Les API et l'effet dissuasif du copyright

En mai dernier, le département de la Justice des États-Unis a statué sur un sujet source d'innovations technologiques aussi controversé qu'important : la mise sous copyright des API par les entreprises. Quelles conséquences peut-on attendre d'une telle décision ?

La décision du département de la Justice des États-Unis  est issue du litige en cours entre deux géants de la technologie, Google et Oracle, qui a débuté il y a cinq ans lorsque Google a copié des fragments de l'API Java pour faciliter le travail sur Android des développeurs maîtrisant le langage Java. Oracle, affirmant que le code devrait être considéré comme sa propriété intellectuelle et protégé par un copyright, a intenté un procès contre Google pour avoir copié le langage.

Alors qu'un juge s'était d'abord prononcé en faveur de Google en 2012, une Cour d'appel fédérale a finalement donné raison à Oracle, en affirmant que « le code, la structure, la séquence, et l'organisation des packages API peuvent être protégés par un copyright.

Très critiquée par la communauté, la décision va probablement être portée devant la Cour suprême. Cependant, les chances de réussite sont minces, car le département de la Justice a récemment recommandé de respecter cette décision.

Comment la protection des API par un copyright va-t-elle affecter non seulement le secteur, mais surtout l'innovation ?

La conséquence la plus significative d'un accès potentiellement restreint par les copyrights au langage des API est l'effet dissuasif pour les développeurs. Les API sont rapidement devenues des composants de base pour le développement de logiciels, permettant aux développeurs de transformer une matière première commune en produits innovants et diversifiés. Les API publiques se comptent maintenant en dizaines de milliers et sont des éléments clés pour soutenir l'entreprise numérique.

Les API permettent aux sociétés de transférer des données de manière sécurisée, de développer des programmes orientés Cloud et d'intégrer des services à travers différentes plateformes. Les programmeurs hésitant à baser leurs définitions d'API sur des API existantes aux définitions et conceptions de qualité (ou à s’en inspirer simplement) pourraient maintenant craindre d'en violer le copyright. Cela pourrait avoir un effet négatif important sur l'interopérabilité des logiciels et l'usage de ces services en général.

Au-delà des développeurs et des entreprises, cette décision pourrait également porter préjudice au consommateur. Les API alimentent une large gamme de fonctionnalités dont les utilisateurs se servent quotidiennement, des applications de paiement aux services localisés, en passant par les réservations de voyages.

Comme l'a récemment expliqué le magazine en ligne Wired, « Google a admis avoir copié des API, et a affirmé que les API ne devraient pas être protégées par un copyright, car elles sont les composants de base des nouveaux langages de programmation, systèmes d'exploitation et autres technologies. » Un journaliste de Slate a même déclaré que cette décision équivalait à empêcher quelqu'un de parler une langue.

Si, suite au verdict final, les entreprises peuvent protéger les API avec des copyrights, de nouvelles procédures judiciaires pourraient être entamées, perturbant ainsi des cycles d'innovation uniques. Une seule chose est sûre : les conséquences de cette affaire s'étendront bien au-delà des grandes entreprises comme Google et Oracle.

Etats-Unis / Innovation