NRF Big Show : c'est parti pour 4 jours intensifs de retail

Le plus gros événement au monde consacré au commerce a ouvert ses portes ce dimanche à Manhattan. Suivez le guide.

Dans le retail, janvier est le mois des soldes, du blanc et – merci Priceminister – maintenant aussi de la revente des cadeaux de Noël. Mais pour les retailers, c'est aussi le mois du NRF Big Show, le plus gros événement mondial consacré au commerce. La 105ème convention annuelle de la National Retail Federation vient en effet de débuter à New York et devrait attirer, cette année encore, 34 000 professionnels de la distribution qui ont accouru de 94 pays pour assister à cette grand-messe dont les Américains ont le secret. Un rendez-vous incontournable que les Français connaissent bien puisqu'avec 750 visiteurs, ils composent la troisième délégation étrangère derrière le Canada et le Brésil, et devant le Royaume-Uni.

Pour l'occasion, la NRF a repris ses quartiers au Javits Center de Manhattan, le long de la rivière Hudson, à quelques blocs de Times Square. Mieux vaut se munir d'un bon plan pour se repérer parmi les 580 exposants répartis sur plusieurs niveaux et trouver, bien cachées derrière un food truck au fond d'un couloir, des salles de conférence de la taille du Zénith, où se produisent aussi bien Colin Powell ce matin ("la persuasion, la confiance et les valeurs") que les présidents de Walgreen, JC Penney, Macy's, Nike ou American Express les jours suivants.

Mais avant de se laisser absorber par les keynotes des uns et des autres, direction les stands. Gigantesques pour les prestataires les plus établis, qui démontrent les capacités de leurs solutions à grands renforts d'écrans géants ou de magasins entièrement reconstitués. Et plus "bricolés" pour les moins fortunés, qui mettent néanmoins un point d'honneur à prouver combien leur produit est innovant, pertinent et efficace. Un assemblage de savoir-faire qui garantit de trouver en un même lieu ce que les Etats-Unis font de mieux en matière de retail.

On passe ainsi d'une technologie connectée de cash management en caisse et à un outil omnicanal d'optimisation des prix et promotions. En face, IBM explique comment il bâtit un écosystème de start-up qui appliquent sa techno cognitive Watson à l'expérience client. Un peu plus loin, on croise la fondatrice de la start-up française Instore Digital, qui présente ID, système d'exploitation du point de vente connecté qui met le big data au service des magasins en leur permettant de mesurer et d'analyser les parcours clients in-store.

Globalement, quelques tendances se dessinent déjà : les outils d'analytics en magasin sont légion, mais le beacon a quasiment disparu ! Se multiplient en revanche les solutions d'optimisation de la supply chain. Les exposants le confirment, de nombreux distributeurs américains sont engagés dans ces démarches et basculent actuellement de projets pilotes à des déploiements à grande échelle. Une religion du test&learn qui fait la réactivité des retailers américains et le succès des start-up dont ils adoptent les innovations.

Mais il est temps de poser enfin armes et bagages et d'affronter les premiers flocons de neige de la journée pour faire un saut à la réception officielle du salon, qui occupe elle-même deux étages du très huppé Marriott Marquis. Demain matin, les plus lève-tôt (ou jet-lagués ?) des visiteurs participeront peut-être à la très californienne séance de yoga organisée à Times Square à 6h30. Les autres reprendront des forces pour la deuxième étape de ce marathon du retail.

Retail