Et si on pouvait optimiser le choix du backlink ?

Les backlinks jouent un rôle fondamental dans l’augmentation de la visibilité d’un site internet. Nous avons vu la dernière fois des éléments simples à observer et des astuces faciles à appliquer.


Pour profiter d’un netlinking externe efficace (stratégie qui se base sur l’acquisition de backlinks), nous avons recours à des techniques de référencement naturel Off-Site et à des mesures spécifiques qualificatives.

Nous avons vu dans l’article précédent les méthodes simples qu’un référenceur débutant peut appliquer pour obtenir des backlinks de bonne qualité. Bien plus, nous avons mentionné qu’il y a des outils SEO et d’autres critères qui permettent d’évaluer la qualité de nos rétroliens.

Dans cet éditorial, nous allons les citer et les détailler. Bien évidemment, ce que nous allons voir dans cet article n’est qu’une continuation de la chronique antérieure, c’est-à-dire que les pratiques que nous avons évoquées ultérieurement constituent la base des techniques que nous allons évoquer ici. Alors, quels sont les critères à considérer lors du choix d’un lien externe ? Quels sont les outils à utiliser ? Et surtout, y a-t-il d’autres méthodes pour obtenir de bons hyperliens ?

Les critères à examiner lors du choix d’un lien externe et les outils à utiliser :

En plus des critères cités auparavant, il y en a d’autres à ne pas négliger lors de la recherche d’un backlink. Nous allons les relever tous et les expliquer d’une manière plus détaillée :

  • Les mots clés : il faut que le site sur lequel vous souhaitez ajouter votre backlink soit positionné sur les mêmes mots clés que les vôtres. Ceci est un rappel, mais il s’agit d’un critère si important. Pour déterminer cela, nous pouvons utiliser les outils Ahrefs, SEMrush ou Majestic.
  • La qualité du site référent : nous en avons parlé d’une façon générale. Dans cet article, nous allons l’entamer en un sens plus technique :

·     UR (URL Rating) : cette métrique mesure la force du profil d’un lien référent en un intervalle de 1 à 100. Si la valeur d’UR est élevée, la plupart de backlinks du site concerné sont qualitatifs. Les valeurs peuvent changer d’un outil à un autre. Généralement, nous utilisons Ahrefs pour obtenir cet indice ainsi que le DR.


·     DR (Domain Rating) : cette unité est également mise en place pour déterminer la popularité du lien référent. Plus la valeur est grande, plus le lien est populaire. Les mesures varient d’un outil à un autre.

·     Le nombre de liens sortants : la page sur laquelle nous allons mettre le backlink ne doit pas contenir beaucoup de liens sortants. En effet, dans ce cas, le lien risque de perdre sa valeur (ne profiter que du minimum de Link Juice). La plupart des outils indiqués plus haut fournissent cet indice.

·     Le trafic : il vaut mieux favoriser les liens ayant un trafic important.

·     Les domaines référents : il est préférable de diversifier les liens référents. En d’autres termes, des backlinks provenant de différents noms de domaines valent mieux que des liens externes sur plusieurs liens d’un même site.


·     DA (Domain Authority) : c’est la valeur de confiance que Google accorde à un site. Elle est basée sur la qualité de contenu. La valeur maximale diffère selon l’outil (Majestic, PageRank ou SEMrush).


·     TF (Trust Flow) : c’est aussi un indice de confiance et de qualité. Sur certains outils, la valeur minimale est 40, sur d’autres la valeur minimale est 3.

  • La situation des sites référents : étant déjà mentionné dans la chronique précédente, ce critère regroupe l’état de la mise à jour et de l’entretien régulier du site. Certains éléments mentionnés ci-dessus sont à utiliser également pour identifier l’état du site référent.

En référencement naturel SEO, ce qui spécifie le travail de chaque référenceur, ce sont les outils qu’il utilise. Nous en avons cité déjà quelques-uns, mais il y en a beaucoup d’autres qui permettent de faciliter le netlinking externe. Les méthodes et les techniques d’obtention d’hyperliens varient pareillement d’un expert en SEO à un autre. Lesquelles sont à adapter et lesquelles sont à proscrire ?

