Coursengo se prépare à attaquer la province

Créé il y a un an, Coursengo, cybermarché de Franleader, a largement étendu sa couverture à Paris. Son crédo : être toujours au plus près de ses clients. Son objectif : s'étendre en Province, via le réseau Leaderprice.

Lancé en avril 2007 sur neuf arrondissements parisiens, Coursengo couvre dorénavant l'intégralité de la capitale et une partie de sa petite couronne. Le cybermarché de Franleader, master franchisé Franprix-Leaderprice, est opérationnel à partir des magasins de Paris et de la banlieue sud (Yvelines, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne). Le chiffre d'affaires enregistré correspond à celui d'un magasin. L'objectif à 3 ans : qu'il représente entre 5 et 10 % de celui du groupe (300 millions d'euros en 2007).

 

"Créer un vrai contact avec le client est primordial"

Pour se différencier de ses concurrents - Ooshop, Telemarket, et autre AuchanDirect, débarqués sur la Toile bien avant lui, Coursengo mise sur la proximité avec les magasins. "Tout est fait pour qu'un vrai contact, un échange, soit créé avec le client", explique Olivier Quelin, directeur finance et systèmes d'information du groupe Franleader. "Les commandes sont préparées en magasin et si des produits commandés sont en rupture par exemple, nous appelons le client pour lui proposer des produits de remplacement".

 

L'internaute est également prévenu, avant que sa commande ne lui soit livrée, pour éviter qu'il attende chez lui. Autre aspect différenciant : la possibilité de retirer sa commande dans 42 magasins. D'ailleurs, si un produit ne lui convient pas, il peut aussi venir le changer. C'est l'ensemble de ces services 'en plus' qui crée la proximité, telle "une marque de fabrique fondamentale" aux yeux d'Olivier Quelin.

 

Bénéficier d'un service aux petits oignons n'implique pas non plus de payer le prix fort. Coursengo avance que ses frais de livraison sont inférieurs à la concurrence. Elle est gratuite à partir de 75 euros, pour un retrait en magasin, et à partir de 160 euros à domicile. En deçà, les frais s'élèvent à 7,90 euros à domicile (13,90 pour moins de 80 euros) et à 2,90 euros en retrait magasin (5,90 euros pour moins de 40 euros).

 

"Nos points de vente sont notre premier support de communication"

Ces prix s'accordent à la cible visée : "une clientèle qui a besoin de faire des courses moins importantes, mais plus souvent", explique Barbara Attal-Sohier, responsable marketing et Internet de Coursengo. Ce qui explique, en partie, que le panier moyen du cybermarchand soit aussi inférieur à celui du marché.

 

Proximité toujours : "nos points de vente sont notre premier support de communication en continu", relate Barbara Attal-Sohier. Cette communication se fait via divers biais : affichages, PLV ou jeux concours, relayés en magasins et en affiliation. Côté outils de relation clients, si la base n'est pas encore suffisamment fournie pour donner lieu à une segmentation, les e-mailing sont particulièrement personnalisés. Le site a été parmi les trois nominés de la catégorie e-commerce, au Trophée QualiWeb/Stratégies de la relation client en ligne.

 

Dans les projets à venir, Coursengo réfléchit pour l'automne 2008 à une nouvelle version de son site. Le cybermarchand tient surtout à étendre sa couverture "le plus loin possible en région parisienne", assure Barbara Attal-Sohier. Ce qui est d'autant plus facile selon elle, puisque les commandes sont préparées par les magasins Franprix, et non centralisées en entrepôt.

 

L'étape suivante sera l'extension à la province, via les LeaderPrice. On imagine qu'ils ne se feront pas priés si, comme en région parisienne, ils encaissent le chiffre d'affaires des commandes online qu'ils préparent. Des discussions sont également menées avec les franchisés, "mais rien n'est encore programmé".

Cybermarchés / Chiffre d'affaires