Jacques-Olivier Martin (Le Figaro) "La transformation numérique impacte autant l'économie que la société"

Le rédacteur en chef du Figaro Economie, également directeur éditorial du Big Bang Figaro, présente la version Eco de l'événement qui se tiendra le 10 avril prochain et fera un focus sur l'IA, le management et l'énergie.

Jacques-Olivier Martin est rédacteur en chef du Figaro Economie. © Jean-Christophe Marmara / Le Figaro

JDN. Vous organisez le 10 avril prochain la deuxième édition du Big Bang Eco du Figaro. Pouvez-vous nous expliquer la raison d'être de cet événement ?

Jacques-Olivier Martin. Les événements "Big Bang" du Figaro se déclinent en deux thématiques : l'économie et la santé. Ils sont l'occasion de prendre deux fois par an un peu de recul sur un sujet que l'on traite au quotidien dans le journal : la transformation numérique du monde. C'est une vraie révolution qui impacte autant notre économie que notre société. C'est ce que nous essayons de démontrer aux 600 à 700 personnes qui participent à chacun de nos Big Bang.

Pourquoi avoir fait de l'intelligence artificielle, du management et de l'énergie les trois thématiques clés de cette journée ?

Parce qu'il s'agit de thématiques qui émergent dans les sujets que nous traitons quotidiennement au Figaro et qu'elles soulèvent des questions auxquelles nous allons essayer de répondre. Comment l'IA peut-elle transformer l'apprentissage en général ? Comment l'IA et la robotisation qui risque de l'accompagner vont-elles impacter le travail au quotidien ? Cela impose de réfléchir à la cohabitation entre l'homme et des machines de plus en plus sophistiquées au sein de l'environnement de travail.

Par ailleurs, cela fait 20 ans que l'on dit que le management va changer avec Internet, que l'on va basculer d'un système vertical vers un système horizontal. Ce sera l'occasion de faire le point avec des personnalités comme Sébastien Bazin, le PDG d'AccorHotels, ou Jean-Jacques Zalaun, le DG de Zara France.

Enfin, chaque révolution industrielle s'est accompagnée d'une révolution énergétique. Après le charbon et l'électricité, c'est le tour des énergies renouvelables. Avec elles, nous allons passer d'un système de production électrique de masse, adossé à des centrales, à un système beaucoup plus individualisé et propre où les particuliers pourront, via des réseaux de smart grids, produire, stocker et vendre tout leur surplus.

Des start-up comme Netatmo, Partnering Robotics et Lancey Energy Storage vont également venir pitcher sur ces sujets…

Le Figaro est un journal tourné vers les entreprises, toutes les entreprises. Impossible donc d'imaginer cet événement sans les start-up qui sont bien souvent le fer de lance de la révolution numérique. Google ou Facebook étaient encore des start-up il y a une dizaine d'années. L'ambition est de laisser la parole à celles qui sont le plus à mêmes de suivre leur exemple. Elles viendront présenter les solutions qu'elles apportent.

Au-delà, nous assisterons à de nombreuses interventions décalées. Je pense notamment à celle de François Pachet, directeur du laboratoire de recherche Spotify Creator Technology, qui viendra expliquer comment l'IA assiste les artistes dans la composition d'albums de musique. A celle du président de Génération Libre, Gaspard Koenig, qui se demandera si le numérique est libéral ou celle du philosophe des sciences, Jean Staune, qui expliquera comment faire de la prospective et imaginer le futur. Et parce que nous sommes des technophiles avec beaucoup d'appétit pour l'innovation et que nous savons l'importance de prendre du recul sur ces sujets, nous feront intervenir Jean-Gabriel Ganascia, président du comité d'éthique du CNRS pour savoir s'il faut craindre l'IA…

Jacques-Olivier Martin est rédacteur en chef du Figaro Économie et directeur éditorial du Big Bang Figaro, le forum d'influence organisé le 10 avril prochain par le groupe éditeur du JDN dans la salle Wagram à Paris.

Et toujours :

Annonces Google