Crew, un Slack taillé pour les travailleurs nomades

Crew, un Slack taillé pour les travailleurs nomades Il s'adresse aux professionnels sans bureau fixe comme les serveurs, les vendeurs, les infirmiers... Il leur permet de se coordonner, de synchroniser leurs agendas et d'échanger en temps réel.

Au regard de son succès, Slack ne pouvait que faire des petits. L'outil de collaboration temps réel qui, au dernier pointage, revendique 6 millions d'utilisateurs actifs quotidiens dans le monde a déjà essaimé de nombreux clones, au premier rang desquels Bitrix 24, Glip, Microsoft Teams, Stride/HipChat (d'Atlassian) ou encore le Français talkSpirit. Crew s'inscrit dans cette lignée. Cette application se positionne comme un Slack à destination des équipes de terrain, que ce soient dans les domaines de la restauration, de la santé ou des services d'urgences. Sur mobile ou via une interface web, elle permet aux collaborateurs nomades de se coordonner, synchroniser leur agenda et échanger des informations en temps réel.

Crew permet aux collaborateurs nomades de se coordonner, synchroniser leur agenda et échanger des informations en temps réel. © JDN / Capture

Fondée en 2015 à San Francisco, la start-up éponyme revendique plus de dix millions de communications par semaine et plus de 10 000 références clients actives, parmi lesquelles une majorité de chaînes de restaurants (Applebee's) et de distributeurs (Staples) aux Etats-Unis.

Le constat de départ des deux fondateurs, Danny Leffel (entrepreneur en série et ancien dirigeant d'eBay Business) et Broc Miramontes (ingénieur) est assez simple. Les employés sédentaires disposent d'une large panoplie d'outils de communication et de collaboration pour travailler ensemble. Il en va autrement des vendeurs en boutique, des serveurs, des cuisiniers, des infirmiers, des agents de station-service, des bagagistes ou des ouvriers du BTP.

Ces personnels ont rarement accès à un poste de travail fixe alors qu'ils ont un besoin impérieux, de par la nature de leurs activités, de se coordonner. Ce qui ouvre à Crew un marché potentiellement très étendu et mal exploité. Selon Greylock Partners, un des fonds qui a investi dans la jeune pousse, environ des 70% des Américains évoluent dans ces métiers. L'idée de Crew serait venue aux deux fondateurs lors d'un déjeuner dans un restaurant mexicain devant la difficulté qu'avait le personnel en salle à se coordonner avec leurs collègues restés en cuisine.

Une communication "présentielle"

Pensé avant tout pour des usages en situation de mobilité, l'application entend fondre dans son interface l'ensemble des outils jusqu'alors utilisés de façon éparse : téléphone, SMS, mail, chat, agenda partagé, gestionnaire de tâches... Quant aux plateformes sociales grand public de type WhatsApp, elles ne sont pas conçues à des fins professionnelles et un usage mixte crée des interférences entre vie privée et vie professionnelle.

Crew, c'est avant tout une messagerie temps réel qui permet d'envoyer, en nombre illimité, des messages individuels ou groupés sous forme de textes, de photos ou de vidéos. Le répertoire relie tous les membres d'une équipe sur la base de leurs numéros de téléphone. A la différence d'un e-mail qui n'atteint pas toujours sa cible, Crew indique quels messages ont été lus et par qui via des accusés de réception. Un manager s'assure ainsi qu'une communication importante est bien passée. La fonction de géolocalisation permet de savoir qui est au travail à l'heure dite pour restreindre la communication aux seules personnes présentes.

Crew propose un calendrier partagé où sont consignés temps de travail et demandes de congés. © JDN / Capture

Crew propose aussi un calendrier partagé où sont consignés les temps de travail et de pause, les demandes de congés à valider. Le gestionnaire de planification permet à un manager d'assigner des quarts de service ou des tâches à un ou plusieurs membres de son équipe, de suivre leur état d'avancement et d'être averti une fois ces dernières accomplies. Pour plus de simplicité, il était proposé aux premiers utilisateurs de Crew de prendre en photo leur planning papier pour le communiquer. Populaire, cette possibilité a été conservée aux côtés d'un calendrier numérique.

En matière de gestion de la motivation et de la cohésion d'équipe (ou team building), Crew intègre un système de récompenses virtuelles (via l'attribution d'étoiles d'or) pour reconnaître les employés s'étant distingués par leur exemplarité. Les salariés qui ne travaillent pas ont la possibilité de suivre à distance la vie de leur équipe, et ainsi d'être au même niveau d'information que leurs collègues au moment de reprendre le service. Enfin, Crew contourne la difficulté à former en présentiel des équipes constamment sur le terrain en diffusant des contenus pédagogiques en format court (micro-learning).

Des ambitions modestes

En mai dernier, la start-up californienne a levé 24,9 millions de dollars auprès de Greylock Partners, Sequoia Capital, Harrison Metal et Aspect Ventures. De l'argent frais qui doit lui permettre de poursuivre son développement aux Etats-Unis, Crew n'affichant pas (pour l'heure) de velléités d'expansion à l'international.

De même, les ambitions fonctionnelles de Crew restent modestes. La comparaison avec Slack tient uniquement dans l'approche "outil de productivité temps réel". A la différence de la licorne californienne, il n'y a pas de volonté chez les fondateurs de Crew d'en faire une interface universelle par laquelle tous les flux d'activité de l'entreprise transiteraient. L'application ne propose pas, par exemple, de connecteurs à des applications tierces ou de bots pour automatiser certains processus comme l'organisation de réunion de travail en synchronisant des agendas individuels.

Proposée pour iOS, Android ou en mode web, l'application est gratuite pour les usages basiques. La version "pro" qui offre des fonctionnalités avancées d'administration et de reporting est proposée à 10 dollars par utilisateur et par mois avec des tarifs dégressifs pour un paiement à l'année ou au semestre.

A lire aussi

Annonces Google