Citrix absorbe le Français Cedexis, l'aiguilleur du net

Citrix absorbe le Français Cedexis, l'aiguilleur du net A l'heure où il se réoriente vers le cloud, l'opération permet à l'éditeur américain d'enrichir son offre d'un service d'optimisation de la performance d'accès... au cloud.

Mise à jour du 15 avril 2018 à 17h50 selon nos informations, le rachat de Cedexis par Citrix a été conclu pour environ 100 millions de dollars.

L'éditeur américain Citrix met la main sur le Français Cedexis et son service SaaS d'optimisation de la performance des applications hébergées ou en mode cloud. Cette technologie va venir enrichir l'offre du spécialiste de la virtualisation desktop à l'heure où celui-ci s'oriente de plus en plus vers une stratégie orientée cloud. Les modalités financières de l'opération n'ont pas été communiquées.

Surnommé l'aiguilleur du net, Cedexis propose une plateforme réseau taillée pour router le trafic applicatif vers de multiples clouds et réseaux de diffusion de contenu (CDN) en fonction de la performance de ces derniers à un instant T. Elle s'articule autour d'un service de supervision temps réel orienté utilisateur (RUM) basé sur une sonde que les clients de Cedexis placent sur leur site web ou application. C'est en s'appuyant sur les données de performance remontées par ce réseau communautaire que Cedexis réalisent ses routages. Au total, 16 milliards de données sont ainsi collectées chaque jour, sur un total de plus d'un milliard de visiteurs/utilisateurs uniques.

Facebook, Google, Twitter comme clients

Julien Coulon, cofondateur de Cedexis, est resté aux manettes de la société pratiquement jusqu’au bout. Il s’est retiré de la direction générale il y a quelques semaines pour préparer la vente. © Cedexis

"Pour simplifier, cela revient à associer la technologie GPS à une voiture autonome pour qu'elle s'adapte au trafic et emprunte le trajet le plus efficace. C'est un changement radical", explique explique Steve Shah, vice-président en charge de la gestion des produits chez Citrix.

Fondée en 2010 par Julien Coulon et Marty Kagan (deux anciens d'Akamai), Cedexis compte 75 salariés répartis sur sept pays (Espagne, Etats-Unis, France, Israël, Royaume-Uni, Singapour et Suisse). La société a levé 33 millions de dollars depuis sa création. Parmi ses investisseurs, on relève Madrona, ATV, Ginko (Foxconn) ou encore Nokia. Bouclé en janvier 2016, son dernier tour de table s'élève à 22,8 millions de dollars, avec à la clé une valorisation proche des 100 millions de dollars (dixit Les Echos), correspondant donc au montant de l'acquisition. Pour l'occasion, Citrix Systems Ventures entrait d'ailleurs au capital.

Sur 2017, Cedexis hisse son chiffre d'affaires de 16 millions de dollars, en progression d'environ 40%. La plus grosse part est réalisée en Europe (plus de 60%), et le reste en Asie (environ 15%) et aux Etats-Unis (plus de 20%). Côté clients, Cedexis n'a pas à pâlir de son tableau de chasse. Parmi ses références, la société parisienne compte Facebook, Google, Microsoft, Pinterest, Slack ou Twitter. En France, plusieurs groupes du CAC40 ont recours à ses services (Accor, Airbus, Air France, Renault-Nissan, Total), sans oublier des groupes de presse (Le Parisien, Le Figaro).

"Cedexis peut guider intelligemment le trafic des applications déployées dans des environnements multi-cloud."

"Tout comme Waze qui vous évite de perdre du temps dans les bouchons grâce à la remontée d'informations d'autres utilisateurs, Cedexis en fait de même sur les infrastructures internet en améliorant chaque jour l'expérience de plus de 1 milliard d'utilisateurs dans le monde", se félicite Julien Coulon. Mais alors pourquoi avoir cédé l'entreprise ? "Quand on lève 33 millions de dollars, la dilution du capital se traduit par une perte de pouvoir. C'est aussi le sens de l'histoire, et c'est une belle reconnaissance du pari de départ", explique le cofondateur.

L'opération intervient alors que Citrix amorce un virage stratégique vers le cloud. Selon The Register, le groupe plancherait dans cette optique sur une remise à plat de son branding. Pour plus de lisibilité, tous ses produits seraient regroupés sous la marque chapeau "Citrix". Netscaler et Xen seraient ainsi abandonnés au profit de "Citrix SD-WAN" et "Citrix Desktop". En parallèle, l'éditeur se donne pour objectif d’accroître son activité SaaS (principalement centrée autour du Desktop as a Service et du Software Defined Network). Elle représente pour l'heure 12% des 2,82 milliards de dollars de chiffre d'affaires réalisés en 2017. D'ici 2020, la société de Floride compte hisser cette part à 40%.

La performance des clouds privés

"Cedexis permet justement à Citrix d'accroître son chiffre d'affaires issu du SaaS", pointe Julien Coulon. "De mon point de vue, l'association avec Citrix va par ailleurs permettre à Cedexis d'étendre son positionnement aux applications qui se trouvent derrière le pare-feu de l'entreprise, sur les clouds privés." Et Steve Shah, vice-président en charge de la gestion des produits chez Citrix, de préciser : "Cedexis peut offrir à nos clients une vision et une compréhension approfondies en temps réel des performances du réseau tout en guidant intelligemment le trafic des applications déployées dans des environnements multi-cloud."

Grâce à la tour de contrôle que lui apporte Cedexis, Citrix pourra ainsi proposer aux directions informatiques des moyens d'organisation dynamique et en temps réel de l'infrastructure, via un routage du trafic applicatif jusqu'au cœur des systèmes d'information. "Au-delà de la performance d'accès, n'oublions pas que Cedexis est maintenant capable de gérer les routages en fonction de beaucoup d'autres paramètres : la localisation des utilisateurs, l'évolution du prix des clouds et des infrastructures, les contrats d'engagement, l'état des backend de bases de données, etc. Une trentaine de clients grands comptes de Cedexis mettent déjà en œuvre ce type de scénario sur le terrain du cloud public", souligne Julien Coulon. "Imaginez, Citrix va désormais pouvoir appliquer ces processus de pilotage aux systèmes d'information internes."

A lire aussi

Annonces Google