SEO : ce que dit Google sur ses pénalités manuelles

SEO : ce que dit Google sur ses pénalités manuelles Qu'est-ce qui déclenche les pénalités manuelles infligées par Google au référencement ? Comment les diagnostiquer et en sortir ? Le moteur a répondu à toutes ces questions.

Toutes les sanctions infligées au référencement d'un site par le moteur de Google ne sont pas automatiques, ou le résultat d'algorithmes ou de filtres comme Google Panda ou Penguin. Le moteur peut en effet décider d'enclencher ce qu'il appelle dans Google Webmaster Tools des "actions manuelles" qui sont plutôt appelées par les référenceurs des pénalités manuelles. Google, souvent par la voix de Matt Cutts, s'est régulièrement exprimé au sujet de ces pénalités manuelles : voici ce que le groupe en a officiellement dit.

1- Qu'est-ce qu'une pénalité manuelle, et en quoi diffère-t-elle des pénalités algorithmiques ?

Une "pénalité manuelle" résulte d'un examen de pratiques réalisé par des salariés spécialisés de Google. Ils peuvent décider d'une action manuelle qui va moins bien référencer le site, ou même le faire disparaître de certaines requêtes. De leurs côté, les filtres Google Panda, ou Penguin, déclenchent les pénalités automatiquement, c'est-à-dire de manière algorithmique.

manual actions viewer
Un exemple de message visible dans Google Webmaster Tools lorsqu'un site a été manuellement pénalisé par Google. Ici, la pénalité vise une page ("partial matches") et a été déclenchée à cause de spam généré par les utilisateurs ("user-generated spam"). © Google

Depuis cet été, Google donne les raisons des pénalités manuelles, et fournit les URLs visées via Google Webmaster Tools (dans le nouveau menu "Trafic de recherche" > "Actions manuelles"). Ces alertes précisent si l'"action manuelle" pénalise "l'ensemble du site" ou "des pages, des sections ou des liens spécifiques".

2- Comment détecter et diagnostiquer une pénalité manuelle ?

Les pénalités manuelles sont désormais signalées dans Google Webmaster Tools. En juin 2012, lors d'un SMX, Matt Cutts avait affirmé que 99% des pénalités manuelles étaient signalées via ces outils pour webmasters. Quelques mois plus tard, lors d'un PubCon, il avait affirmé que l'objectif des 100% des pénalités signalées avait été pratiquement atteint. Seules quelques très rares exceptions échappent à cette règle.

3- Y a-t-il eu des exemples célèbres ?

Plusieurs sites assez connus ont été victimes de pénalités manuelles.

Il y a eu le retailer américain JC Penney, qui a subi 90 jours de pénalité pour avoir acheté des liens et mis en place tout un réseau de backlinks artificiels  (ce que Google fustige dans ses consignes sous le terme "système de liens").

Plus récemment, Mozilla a également été victime d'une pénalité manuelle sévère (désindexation) mais très limitée (à une URL), à cause d'une page victime d'un spam massif dans les commentaires (plus de 20 000 commentaires y avaient posé de très nombreux liens, tous pourtant en "no follow", que le moteur n'était donc pas censé crawler).    

Il y a quelques mois, Interflora a également été visé par une action manuelle pendant laquelle le site interflora.co.uk ne remontait plus sur des requêtes stratégiques pour le site, comme son nom, ou les mots anglais correspondant à "fleurs", "fleuriste", "fleur en ligne", ou "livraison de fleur". La pénalité manuelle a duré 11 jours. Contrairement à la pénalité infligée à Mozilla confirmée officiellement par Google, aucune explication ou commentaire officiel n'a été donné de la part du moteur ou d'Interflora. Mais ce dernier se livrait à de l'achat de liens do follow. Une pratique interdite par Google qui semble avoir justifié la pénalité

Début 2012, Google avait également dû punir l'un de ses propres sites, à la suite d'une campagne faisant la promotion de Chrome, qui reposait sur l'achat de liens do follow.

vidã©o matt cutts hidden text
L'une des vidéos dans laquelle Matt Cutts détaille les pratiques que Google peut sanctionner manuellement. © Google

4- Qu'est-ce qui peut déclencher une pénalité manuelle ?

Cet été, lorsque Google a commencé à donner les raisons des pénalités manuelles et les URLs visées dans Google Webmaster Tools, le moteur a également, au même moment, diffusé une série de sept vidéos expliquant les différentes pratiques qui peuvent déclencher une pénalité manuelle. Les pratiques dénoncées par ces sept vidéos sont : le contenu "spammy" généré par les utilisateurs, le texte caché ou le gavage de mots clés, le spam pur, le contenu sans valeur ajoutée, les liens factices (c'est-à-dire non naturels) pointant vers le site, ou présents sur le site pénalisé... La liste n'est pas exhaustive, mais ne contient que des pratiques relevant du Black Hat SEO puisqu'elles sont contraires aux consignes du moteur.

5- Commet sortir d'une pénalité manuelle ?

Lorsque le menu "Trafic de recherche">"Actions manuelles" de Google Webmaster Tools signale une pénalité, un bouton permet de demander un réexamen. Il ne faut bien sûr l'employer qu'une fois que le problème pointé par Google a été corrigé.

D'après le moteur, l'accusé de réception officiel de Google prend entre une semaine et deux mois avant d'être envoyé. Il est possible de faire plusieurs demandes de réexamen : la procédure pour lever une pénalité manuelle peut donc durer plusieurs mois.

A noter que seuls les sites pénalisés par une action manuelle pourront voir leur demande de réexamen traitée par un humain, et seules les pénalités manuelles pourront être levées par un humain. Les autres pénalités ne pourront être traitées que de manière automatique ou algorithmique. Seuls les sites qui ont subi une pénalité manuelle pourront soumettre une demande de réexamen.

Un employé de Google a récemment donné quelques conseils pour optimiser ses chances de voir une pénalité manuelle levée.

Annonces Google