Construire le futur du travail, à notre image

Et si imaginer les outils de travail de demain revenait à construire le futur du travail ? Plus collaboratif, plus flexible, plus créatif : notre vision de l'avenir du travail se construit d'abord via des lignes de codes, mais se propage bien au-delà.

En moyenne, ce sont plus de 90,000 heures que nous passons au travail. Au-delà des simples statistiques, le travail reste un fort pourvoyeur de sens et d'identité. Aventure collective, réalisation de soi, esprit de compétition sont autant de ressorts de notre vie personnelle qui dépendent (en partie) du travail. Parce qu'il s'agit d'une activité qui nous occupe une bonne partie de notre existence mais aussi parce qu'elle touche au développement personnel de tout individu, la transformation des modes de travail affecte profondément la vie de chacun.

Couplée à la révolution technologique, la transformation du travail impacte en profondeur les individus. Parce que les logiciels contribuent à façonner nos méthodes et nos habitudes de travail, le choix d’adopter une solution participe à la culture d'entreprise et des modes de travail qu’elle souhaite encourager auprès de ses équipes. Du côté des entreprises software, ces questions sont au cœur de la réflexion.

Imaginer les outils de travail de demain, c'est aussi participer à l'élaboration du futur du travail. Pour eFounders, le startup studio que j'ai fondé en 2011 avec Quentin Nickmans, le point de départ des logiciels que nous construisons est ancré dans notre vision du futur du travail. Au-delà du produit ou de la stratégie, c'est la possibilité de faire évoluer les habitudes de travail vers plus de collaboration, plus de flexibilité, et plus de créativité qui nous anime au quotidien. Et dont les 14 start-up que nous avons créées sont toutes un bon exemple.

Un futur plus collaboratif

La promesse d'un mode de travail fondé sur plus de collaboration a de quoi séduire. Le fait de penser, écrire, créer ensemble apparaît désormais comme les prémices d’une intelligence collective. Et pourtant, cela ne fait que quelques années que les logiciels permettent d’envisager concrètement un mode de travail en équipe et en temps réel. Bien souvent, ce sont des solutions qui consistent à développer un usage collaboratif sur un outil pensé pour un usage individuel, mais de plus en plus de logiciels se construisent avec un parti pris collaboratif.

C'est le cas pour Front, un outil de gestion du support client, qui a été nativement imaginé pour permettre à une équipe de travailler ensemble et en temps réel. C'est aussi vrai pour Slite, une application de prise de notes en équipe. Entre choix d'interface (avec une architecture pensée "team-first"), choix techniques (node.js), mais aussi philosophie de produit (encourager des usages permettant plus de transparence, de transversalité, d'asynchrone) - ces nouvelles solutions conjuguent le futur du travail à la première personne du pluriel.

Un futur plus flexible

Le travail a toujours été associé à la notion de lieu de travail. Cette notion perd son sens à mesure que les possibilités de communiquer, travailler, et collaborer à distance se développent. Si le travail au bureau reste majoritaire, ce mode de fonctionnement est aujourd'hui plus que jamais un choix de la part des entreprises. Choix de se retrouver dans un même espace pour plus de convivialité. Mais choix aussi d'imposer un style de vie à ses équipes : horaires fixes, trajets quotidiens, implantation urbaine. Pour ceux qui font le pari de plus de liberté, des applications conçues pour les équipes distribuées permettent de réduire les distances (kilomètres, fuseaux horaires) qui séparent leurs membres.

Offrir plus de flexibilité à travers un logiciel revient d’une part à rendre la connaissance accessible par tous et à tout moment, à permettre de communiquer à distance et de travailler de manière asynchrone. Les applications collaboratives en ligne comme GitHub, les outils de chat comme Slack ou encore de partage de la connaissance comme Slite sont des outils qui rendent possible le travail distribué.

Un futur plus créatif

L'intelligence artificielle est un nouveau buzzword. Cependant, la perspective d'une intelligence supérieure, aussi enthousiasmante soit elle, n'est pas forcément à l'ordre du jour. En revanche, il est tout à fait concevable de voir une intelligence programmée pour être mise au service de l’humain afin de guider sa prise de décision ou le seconder pour les tâches répétitives. L’intégration au sein de logiciels de briques d’intelligence peut dès à présent améliorer le quotidien de travailleurs. Des technologies récentes comme le NPL (Natural Language Processing) ou le Deep-learning et les protocoles et outils qui les rendent accessibles permettent de façon simple d’améliorer le confort de travail afin de limiter le temps dédié aux tâches ingrates.

Upflow, un logiciel permettant de réconcilier automatiquement les factures et les paiements pour les entreprises, permet ainsi de gagner un temps considérable, la réconciliation manuelle étant fastidieuse et génératrice d’un nombre élevé d’erreurs. En remettant du temps de travail sur des tâches à plus forte valeur ajoutée, le logiciel peut aussi contribuer à libérer les énergies sur des projets plus créatifs, plus stratégiques, et plus enrichissants.
Construire un nouveau rapport au travail

Par-delà les transformations technologiques, c'est aussi un changement dans notre perception du travail qui s'opère. Et si on s’autorisait enfin à croire que le travail n’est pas la récompense de la peine et de la contrainte mais une activité libératoire et élévatrice ? Cette nouvelle vision du travail, au-delà de l’aspect purement technologique, passera aussi par des changements culturels profonds. Les outils ont toujours eu vocation à bouleverser la culture. Ce fût le cas pour les premiers hommes à se doter de silex comme pour la génération ayant vécu les transformations de la révolution industrielle. Et les logiciels sont le nom que l’on donne aux solutions d’aujourd’hui. Jusqu’à qu’on les appelle un jour Intelligences.

Annonces Google