Le cloud profite à fond de la crise du Covid-19

Le cloud profite à fond de la crise du Covid-19 Au premier trimestre, le marché des services IT dans le nuage a bondi de 34%. Au total, 26 nouveaux data centers géants sont sortis de terre sur l'ensemble du premier semestre dans le monde.

Le coronavirus a un impact positif sur le cloud d'infrastructure. Tel est le premier bilan dressé par Canalys à l'issue du premier trimestre 2020. Selon le cabinet d'études américain, le secteur enregistre un chiffre d'affaires global de 31 milliards de dollars sur la période, en hausse de 34% en un an. "La forte progression de la demande en matière d'outils de collaboration, d'e-commerce et de services cloud grand public a engendré un pic de consommation en ressources IT, au bénéfice des principaux providers", constate Canalys.

Fort de ventes en croissance de 33% sur un an, Amazon Web Services (AWS) se maintient en tête du secteur avec un taux de pénétration de 32% sur janvier, février et mars. Contre 17% pour Azure dont l'activité bondit dans le même temps de 59%. "Le cloud de Microsoft a atteint ses limites de capacités (pendant la phase de confinement, ndlr) sur certaines géographies du fait d'une utilisation sans précédent de la messagerie collaborative Teams. Ce qui n'a pas eu d'impact sur son chiffre d'affaires", reconnait Canalys. Néanmoins, le groupe a été contraint de restreindre la consommation en ressources IT sur certains services et pour les nouveaux clients.

Classement des fournisseurs de cloud dressé par Canalys au premier trimestre 2020. © Canalys

"Le cloud s'est révélé être un outil essentiel pour mettre en œuvre la continuité business. De nombreuses organisations se sont tournées vers le cloud public pour ses capacités à répondre immédiatement aux pics de trafic. Des acteurs tels que Zoom auraient été dans l'incapacité d'encaisser le surcroît sans précédent d'audience sur leur plateforme sans l'infrastructure flexible fournie par les grands providers d'infrastructure as a service", souligne Alastair Edwards, analyste en chef chez Canalys. Ce dernier confirme en parallèle un fort ralentissement des chantiers de migration vers le cloud, notamment autour de SAP, et des déploiements dans les secteurs les plus touchés par la crise, notamment l'hôtellerie, l'aviation ou le tourisme. "Au final, la balance demeure néanmoins positive", résume Alastair Edwards.

26 data centers hyperscale lancés au premier semestre

Les derniers indicateurs publiés confirment la tendance. Sur 100 nouveaux data centers dits "hyperscale" (d'une capacité d'au moins 250 000 serveurs) ouverts sur les deux dernières années, Synergy Research en compte 26 inaugurés au premier semestre 2020. "Certes, le Covid-19 a engendré des problèmes de logistique dans le secteur, mais ce chiffre démontre la robustesse des services qui sous-tendent ces investissements", argue John Dinsdale, analyste en chef chez Synergy Research. Pour la suite, le cabinet inventorie 176 centres de données hyperscale en projet ou en construction. 

Parmi les géants du cloud ayant ouvert le plus grand nombre de data centers sur les douze derniers mois, Amazon et Google se hissent en tête du classement de Synergy Research. "70% des centres de données hyperscale sont situés dans des installations louées à des opérateurs de data centers tiers ou appartenant à des partenaires", précise Synergy Research.

Croissance du nombre de data centers hyperscale à travers le monde. © Synergy Research

Pour réaliser son étude, Synergy Research a pris en compte l'empreinte des 20 plus grandes entreprises mondiales de services cloud et d'Internet en matière de centres de données. Le panel recouvre les principaux fournisseurs de SaaS, IaaS et PaaS, les moteurs de recherche, les grands réseaux sociaux, sans oublier les géants de l'e-commerce et des jeux en ligne. Les acteurs avec l'empreinte la plus importante ne sont autres qu'AWS, Google, IBM et Microsoft. Chacun couvrant au moins 60 localisations de centres de données à travers le monde, avec à la clé au moins trois data centers sur chaque grande région (Amérique du Nord, APAC, EMEA et Amérique latine).

"Les centres de données d'Oracle ont également une présence particulièrement large", indique Synergy Research. Les autres entreprises du panel tendent à concentrer leurs infrastructures principalement aux États-Unis (avec Apple, eBay, Facebook et Twitter) ou en Chine (pour ce qui est d'Alibaba, Baidu et Tencent). Pour l'heure, les clouds providers BtoB sont donc les grands gagnants de l'extension géographique.