Made.com lève 60 millions de dollars pour devenir une marque européenne

Cet apport de capital sera employé à renforcer la position de l'e-marchand britannique à l'étranger, qui pesait déjà 30% de ses 60 millions d'euros de chiffre d'affaires 2014.

L'e-commerçant britannique Made.com annonce avoir bouclé un tour de table de 60 millions de dollars auprès de Partech Growth Fund, de Fidelity Growth Partners et de son actionnaire historique Level Equity. Le site marchand de meubles design n'indique en revanche pas sa valorisation. Cet apport de capital lui permettra de se renforcer sur son premier marché, le Royaume-Uni, et d'accélérer dans les autres pays d'Europe où il se lance depuis trois ans : la France, l'Italie, l'Allemagne et les Pays-Bas.

"Notre dernière levée remontait à la fin 2011, rappelle Ning Li, cofondateur et CEO de Made. Ce nouveau tour va donc nous permettre d'aller beaucoup plus loin et de faire de Made, qui est déjà une marque reconnue au Royaume-Uni, une marque de meubles véritablement européenne, comme seule l'est Ikea." Pour concrétiser cette ambition, l'e-marchand compte bien sûr investir en marketing mais également dans le développement de ses produits et dans sa technologie, qu'il s'agisse de gestion de la supply chain ou de son showroom social Unboxed. Lancé en août 2014 outre-Manche et en mars 2015 dans l'Hexagone, il permet aux acheteurs de poster des photos de leurs meubles Made en situation, chez eux. "Cela résout le problème du touch&feel, explique Ning Li. Les personnes qui hésitent à commander peuvent aussi prendre contact avec les propriétaires pour leur poser une question, voire leur demander à aller observer le meuble chez eux".

Capter rapidement les parts de marché encore disponibles

Fondé en 2010, Made a enregistré en 2014 un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros, réalisé à 30% à l'international. Ses pertes se réduisent, mais le site continue de privilégier la croissance, notamment à l'international, au détriment de sa rentabilité. Pourquoi, néanmoins, a-t-il besoin d'un tel apport de capital ? "En Europe, les acteurs physiques du meuble vendent généralement mal en ligne, constate l'entrepreneur. Cela constitue une vraie opportunité pour nous. Comme Made est l'un des meilleurs acteurs du secteur, nous voulons capter sans attendre le maximum de parts de marché."

Quant à l'introduction en bourse, un temps envisagée comme moyen de lever de quoi accélérer la croissance, elle n'est pas abandonnée pour autant. "Nous avons fait venir des fonds de growth et accueilli à notre conseil d'administration Suzanne Given [qui a notamment appartenu aux équipes dirigeantes de John Lewis et Superdry, ndlr]. Notre gouvernance, plus mature aujourd'hui, s'accordera bien d'une introduction en bourse si nous l'envisageons à nouveau dans le futur", conclut Ning Li.

Autour du même sujet