Etude SEO : les e-commerçants négligent-ils leurs fondamentaux ?

Etude SEO : les e-commerçants négligent-ils leurs fondamentaux ? Les pages Web des e-commerçants sont-elles trop lentes ou trop profondes ? Sont-elles correctement indexées, et avec un bon Title ? Ranking Metrics a pu réaliser un vaste audit.

L'outil "RM Tech" de Ranking Metrics permet de parcourir des pages Web afin de réaliser des audits techniques. Il a ainsi pu analyser 501 sites d'e-commerce, membres de la Fevad, et en tirer quelques conclusions sur leurs pratiques en matière de SEO.

"L'outil s'est limité à analyser les composants d'un socle technique : pages non indexables, pages répondant en erreur, trop lentes, ou trop profondes. Il ne s'intéresse pas à l'expérience utilisateur, à l'optimisation pour les mobiles, ou encore au netlinking : il ne se concentre que sur les fondamentaux, techniques, qui doivent obligatoirement être bien respectés sur un site qui prétend pouvoir atteindre la première position dans les résultats remontés par Google", explique Olivier Duffez, cofondateur de Ranking Metrics également connu pour son site et son forum WebRankInfo.com.

De nombreux sites mal optimisés

 Concernant les pages répondant en erreur, moins de la moitié des sites analysés (47,7%) ont "une optimisation correcte" d'après l'outil RM Tech. C'est-à-dire que moins de 5% de leurs pages ont répondu en erreur (avec un code de réponse 4xx, 5xx, mais aussi 3xx). Plus d'un site sur dix (11,4%) ont une "très mauvaise optimisation" d'après RM Tech, car plus de 30% de leurs pages ont renvoyé de telles erreurs. Les autres sites (40,9%) ont une "mauvaise optimisation" (représentée par la couleur orange sur le schéma synthétique ci-dessous).

Seuls 4 sites sur 10 ont moins de 5% de leurs pages non indexables

 Les sites n'obtiennent pas de meilleures notes concernant leurs pages non indexables (via meta noindex, surtout). Seuls 4 sites sur 10 ont moins de 5% de leurs pages empêchant l'indexation. Près d'un tiers (31,1%) ont plus de 30% de leurs pages refusant l'indexation.

 RM Tech a aussi pu compter le temps qu'il fallait pour télécharger les pages Web des sites analysés (sans CSS et JS). Si la page se télécharge en plus de 600 millisecondes, elle est jugée trop lente. Or, pour près de la moitié des sites audités (46,5%), plus de 30% des pages analysées étaient trop lentes...

 Pour juger de la bonne profondeur des pages, l'outil a pris en compte l'envergure du site. En effet : il est normal d'accéder en plus de quatre clics à certain contenu d'un site très vaste, mais un site plus modeste pourra facilement éviter d'enfouir autant certaines de ses pages. Sur ce critère, les sites d'e-commerce analysés s'en sortent mieux : plus de la moitié d'entre eux ont moins de 5% de leurs pages jugées trop profondes. Le seuil de plus de 30% de pages trop profondes est dépassé par moins de 3 sites analysés sur 10.

 L'outil s'est intéressé aux pages présentant des liens sortants externes présentant une erreur (ils ne donnent accès à aucune ressource). Là aussi, la part de sites en vert, dont l'optimisation est jugée correcte (avec moins de 5% de pages présentant ce type d'erreur), est importante et dépasse la moitié des sites du panel, comme le montre le graphique ci-dessous.

fevad
Graphique résumant l'étude conduite par My Ranking Metrics. Si moins de 5% des pages d'un site pose un problème, alors l'optimisation est jugée correcte (couleur verte). Si le seuil de 30% est dépassé, l'optimisation est jugée très mauvaise (rouge). Entre 5 et 30%, l'optimisation est qualifiée de mauvaise (orange). © Ranking Metrics

Plusieurs critères ont été retenus pour évaluer la qualité d'un Titre : sa longueur, avec un minimum et un maximum de caractères, la présence de répétition ou du nom du site, etc. Des critères du même genre, faisant souvent autorité chez les référenceurs, sont utilisés par l'outil pour apprécier l'optimisation des contenus ou des descriptions.

Cette approche peut sembler subjective, et l'outil particulièrement sévère, car bien peu de sites trouvent grâce à ses yeux sur ces points : plus de 8 sites sur 10 présentent plus de 30% d'URL avec des titres non optimisés selon lui... Les scores obtenus sur l'optimisation des descriptions et, dans une moindre mesure, des contenus ne sont pas reluisants non plus (voir ci-dessus). Pour Olivier Duffez, il y a là souvent des pistes d'optimisation à privilégier, car il est souvent plus facile d'optimiser les titles que d'obtenir une pluie de backlinks de qualité, surtout aujourd'hui. "Cette étude montre bien que de nombreux sites d'e-commerce ont, à leur portée, des leviers de croissance qu'ils n'exploitent pas", conclut le consultant.

synthèse
Cette synthèse de l'étude de Ranking Metrics montre par exemple qu'en moyenne, les quelque 500 sites analysés avaient 12,09% de leurs pages répondant en erreur. ©  Ranking Metrics

 Lire l'étude dans son intégralité

Annonces Google