Acquisition de backlinks, les bonnes pratiques :

Toujours en continuité avec l’article précédent, il faut éviter les agences web utilisant les techniques dites black hat. D’autres astuces sont pareillement à rejeter, car, en les appliquant, nous risquons d’être pénalisés par les algorithmes de Google. Alors il faut :

  • Proscrire les liens artificiels : c’est-à-dire tout type de lien obtenu de cette façon :

·     Lien pour lien (ou technique d’échange réciproque de liens) : c’est quand on vous demande un lien retour obligatoire lors de l’ajout de votre backlink (généralement, c’est le cas d’un annuaire).

·     L’argent en échange de lien : comme son nom l’indique, il faut payer pour bénéficier d’un nombre de liens pour une période déterminée même si le lien référent n’est pas positionné sur vos mots clés. Cette méthode est facilement détectable par Google et peut conduire à des sanctions.

·     Les liens autogénérés : c’est lorsque vous utilisez un outil pour générer des liens automatisés vers différents sites. Comme il est décrit, ce n’est pas du tout naturel. Vous risquerez d’avoir des backlinks considérés comme "spammy".

  • Favoriser les liens qui proviennent des sites ayant la même thématique que la vôtre.

Mais comment obtenir un backlink ? En effet, il y a plusieurs méthodes, si utilisées conformément aux règles de Google, nous décrocherons de bons backlinks :

  • Commentaires sur articles, blogs et forums : Google favorise les liens orientés utilisateur, ce sont les liens qui permettent d’aider les internautes à obtenir des informations pertinentes. Donc le contenu de la page que vous souhaitiez promettre doit être utile. Nous avons parlé de cela dans l’article précédent.
  • Les annuaires : nous commençons par le choix des annuaires de bonne qualité, en respectant la thématique et leurs positionnements par rapport aux mots clés. Ensuite, il ne nous reste qu’à ajouter une description optimisée SEO et bien rédigée. En fait, l’inscription aux annuaires reste le meilleur moyen pour développer la notoriété.

P.S. Il faut choisir des annuaires qui ne demandent pas un lien retour obligatoire.

  • Les articles invités : chercher des sites qui acceptent des articles invités, mais à condition qu’ils soient positionnés sur les mêmes mots clés que les vôtres et que vous ayez la même thématique. Certes, un article de bonne qualité est exigé tout d’abord pour être accepté et puis pour qu’il soit pour Google de la même qualité que vos propres chroniques. 

P.S. Il vaut mieux favoriser les sites de marque s’il est possible, pour qu’il soit distingué par l’algorithme Vince (Brand Update) de Google.

  • Les noms de domaines expirés : acheter et exploiter les domaines expirés à condition qu’ils ne soient pas sanctionnés par Google. Nous pouvons les chercher sur youdot.io et kifdom.com. Bien évidemment, il faut les analyser selon leurs anciennetés, leurs métriques tout comme les sites sur lesquels nous voulons mettre un backlink.
  • Les articles existants à des liens référents cassés : Cette méthode est la plus difficile, car la probabilité de les trouver est trop limitée. Elle consiste à chercher des articles bien positionnés qui réfèrent vers d’autres pages à des liens cassés. Vous signalez cela à son modérateur et vous lui proposez votre lien. Bien sûr, nous soulignons toujours l’importance du contenu de votre page.
  • Notoriété : elle nous permet également d’avoir des backlinks. La participation à des évènements en rapport avec notre domaine nous aide à avoir des backlinks vers notre site. Généralement, les sites de conférence ou d’exposition sont des sites de marque.

P.S. Nous pouvons essayer aussi avec des pages qui n’ont aucun lien référent. C’est sûr que c’est difficile de convaincre leurs modérateurs, mais il se peut que votre contenu rédactionnel les convainque.

Conclusion :

Les backlinks sont le meilleur outil pour améliorer la visibilité d’un site sur les moteurs de recherche. La plus simple méthode pour les avoir, c’est d’avoir un contenu pertinent, frais et de qualité. Cependant, l’obtention de rétroliens n’est pas le seul critère que Google observe. Il y’en a beaucoup d’autres dont le principal est la rédaction d’un contenu optimisé. Nous verrons dans le prochain article les techniques de rédaction d’un article optimisé SEO.

Annonces Google