Croquetteland, le bilan un an après son rachat par Carrefour

Croquetteland, le bilan un an après son rachat par Carrefour Depuis son rachat en 2016, le site de petfood se développe à vitesse grand V avec les moyens du géant de la distribution.

Les noces de coton viennent de passer, l'heure du premier bilan du mariage entre Carrefour et Croquetteland a sonné. L'e-commerçant spécialisé en produits animaliers racheté en février 2016 se développe rapidement : "La croissance des ventes en 2016 est de l'ordre de 30%, avec une forte accélération ces derniers mois", se félicite Eric Fuchs, qui fait partie de la direction du développement e-commerce et nouvelles activités Carrefour France. Le site de ventes en ligne a doublé ses effectifs en un an et va encore grandir.

Croquetteland doit illustrer la nouvelle stratégie omnicanal de Carrefour

Les moyens du géant français de la grande distribution n'y sont pas pour rien. Des catalogues de produits Croquetteland.com d'une quarantaine de pages sont par exemple disponibles en magasins. Une nouvelle version du site adaptée au mobile arrive fin juin, ainsi qu'un système de recommandation produit à la fin de chaque page web. Des gammes en marque propre sortiront même à la fin de l'année.

Croquetteland doit illustrer la nouvelle stratégie omnicanal de Carrefour. Dans le secteur spécialisé du petfood, le géant français souhaite "conjuguer les avantages du digital de Croquetteland.com avec la proximité du réseau de magasins physiques de Carrefour", résume Eric Fuchs. La mise en place d'un service de click&collect démontre cette volonté. Le client commande en ligne sur Croquetteland.com et récupère en magasin Carrefour la nourriture pour son chien. "Le retrait est gratuit à partir de 29 euros d'achats sur le site, dans tout le réseau de distribution allant des hypermarchés à Carrefour city", détaille Jean-Stéphane Pouvreau, fondateur et CEO de Croquetteland.

Le site Croquetteland.com affiche 350 000 visites par mois. © Croquetteland.com

Si Carrefour a investi dans Croquetteland, c'est aussi pour pouvoir apprendre des outils numériques innovants du pure-player. Par exemple, ce dernier propose un abonnement personnalisé qui permet d'automatiser la commande et la livraison. "Le client donne les caractéristiques de son animal et de l'aliment. Nous calculons alors l'intervalle où l'on doit livrer pour ne pas qu'il soit en rupture", explique Jean-Stéphane Pouvreau. Les délais de livraison varient de 24 à 72 heures en moyenne vers la France, la Belgique et le Luxembourg.

Début 2017, un mariage similaire a été célébré aux Etats-Unis. Petsmart, la chaîne américaine aux 1 500 magasins dédiés aux animaux, a dévoré la jeune pousse Chewy.com, le pure-player de petfood fondé en 2011. Cet écho outre-Atlantique révèle la stratégie d'investissement en ligne des enseignes brick & mortar.

"Le rachat de Croquetteland est bien le signe de la digitalisation de la proposition commerciale de Carrefour… qui reste cependant en retard", nuance Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution. Selon lui, les dernières acquisitions du géant français dans le numérique restent très sectorielles : Croquetteland dans l'alimentation animale, Greenweez dans le bio ou Grandsvins-privés pour le vin. Malgré le rachat de Rueducommerce en 2015, le volume d'affaires des activités e-commerce de Carrefour représente seulement 1,2 milliard d'euros en 2016. Quand le CA total s'élève à 85,7 milliards d'euros… Alexandre Bompard, réputé pour sa vision de la vente en ligne, arrive le 18 juillet prochain à la tête du groupe. Accélérera-t-il le virage entamé par Georges Plassat avec ces pure players ?

Et aussi : 

CARREFOUR / Retail