de notifications ne serait en effet pas productif et ne permettrait pas d’exploiter les compétences de ce nouvel outil.  Et c’est en intégrant le bot au maximum dans des applications de messagerie que l’utilisateur sera en mesure de se familiariser avec lui…

Annonces Google