Bazaarvoice veut généraliser le commerce social en France

Spécialiste des plates-formes permettant aux clients de noter les produits des marchands sur leur site, le prestataire américain s'implante en France. Il a pour objectif d'y signer 50 contrats d'ici un an.

Début juin dernier, l'américain Bazaarvoice, spécialiste du 'commerce social' annonçait l'ouverture d'un bureau à Paris et la signature d'un premier contrat avec Fnac.com. Un mois plus tard, six autres marchands français ont d'ores et déjà décidé d'adopter sa solution, dont les 3 Suisses et MisterGoodDeal. Quelle est donc la potion magique de ce prestataire venu d'Amérique ?

 

Il y en a trois en réalité : trois solutions permettant au consommateur d'investir le site des marchands. La première s'appelle 'Ratings & Reviews' et donne la possibilité de laisser des notes et commentaires sur les produits ; la deuxième, 'Ask & Answer', de poser des questions à d'autres consommateurs (ou d'y répondre) ; la troisième, 'Stories', de témoigner de son expérience avec le produit. Cette dernière est particulièrement adaptée aux produits raffinés, qui impliquent un engagement fort entre le marchand et son client, telle une robe de mariée.

 

Le e-commerçant retire quatre principaux bénéfices de l'implémentation d'une telle solution, comme le détaille Kamal Kirpalani, directeur commercial de Bazaarvoice pour l'Europe occidentale. En premier lieu, une augmentation du taux de conversion : "en moyenne, nos clients constatent une hausse de 30 % avec nos produits", avance-t-il. Deuxième effet, la hausse du panier moyen : "de 10 à 12 % lorsque les internautes ne font plus leur shopping par catégorie ou par prix, mais en fonction des meilleures notations données par les autres clients".

 

Par ailleurs, le consommateur qui note un produit et celui qui recherche ce même article en vue d'un achat utilisent le même vocabulaire, si bien que le référencement naturel des sites s'améliore. Enfin, dernier apport les sites marchands, selon Kamal Kirpalani : "un taux de retour qui diminue, puique les attentes du client sont davantage en adéquation avec la réalité une fois qu'il a lu une vingtaine de commentaires sur l'article convoité." Pour les produits ayant plus de 25 commentaires, ce taux peut ainsi baisser de 45 %, affirme-t-il.

 

Autant de bienfaits qui permettent à BazaarVoice d'avoir des objectifs ambitieux sur le marché européen, et en particulier dans l'Hexagone. Kamal Kirpalani vise une cinquantaine de clients par an, pour les deux premières années en France. D'ici 5 ans, il espère que tous les sites e-commerce auront déployé des solutions de 'commerce social' via un prestataire, et non plus en interne. Et si ce prestataire s'appelle Bazaarvoice, c'est encore mieux ! Et de citer les 3 Suisses et la Fnac qui ont arrêté leur solution développée en interne, aux vues des bons résultats obtenus avec 'Ratings & Reviews'.

 

Pour se démarquer de ses concurrents, Bazaarvoice met notamment en avant sa modération à deux niveaux : un automatique, puis un manuel. Deux à cinq millions de commentaires sont déposés en moyenne par jour via la plate-forme, dans vingt langues différentes. "Si les modérateurs veillent à l'intégrité des marques et des entreprises, ils ne censurent pas pour autant les commentaires négatifs à l'égard des produits", affirme Kamal Kirpalani.

 

Plates formes / Modérateur