Référencement à l’international : 4 conseils pour booster le SEO

Nombreuses sont les PME françaises qui souhaitent développer leur activité à l’international pour s’ouvrir de nouveaux marchés et accroître leur chiffre d’affaires. Voici quatre conseils pour vous assurer que votre site internet soit bien référencé par Google quelle qu’en soit la langue.

Cela nécessite un gros travail de préparation, et une fois les marchés cible sélectionnés, l’étape suivante consiste à se doter d’un site multilingue. 

Des URLs uniques pour chaque langue
L’une des clés pour s’assurer d’un bon référencement est avant tout de doter son site internet d’URLs uniques dans chaque langue traduite. Google préconise que les sites aient des noms de domaine différents, ou des sous-domaines ou des sous-répertoires. Concrètement, cela prendrait la forme d’URLs tels que www.monsite.fr, fr.monsite.com, ou encore www.monsite.com/fr. Ces URLs indiqueront à Google la langue cible, et serviront de base pour le référencement du site.
Le plan de site (sitemap) et les balises hreflang
Le plan de site consiste en une sorte de résumé de l’architecture du site qui va aider Google dans la découverte des pages du site, en lui permettant de voir l’existant. A cela vont s’ajouter des balises “alternate hreflang”, qui indiqueront à Google l’existence de version(s) traduite(s) de la page visitée grâce au code “langue”. Les internautes pourront ainsi être redirigés vers la version du site correspondant à leur langue. 
Une traduction du contenu dans le code source
Il existe deux manières de publier du contenu sur une page web : soit un rendu statique c'est à dire dans le code source, soit de manière dynamique grâce à des technologies récentes de type JavaScript. Chacune comporte des avantages, mais en termes de référencement, le choix du code source HTML semble aujourd’hui le plus efficace, car si Google a déclaré son intention d’améliorer la détection des contenus JavaScript, celle-ci est encore loin d’être optimum. 
Il est important de bien penser à traduire l’ensemble du contenu d’un site directement dans le code source côté serveur pour s’affranchir des problèmes de détection du contenu traduit. Un écueil encore trop régulier avec un rendu dynamique car Google ne détecte pas la traduction. Il peut même considérer une page comme dupliquée et de facto pénaliser le site.
Traduire le contenu “invisible”
Un site internet comporte deux types de contenus : celui que l’on voit, mais aussi du contenu “caché”, qui consiste en des balises SEO, présentes notamment dans le titre et dans les descriptions des pages des résultats de recherche Google. Il est important de bien détecter ces balises, et de les traduire afin de s’assurer que les résultats de recherche soient bien dans la langue des internautes locaux. 
Il existe également des balise spécifiques aux images - les balises “Alternate” - qui, si elles sont traduites, simplifieront la tâche à Google et contribueront également à améliorer le référencement du site. 
En synthèse, le point crucial, si l’on veut optimiser le référencement de son site internet dans toutes ses versions traduites, est de n’avoir qu’une seule langue par page et de s’assurer que tous les éléments de la pages ont bien été traduits. Un site web traduit en partie entraînera une détérioration de l’expérience utilisateur, et pénalisera son référencement car il ne respectera pas les règles édictées par Google. Un bon référencement participe à la diminution de l’investissement lié au marketing car il réduit de fait le coût marginal du référencement payant. 
Il est vital pour une entreprise d’être visible dans les moteurs de recherche, Google en tête. Et ce, dans tous les pays dans lesquels l’entreprise exerce son activité. Et quand on sait qu’un euro investi en traduction et localisation peut générer jusqu’à 25 euros de chiffre d’affaires supplémentaires, travailler son SEO multilingue n’est plus une option !
Ces “règles” peuvent sembler techniques, et chronophages pour une entreprise ayant des ressources humaines limitées, tant en volume qu’en compétences sur le sujet, mais il existe aujourd’hui des outils permettant d’automatiser de manière intelligente l’ensemble des traductions d’un site web, visibles ou pas et quelle qu’en soit la langue et le pays, tout en intégrant les règles de SEO préconisées par Google. 
Avec ces nouveaux services, l’internationalisation devient désormais accessible à tous, quelle que soit la taille et les ressources de l’entreprise. 

Référencement à l’international : 4 conseils pour booster le SEO
Référencement à l’international : 4 conseils pour booster le SEO

Cela nécessite un gros travail de préparation, et une fois les marchés cible sélectionnés, l’étape suivante consiste à se doter d’un site multilingue.  Des URLs uniques pour chaque langue L’une des clés pour s’assurer d’un bon référencement...