Multi-Cloud : un univers compliqué à gérer ?

Cloud privé, Cloud public, Cloud hybride… plusieurs options s’offrent aux DSI qui, chacune à leur niveau, peuvent répondre aux besoins de compétitivité et de continuité d’activité de leur entreprise. Pour autant, ces choix n’encouragent pas une approche universelle.

Sans conteste, l’arrivée du cloud a révolutionné le fonctionnement des entreprises, apportant agilité et flexibilité mais aussi rentabilité et transparence dans un monde de connaissance accrue. Les types de cloud sont nombreux, et  pourquoi baser sa stratégie sur un seul alors que l’intérêt d’en utiliser plusieurs, en particulier pour répondre aux différentes charges de travail et applications est établi ? Certains freins à manager du multi-cloud sont semble-t-il surtout dûs à une méconnaissance de la gestion de plateformes. Pourtant gérer plusieurs univers cloud est moins complexe qu’il n’y parait.

Bien se préparer en amont
Les entreprises ont l’opportunité de ne plus être limitées dans leur stratégie cloud et multi-cloud. Mais comme pour tout type de projet, l’étude d’un projet multi-cloud suppose une préparation amont : identifier les besoins exacts et y adjoindre les moyens les plus adaptés tant sur le plan budgétaire que des ressources et compétences humaines à mobiliser. Si choisir le bon cloud pour une application donnée augmente considérablement la qualité logicielle de celle-ci, l’utilisation d’un seul type de cloud pour toute les charges de travail et les applications revient à en complexifier la gestion, et in fine peut se révéler moins adaptée. 
Comprendre les différences d’approches cloud hybride et multi-cloud
Pour faire un choix parmi les différentes options existantes, les DSI doivent bien appréhender la différence entre deux approches principales : le cloud hybride et le multi-cloud, même si ces dénominations sont souvent utilisées de manière interchangeable. Le cloud hybride s’entend habituellement comme l’utilisation combinée de services cloud interne avec du débordement (burst) sur une solution externe. Cela demande une intégration significative entre les environnements informatiques internes et externes tant aux niveaux des données que des processus ou de la gestion et de la sécurité.Une stratégie multi-cloud est cependant différente. Elle peut inclure le Cloud hybride, mais sa caractéristique principale est qu'elle intègre le recours à plusieurs services ou plateformes Cloud plutôt que de se concentrer sur les multiples modes de déploiement (systèmes publics, privés et existants) qui composent les Cloud hybrides.Un environnement multi-Cloud fera appel à des plateformes Cloud distinctes en fonction des différents besoins de l’entreprise, qui, bien qu'elles puissent se transmettre des données entre elles, ne seront que très rarement intégrées.
Donner la « priorité au cloud » et savoir l’orchestrer

Le multi-cloud est le résultat de la révolution IaaS, Paas, SaaS et CaaS. Il a dépassé sa promesse initiale de simplement réduire les coûts et de faire glisser les dépenses en technologies des entreprises des budgets d’investissements vers les budgets opérationnels avec une garantie de sécurité des données. Guidées par leurs DSI, les organisations sont de plus en plus nombreuses à donner la priorité au cloud. Et pour les plus progressistes d’entre elles, ce mode de stockage et d’accès aux données sera très bientôt l’unique solution. Dans ce contexte, il faut garder en tête que la capacité à orchestrer ces ressources via des serveurs virtuels et des applications dans différents cloud est une compétence à part entière. Celle-ci est indispensable pour tout à la fois réunir les différents services cloud et gérer efficacement données, applications et SLA (Service-Level Agreement) des fournisseurs. Pour gérer correctement le multi-cloud, il convient de s’entourer d’un partenaire capable d’offrir une combinaison optimale de personnel qualifié et de technologies applicatives récentes et qui garantisse la mise en conformité et la sécurité de l’ensemble.

Un cran plus loin : casser les silos et analyser de manière centralisée

En effet, d’un point de vue sécurité et gouvernance, le multi-cloud n’est pas forcément simple de prime abord. Un obstacle à une gestion efficace des opérations pourrait justement venir du manque d'inter-connectivité entre les cloud, qui rend difficile l’obtention d’une vue claire sur la situation d’ensemble. Il devient donc nécessaire de passer d’une gestion du cloud en silos, par équipe ou par service, à un mode reposant sur des processus, des outils et des SLA plus réutilisables et standardisés. Et enfin, il est important d'investir dans le monitoring et l'analyse centralisés des applications pour soutenir pleinement les priorités des stratégies de gestion multi-cloud en matière de flexibilité de l’entreprise.
Il semble que les DSI aient déjà pris la mesure de la réelle opportunité que leur offre ce format. La numérisation grandissante des systèmes d’information force déjà les organisations à faire appel à différents Cloud et plus encore aux plateformes de gestion multi-Cloud. 
Les freins qui retardent encore les DSI dans leur décision à basculer vers LES cloud peuvent être rapidement levés. Il leur faut simplement trouver les bons alliés pour rationnaliser la migration, orchestrer la gestion de leur plateforme et les orienter vers des solutions cloud qui soient chacune sécurisées et conformes à la nouvelle réglementation RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles). A charge pour la DSI de simplement s’assurer que la gestion de l’ensemble des cloud soit assurée grâce à un seul et unique tableau de bord. 

Annonces Google